Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 16, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Quand sonne la tempête #1

7 septembre 2021 |
SERIE
Quand sonne la tempête
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
8.05 €
DATE DE SORTIE
08/07/2021
EAN
238212010X
Achat :

quand-sonne-tempete-image1Sakai est un jeune homme paumé. Ayant besoin d’argent, dans une ville portant encore les stigmates d’un violent séisme, il accepte pour la première fois d’être « collecteur » pour des mafieux – voleur, en somme. Mais il n’est pas fait pour ça, et se retrouve à devoir accepter, en compagnie d’un ami aussi couard que lui, de débarrasser les truands du cadavre d’une jeune femme. Un typhon approche, les deux complices balancent le corps dans le fleuve. Qui sera retrouvé en aval, une fois la tempête passée. Et le père de la victime, un médecin, va retrouver la trace de Sakai et jouer un jeu morbide et pervers avec lui : il lui insère un smartphone dans le ventre, le piste à distance et veut le forcer à assassiner d’autres personnes pour être sûr qu’il soit arrêté et condamné à mort…

Si le dessin de Masaki Enjoji évoque par moments, dans son énergie rock et son expressivité, celui d’Astushi Kaneko (Deathco, Search and Destroy…), le rapprochement est assez vite balayé par un ton bien plus réaliste et désenchanté. L’antihéros Sakai erre ainsi dans un monde en ruines, qui se reconstruit sur des cadavres et du ressentiment, et lui qui n’a ni famille, ni boulot, ni perspective, s’interroge sur le sens de sa propre survie. Dans ce décor dépressif, symbolique d’un Japon en perte de repères et d’espoir, l’auteur brode une intrigue perturbante, autour des questions de culpabilité, de rédemption et de pardon. À l’heure où le moindre écart est vilipendé en direct sur les réseaux et nuit à votre réputation à jamais, les seules solutions qui semblent s’offrir aux humains semblent être soit la soumission totale à un dominant (un caïd, un patron, la société…), soit le départ vers la marginalité et le crime. Sombre, très sombre, Quand sonne la tempête ajoute aussi une dose de torture physique qui semble de trop, tant le duel mental était déjà troublant. Prévue en cinq tomes, la série n’a sans doute pas fini de laisser le champ libre aux esprits retors et violents… et aux lecteurs le temps d’angoisser.

quand-sonne-tempete-image2

Publiez un commentaire