Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Jean-Pierre Gibrat, Grand Boum 2010 du Festival de Blois

22 novembre 2010 |

Jean-Pierre Gibrat, créateur entre autres du Sursis et de Mattéo, a été couronné du Grand Boum 2010, au Festival de la bande dessinée de Blois.

gibrat_photoDessinateur sur un scénario d’autrui (Marée bassePinocchia), auteur complet (Le Sursis, Le Vol du corbeau, Mattéo) ou simple scénariste (Les Gens honnêtes), Jean-Pierre Gibrat a démontré ces 20 dernières années une impressionnante palette de talents, notamment graphiques, et un attrait pour le souffle de la liberté, voire libertaire.

Son style chaleureux et sa somptueuse utilisation de la couleur directe (il fallait voir l’expo de ses planches à Bastia) en font un des plus puissants dessinateurs réalistes du moment. À 56 ans, il succède à Emmanuel Guibert au palmarès du Grand Boum. Il sera donc en charge de l’affiche du Festival de Blois l’an prochain, qui lui consacrera une exposition.

gibrat_couv

BD Boum a aussi été l’occasion de la remise de plusieurs trophées, dont le prix Jacques Lob, qui récompense chaque année un scénariste. C’est Hervé Bourhis qui le décroche (Ingmar, Hélas, Naguère les étoiles…), succédant à Pascal Rabaté. Le prix Nouvelle République (qui distingue un auteur de la région de la zone de diffusion du journal) va au très touchant La Parenthèse d’Elodie Durand. Celui de la Ligue de l’enseignement pour le jeune public va à l’album de Nob Les Souvenirs de Mamette. Enfin, les prix Conseil général (pour les 10-14 ans) et Conseil régional (BD à portée citoyenne) récompensent respectivement Petits bonheurs (H. Tonton) et Le Bleu est une couleur chaude (Julie Maroh).

Enfin, l’ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) a désigné sa liste de 5 finalistes pour son Grand Prix de la critique, qui sera révélé le 10 décembre prochain. Sont encore en lice : Asterios Polyp, Château de sable, Gaza 1956 – En marge de l’Histoire, La Mort de Staline #1 et Page noire.

Publiez un commentaire