Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

En Corée

31 mai 2017 |
ALBUM
En Corée
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
20 €
DATE DE SORTIE
16/03/2017
EAN
2916254579
Achat :

en-coree-caseOn connaît l’angoumoisine Yoon-sun Park pour ses récits animaliers à tendance loufoque – L’Aventure de l’homme-chien, Le Jardin de Mimi et Le Club des chats, tous parus chez Misma. Mais c’est avec un ouvrage plus intime qu’on l’a découverte en français : Sous l’eau, l’obscurité, édité en 2011 par Sarbacane. En Corée renoue avec cette veine autobiographique.

Ce livre à l’édition soignée rassemble trois BD précédemment autoéditées, vendues par l’auteure sur Internet : En Corée, Encore en Corée et En France. Dans un français un peu étrange, parfois touchant de maladresse, Yoon-sun Park se dévoile trois fois par page sans jamais s’écarter de ce canevas. Trois cases panoramiques, un récitatif pour chacune, quasiment pas de dialogue. Comme une sorte de journal intime illustré. Ou de livre d’illustrations commentées. Chaque chapitre s’attarde sur un fragment de vie ou sur une thématique précise : la mort d’un proche, la vie d’étudiante en Corée du sud, une visite en France, etc. Si certains passages visent juste et que la dimension relative au métier d’artiste, riche en anecdotes, est (la plus) intéressante, d’autres planches laissent sceptique, parce que décousues ou pas très reader-friendly. En s’avérant à la fois trop personnelle… et pas assez – beaucoup de personnages pour peu d’explications à leur sujet, un focus sur les détails mais pas forcément sur l’essentiel –, la plongée dans les histoires de famille nous laisse parfois à l’extérieur du récit. On ne sait alors pas trop à qui s’adressent ces pages, si ce n’est à l’auteure et à ses proches. Reste que dans l’ensemble, Yoon-sun Park propose un joli témoignage, tout en lavis sensibles, sur l’expatriation et les chocs culturels. Le cahier central, quant à lui, se pose en amusante parenthèse : présenté comme une blague, il fait suite à la première partie et l’enrichit d’histoires savoureuses sur la vie en Corée du sud. C’est peut-être là, finalement, que l’auteure brille le plus : l’anecdote autosuffisante et à portée universelle.

© 2017 YOON-SUN PARK

en-coree-planche

Publiez un commentaire