Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

The World

28 août 2019 |
SERIE
The World
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
14.50 €
DATE DE SORTIE
23/08/2019
EAN
2357990090
Achat :

Les sorceliers, petits personnages encapuchonnés de rouge, sont balayés par un robot géant et une armée de tanks. Même l’intervention de leur sorcier noir n’y a rien pu faire : le monde a volé en éclat. Et de là sont nés les humains, pas forcément exempts d’agressivité.

the-world_image1C’est un conte graphique étrange et hypnotique qu’a concocté ici Valentin Seiche, au cours d’une immersion à Okinawa au Japon. Le jeune dessinateur français, découvert avec Anguille et Baldaquin, et qui travaille pour le jeu vidéo et l’animation, est clairement sous influence nippone, mais sa ligne faussement frêle et ses couleurs rouge et bleu habilement délavées donnent une patine originale à son livre. Un livre fait de grandes images, en pleines ou doubles-pages, avec un texte parcimonieux voire absent, comme un obscur opus de SF d’avant-guerre exhumé. Qui laisse parler les dessins et propose une lecture lente, laissant l’oeil vagabonder dans un monde vu d’en haut (dans la première partie) et dans les rides des visages des personnages présentés frontalement (dans la seconde moitié). On assiste ainsi à une bataille et à une apocalypse, avant de voir renaître une civilisation primitive et des bandits mettre à sac un village. Et c’est à peu près tout. Hélas. En effet, on dirait que The World est un simple prologue, excitant certes, mais juste une toile de fond pour développer l’univers autrement. Dans des BD, des jeux de rôle ou de plateau, des romans, des films, pourquoi pas… Les chouettes cartes de personnages à la fin de l’ouvrage contribuent à cette impression et renforcent, de fait, la frustration. Car il n’y a pas vraiment d’intrigue, ni de héros bien identifié. Dommage, car tout était là pour bâtir quelque chose de plus grand. Peut-être un jour ? On a terriblement envie.

the-world_image2

 

Publiez un commentaire