Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | June 21, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Injection #2-3

14 juin 2018 |
SERIE
Injection
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
14.50 €
DATE DE SORTIE
20/04/2018
EAN
1026814553
Achat :

L’Injection est une entité semi-consciente diffusée au cœur du Net, capable de modifier la réalité. À l’origine de cette manipulation, une équipe folklorique, l’Unité des contaminations culturelles croisées. Vivek Headland enquête sur une mystérieuse histoire de fantômes alors que l’Injection menace de tuer toute le monde. Plus tard, on retrouve un cadavre abandonné au centre d’un cercle de pierres en pleine lande des Cornouailles. Il semble que le corps cache une trappe vers un outre-monde. Charge à Brigid Roth de faire la lumière sur cette histoire…

injection3_imageÀ vrai dire, on a connu Warren Ellis plus en forme (Transmetropolitan, Trees, Hellblazer, Black Summer…). Science, ésotérisme, SF et cultes ancestraux se mélangent dans un récit certes très ambitieux mais d’une complexité inutile. Après un premier tome correct – les enjeux étaient posés et on était curieux d’en savoir plus –, le deuxième nous a achevé, à partir dans toutes les directions. Dialogues faussement conceptuels, vocabulaire riche et impossible à intégrer, enjeux abscons, le puzzle ne s’assemble jamais et il faut lutter pour comprendre qui fait quoi et surtout pourquoi. À l’image, en fait, de la double page d’introduction qui dissuade toute lecture : entre l’Affaire de Disparus de l’A.A.A.doc, le lexique façon bottin (d’Athamé à Test de Turing en passant par les spriggans…), les personnalités, les dates, la FPI et le Ministère du Temps et Mesures, on s’y perd très rapidement. Les personnages, nombreux et fuyants, échappent eux à toute empathie ou identification. Et Warren Ellis fait peu d’efforts pour réellement happer son lecteur en ne donnant que rarement les clés.

On aime l’ambition et la complexité en BD quand elles ont un dessein. Et quand elle sont maîtrisées, cela donne par exemple les chefs-d’œuvre d’Alan Moore. Injection, dans un registre différent, ressemblerait en fait à du Alan Moore raté. Et ce n’est pas le dessin de Declan Shalvey, toujours aussi raide et froid, qui peut relancer l’intérêt. Ce techno-thriller surnaturel avait donc tout pour plaire sur le papier mais le résultat laisse de marbre. Pire, il ennuie. Car derrière tout le fatras lexical et le scénario ampoulé, c’est surtout l’impression de déjà-vu qui domine. Bref, depuis Transmetropolitan, Warren Ellis ne nous enthousiasme guère. Et c’est bien dommage…

Publiez un commentaire