Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Survivants #1 **

13 janvier 2011 |

pasmalsurvivants_1_couvPar Leo. Dargaud, 11,55€, le 14 janvier 2011.

Dans un futur proche (2084), un groupe de jeunes humains de toutes nationalités atterrit en catastrophe sur une planète inconnue.

PL_SURVIVANTS-01.inddAlors que des dissensions se font jour au sein de la troupe, les colons découvrent un environnement naturel potentiellement hostile, recelant des bestioles et plantes inédites, voire même d’autres peuples…

A la lecture de ce résumé, une légère impression de déjà-vu vous saisit? C’est normal. Depuis 1994, le Brésilien Leo tisse les toiles de ses mondes imaginaires, Aldébaran, Bételgeuse et depuis peu Antarès, qui comptent aujourd’hui treize albums. A chaque fois, la trame est la même: des hommes sont confrontés à des bêtes ou manifestations physiques étonnantes, et s’opposent ou se liguent entre eux. Les autres séries de l’auteur – Kenya (à la base scénarisée par Rodolphe, et désormais co-scénarisée par Leo et mise en images par Bertrand Marchal) et Terres lointaines (dessinée par Icar) – n’y font pas exception.

Le voyage fut longtemps très plaisant, étonnant, voire même passionnant. Il devient depuis quelque temps largement lassant. Malgré une propension à reproduire systématiquement les mêmes visages, le trait chatoyant et légèrement expressionniste de l’artiste séduit toujours, mais ne change rien à l’affaire. Si l’on embarque sans rechigner avec ces Survivants, le trajet comme l’atterrissage n’offrent aucune saveur nouvelle. Alors à quand de nouveaux ingrédients?

PL_SURVIVANTS-01.indd

bouton_nbd Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr

Commentaires

  1. Le1erDoge

    Tout à fait d’accord!
    Inconditionnel de Léo, j’ai savouré les différents cycles sans lassitude jusqu’à présent, trouvant que l’auteur arrivait toujours à nous surprendre en apportant de nouveaux ingrédients (d’Aldébaran à Bételgeuse jusqu’à Antarès). Hélas l’alchimie ne prend pas sur celui-ci (alors qu’Antares n’est pas fini!) qui allie, au fait d’être redondant, un titre des moins originaux, « Les Survivants » ayant déjà été utilisé dans le second cycle…

  2. Le1erDoge

    Tout à fait d’accord!
    Inconditionnel de Léo, j’ai savouré les différents cycles sans lassitude jusqu’à présent, trouvant que l’auteur arrivait toujours à nous surprendre en apportant de nouveaux ingrédients (d’Aldébaran à Bételgeuse jusqu’à Antarès). Hélas l’alchimie ne prend pas sur celui-ci (alors qu’Antares n’est pas fini!) qui allie, au fait d’être redondant, un titre des moins originaux, « Les Survivants » ayant déjà été utilisé dans le second cycle…

Publiez un commentaire