Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 20, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Second summer never see you again #1-2

23 juin 2020 |
SERIE
Second summer never see you again
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
7.50 €
DATE DE SORTIE
10/06/2020
EAN
2818975417
Achat :

Connaissez-vous la différence entre le drame et la tragédie ? Le drame a pour lui l’espoir de bien se finir, alors que la tragédie est inéluctable. Voici donc un manga bien singulier qui avec son aspect graphique rose bonbon et classique cache donc l’inéluctable. Mais pas l’irréparable…

second-summer-never-see-you-again_image1Satoshi est un lycéen passionné par la musique. Il rencontre la dynamique Rin et, contre vents et marées, ils vont monter un groupe de musique au sein de leur école. Une jolie histoire d’amour entres ados donc, sauf que Rin est condamnée par la maladie. Peu de temps avant la fin, Satoshi lui avouera ses sentiments, laissant partir Rin avec un ressentiment amer. Satoshi s’en voudra toute sa vie d’avoir blessé sa bien-aimée, lui qui aurait tant voulu qu’elle parte l’esprit tranquille, tout simplement heureuse d’avoir pu réaliser son rêve de chanter devant un public.

C’est là que le surnaturel entre en jeu : Satoshi remonte le temps et rencontre de nouveau Rin. Il ne pourra pas la sauver, mais pourra éviter de dire les mots qui blessent, l’aider à aller encore plus vite vers son rêve, utiliser sa connaissance du passé pour accélérer l’accession au bonheur de Rin ! Mais comment cacher ses sentiments, ne pas trop influencer le cours du temps, au risque de faire encore pire ?

Voici donc un récit bien émouvant, car le lecteur ne peut s’empêcher de se demander ce qu’il aurait fait à la place de notre dramatique héros malgré lui. Comment supporter un second deuil que l’on sait inévitable, comment regarder sa bien-aimée en face sans lui crier son amour transi, sans la blesser, sans lui gâcher son bonheur fugace? Cruauté de la vie, chance du surnaturel, difficile de dire si le jeu en valait la chandelle de constituer un groupe de marginaux que le destin n’a pas épargné non plus ; et il faudra attendre la toute fin du récit (bonne nouvelle, la série ne compte que deux volumes, sortis simultanément) pour voir si tout cela aura servi à quelque chose ou non…

Kara

© 2017 Motomi Minamoto, Hirotaka Akagi, Booota – SHOGAKUKAN

second-summer-never-see-you-again_image2

Publiez un commentaire