Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 1, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Colorado Train

30 septembre 2022 |
SERIE
Colorado Train
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
29 €
DATE DE SORTIE
07/09/2022
EAN
2377317693
Achat :

Suzy, Michael, Donny trainent leurs baggy dans les rues d’une petite ville triste de l’Amérique des années 90. Pour ces ados mal dans leur peau ou dans leur corps, faire du skate sur le trottoir ou marcher le long de la voix ferrée vaut toujours mieux que rester à la maison, pour voir une mère dans les vapes à cause de la drogue ou pour se cacher d’un père ultra-violent. Mais la violence, le danger, la peur sont dehors aussi. D’abord sous les traits de Moe, petite frappe à moto prompt à tabasser les faibles. Puis, quand Moe disparaît et est retrouvé quelques jours plus tard en petits morceaux, le Mal prend une autre dimension…

colorado-train_image1 Album après album, Alex W. Inker creuse son sillon singulier dans la bande dessinée. Du polar stylé (Apache) au récit historique en mode intime et engagé (Fourmies la rouge), en passant par la bio d’un boxeur (Panama Al Brown) et les adaptations brillantes de Servir le peuple et Un travail comme un autre, l’auteur nordiste s’approprie des univers forts et variés, et impose sa voix et sa petite musique narrative originales. Ici, c’est à une nouvelle adaptation d’un roman qu’il s’attelle. Colorado Train, roman pour ados de Thibault Vermot, très remarqué à sortie, lui permet de revisiter la fiction horrifique, et de peindre des beaux portraits d’adolescents (avec Stephen King en ange gardien). Bien sûr, comme souvent chez Inker, l’influence du cinéma se fait sentir, dans les cadrages, le rythme, le champ/contre-champ, l’utilisation des ombres. Mais il ne singe pas les grands films du genre, pour trouver son propre regard, très empathique pour ses jeunes héros.

Car Alex W. Inker aime ses personnages : cela se sent dans les scènes calmes, par un regard appuyé, une gestuelle discrète mais évocatrice. Alors quand il les met en scène luttant contre un serial killer insaisissable, dans un monde de rails, de terrains vagues et de galeries souterraines, on tremble pour eux. En effet, dans un noir et blanc ciselé avec puissance et maîtrise, tout en contraste, il réussit à créer quelque chose de rarissime en bande dessinée : la peur. Sans son, sans montage hystérique, il parvient à générer une tension palpable et de jouer de la surprise morbide en tournant la page.

À la fois extrêmement juste et sensible dans son portrait d’une jeunesse à l’abandon, parfait dans sa narration et son rythme, très puissant graphiquement en jouant sur les niveaux de détails, et soigné jusque dans sa bande-son (de The Cure aux Smashing Pumpkins en passant par Metallica), Colorado Train est une immense bande dessinée, signée par un auteur qui maîtrise plus que jamais tous les codes de son medium. Impressionnant.

colorado-train_image2

Publiez un commentaire