Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Steinkis réédite « K.Z., dessins de prisonniers de camps de concentration nazis »

21 avril 2016 |

couvQuand les mots sont impuissants à décrire l’horreur de la Shoah – celle des centres de mise à mort et des Konzentrationlagers notamment – le langage graphique peut y suppléer. C’est l’idée de la préface de Primo Levi à cette réédition de l’ouvrage K.Z. : « Pour décrire l’horreur, la parole s’avère insuffisante. Les images ici reproduites ne sont pas une équivalence ou un ersatz : elles remplacent la parole au mieux, elles disent ce que les mots ne savent pas dire. Certaines ont la force immédiate de l’art, mais toutes ont la force crue de l’oeil qui a vu et qui transmet son indignation. »

Dans K.Z., publié pour la première fois en 1983, l’auteur italien Arturo Benvenuti, qui a sillonné l’Europe pendant quarante ans pour collecter ces dessins, a regroupé les témoignages graphiques et artistiques de détenus de différentes nationalités, réalisés « dans des conditions matérielles et spirituelles restrictives, au risque de leur vie », précise la préface.

De l’aquarelle à la gravure en passant par la peinture à l’huile, les illustrations présentés oscillent entre « dessins exceptionnels, œuvres d’artistes professionnels et compositions réalisées par d’authentiques naïfs ». À la fois d’une grande candeur ou purement illustratifs, « ils donnent à voir des faits et des moments » et n’en sont donc pas moins valables. À l’image de ceux des enfants de Terezin (Theresienstadt), ce camp de transit bâti sur une ancienne forteresse militaire et ghetto-témoin des nazis.

KZ2

Plus qu’une simple description de la tragédie, le livre offre au regard l’expérience des camps à travers des visages creux, des yeux fatigués, des corps nus décharnés. La faim et le froid s’y conjuguent au désespoir d’une humanité incapable de comprendre la tragédie qui se joue. Corps entassés, fosses destinées aux fusillades, matins d’hiver glacés, les mêmes visions se répètent selon un modèle identique à Dörnhau, Auschwitz, Mauthausen ou Dora.

D’une humanité touchante, le livre présente aussi les textes de Primo Levi, Roberto Costella (enseignant en dessin et histoire de l’art) et les poèmes d’Arturo Benvenuti. À l’heure d’un révisionnisme et d’un négationnisme bien réels, ce recueil graphique aussi nécessaire que poignant, est surtout un livre contre l’oubli. Heureuse initiative des éditions Steinkis.

KZ1

 


K.Z. Dessins de prisonniers de camps de concentration nazis, Arturo Benvenuti, Steinkis.
Janvier 2016, 256 pages, 25 €

Publiez un commentaire