Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 22, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

3 Comments

Slots

1 août 2019 |
SERIE
Slots
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
15.95 €
DATE DE SORTIE
29/05/2019
EAN
2413015477
Achat :

slots_image1 Ancien boxeur devenu escroc à la petite semaine, Stanley Dance revient à Las Vegas et se retrouve à renfiler les gants pour les besoins d’un dernier coup. Celui qui réglera tous les comptes avec son passé et avec un ex-associé à la rancune tenace.

Tables de jeu, combats arrangés et jolies filles, tous les ingrédients du noir à Vegas (un genre en soi, de Casino à Snake Eyes) sont là et Dan Panosian (John Tiffany) s’en tire bien pour trousser sur ce canevas utlra-balisé un petit polar enlevé. Taillés à serpe dans un style graphique musclé et archétypaux (le héros grande gueule, son fils champion de MMA tête brûlé, le manager sympa, la tenancière de strip-club gouailleuse…), les personnages ont une certaine épaisseur, grâce notamment à des dialogues qui ne manquent pas d’humour. Les enjeux sont sans doute un peu légers pour rendre tout cette histoire inoubliable, mais ça n’a jamais empêché, par exemple, les Ocean’s Eleven d’être des succès au box-office. Et Panosian ne prétend rien d’autre que d’offrir un divertissement honnête. Bingo !

slots_image2

Commentaires

  1. loutra

    Au-delà du fait que la BD a l’air d’accumuler les clichés d’une masculinité dépassée et nuisible socialement, que signifie « style graphique musclé » ?

  2. Benjamin Roure

    Pour moi, c’est assez clair : style graphique musclé s’oppose à style fin, élégant, raffiné, avec des lignes épaisses et des angles marqués. Une ligne, des ombres, des contrastes qui marquent fortement la page, à l’inverse d’une ligne épurée. Quelque chose de très physique, voire un peu brutal.
    Et cela n’a rien à voir avec une opposition masculin/féminin, ou tout autre cliché misogyne.

  3. loutra

    Vous définissez « musclé » comme quelque chose d' »ombré » et de « contrasté ».
    Ce qui s’opposerait à un style « fin » (je suppose que vous parlez du trait), « raffiné » et « élégant ».

    Franchement, je n’ai pas l’impression qu’un dessin ombré soit particulièrement « brutal » ou « musclé ». Idem pour un dessin où les contrastes sont marqués.

    Par exemple, je ne qualifierais pas les tableaux de De la Tour, aux contrastes marqués, de « musclés ».
    Autre ex, avec un auteur de BD récent : Loustal utilise beaucoup les traits épais et les contrastes : je ne dirais pas non plus que son travail est « musclé ».

    Par ailleurs, au vu de l’illustration choisie pour illustrer l’article, le trait de cette BD me paraît plutôt fin : les personnages, le paysage, je ne vois pas comment considérer ça comme un trait épais.

    Bref, je ne suis pas convaincue, et je maintiens ma critique : le terme me paraît faire appel à un imaginaire rétrograde, sans que cela ne soit justifié.

Publiez un commentaire