Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 10, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Un joli livre sur Taniguchi

3 juin 2016 |

Casterman publie un élégant ouvrage trilingue, français-anglais-japonais, sur son auteur de mangas phare, Jirô Taniguchi.

lart_de_jiro_taniguchiAlors que l’exposition dédiée à l’auteur de Quartier lointain vient de fermer ses portes à Versailles, L’Art de Jirô Taniguchi vient prolonger le plaisir, pour les amateurs de son dessin soigné et doux. Dans un grand format à l’italienne, au fil de 128 pages sur un joli papier, on parcourt la riche carrière du mangaka. Et ce, au travers quasi uniquement d’images en couleurs. Des illustrations ou des dessins de couverture, pour Le Sommet des dieux, Blanco, Icare, Au temps du Botchan ou Ice Age Chronicle of the Earth. Beaucoup d’oeuvres antérieures à ses plus gros succès en France, que sont L’Homme qui marche, Quartier lointain ou Le Journal de mon père.

Ce choix est le principal intérêt de l’ouvrage, et sa première limite. Car s’il est intéressant de découvrir des dessins rares et des travaux surprenants – les images pulp, violentes, voire érotiques de The Back of beyond, ou le sublime encrage noir de Manhattan Op –, on regrette de n’avoir que très peu d’informations sur ces oeuvres et le contexte de leur création. Quelques paragraphes parsèment l’ouvrage, dans lesquels Jirô Taniguchi explique certains choix et moments de sa carrière, mais ils sont succincts et surtout presque jamais placés en vis-à-vis des images concernées !

Il reste donc à se contenter de ces dessins en couleurs, parfaitement reproduits, pour tenter de pénétrer l’art de Taniguchi, qui « tient à une alliance rare de retenue et d’efficacité, de délicatesse et de clarté », selon les mots de Benoît Peeters en préface. Un beau livre à réserver aux fans du travail du mangaka, car les néophytes n’y apprendront pas grand chose.

____________________

L’Art de Jirô Taniguchi.
Casterman, 35 €, juin 2016.

____________________

Publiez un commentaire