Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

38 Comments

Angoulême 2010 : qui sera le prochain Grand Prix ?

26 janvier 2010 |

Le Grand Prix de la ville d’Angoulême sera proclamé dimanche. Qui succédera à Blutch, pour présider la 38 édition du Festival international de la bande dessinée en 2011 ? Je vais laisser mon imagination divaguer et surtout vous donner la parole…

Petit rappel d’abord : le Grand Prix ne récompense pas un album en compétition. Il distingue un auteur pour l’ensemble de sa carrière et pour ce qu’il a apporté à la bande dessinée. Il est décerné par « l’académie des Grands Prix », constituée comme son nom l’indique des précédents lauréats du Grand Prix, qui se réunissent pour l’occasion à Angoulême. C’est une forme de cooptation. Chacun y va de son ou ses auteurs favoris, puis des tours de vote ont lieu. Ce qui est intéressant, c’est que plusieurs générations d’auteurs se côtoient à ce moment-là. Des anciens comme Fred, Moebius ou Jean-Claude Mézières, et des plus jeunes comme Lewis Trondheim, Zep ou Philippe Dupuy et Charles Berberian.

Alors, qui vont-ils bien pouvoir choisir ?

angouleme_grand_prix_sacco> la piste étrangère

On pourrait imaginer que l’académie profite de la venue d’un auteur étranger au Festival pour lui remettre la récompense. Ivan Brunetti, David Heatley ou Dash Shaw semblent trop jeunes ou trop underground pour l’emporter. L’oeuvre d’Alan Martin et Kevin O’Neil, bien que majeure, semble un peu juste pour entrer dans le panthéon angoumoisin. Reste Joe Sacco, fer de lance de la BD reportage (Palestine, Gorazde, The Fixer) et auteur d’une somme magistrale sur Gaza qui vient de paraître chez Futuropolis. Par sa démarche pionnière et son oeuvre marquante, cet auteur incontournable de 50 ans a largement les épaules pour devenir Grand Prix.

angouleme_grand_prix_decrecy> le renouvellement de génération

Concernant les auteurs européens, une question revient chaque année : reste-t-il des grandes figures, des vieux briscards de la BD qui n’ont pas encore été récompensés ? Et la réponse est oui, bien sûr, même si Tibet et Jacques Martin viennent de nous quitter. Mais les récents prix semblent toutefois indiquer un renouvellement de génération, qui ferait plus de place à des auteurs plus jeunes. Dans cette optique, les postulants sont assez nombreux. Et les pronostics forcément un peu subjectifs… On pourrait par exemple penser à Nicolas de Crécy, créateur d’univers singuliers qui, comme Blutch, angouleme_grand_prix_arleston_morvan ouvre le champ de la bande dessinée vers des champs plus larges, comme la peinture ou le cinéma.

> l’option grand public

Dans la catégorie tous publics, pour trancher d’avec Blutch, deux sérieux candidats se posent et ils sont scénaristes : Christophe Arleston et Jean David Morvan. Auteurs d’une oeuvre déjà volumineuse, qui a amené un peu de sang neuf à la BD de ces quinze dernières années et qui a su conquérir un large public, ils pourraient bien prétendre à une place au chaud avec les Grands Prix. Cependant, force est de constater que les scénaristes purs n’ont jamais été les chouchous du Festival… Alors, reviennent toujours quelques éternels outsiders, auteurs complets et plutôt populaires : François Bourgeon, Bernar Yslaire, Hermann

angouleme_grand_prix_davidb> la piste ouverte par le Festival de Blois

Dans cette optique, on peut aller chercher du côté d’un autre palmarès, celui du festival BD Boum de Blois. En effet, Dupuy-Berberian ont été couronnés Grand Boum en 2004, avant de devenir Grand Prix d’Angoulême quatre ans plus tard… Et là, on trouve d’excellents candidats : Emmanuel Guibert, David B., Jean-Claude Denis, Baru et Lorenzo Mattotti. Si Guibert, qui vient d’être couronné à Blois, semble par là-même hors course pour cette édition, les autres auraient tout à fait leur place aux côtés des Grands Prix.

angouleme_grand_prix_menu> le choix radical

Autre piste, plus radicale : Jean-Christophe Menu, co-fondateur et grand horloger de l’éditeur L’Association, qui fête cette année ses 20 ans d’existence. Un éditeur qui a grandement oeuvré au renouvellement de la bande dessinée dans les années 90 et 2000, qui a mis le pied à l’étrier à un grand nombre de jeunes auteurs et qui continue à défricher ce qui sera le 9e art de demain. Cette nomination récompenserait un auteur rare et exigeant, et un éditeur primordial. Mais elle ne serait pas vraiment consensuelle…

angouleme_grand_prix_larcenet> le candidat idéal ?

Enfin, est-ce que 2010 ne serait pas l’année Manu Larcenet ? En effet, cet auteur de 40 ans a déjà une conséquente bibliographie derrière lui, dans des genres différents et chez des éditeurs variés, principalement Fluide Glacial, Dargaud et Les Rêveurs – label qu’il a fondé avec Nicolas Lebedel. De plus, il a un vrai public, fan du Retour à la terre et du Combat ordinaire, lauréat du prix du meilleur album à Angoulême en 2004. Enfin, il vient de publier le premier volume de son « chef d’oeuvre », Blast, dont il nous contait la création en novembre dernier et qui est en compétition cette année. En raison de tous ces éléments, Manu Larcenet me paraît être le candidat idéal.

Et vous, qui est votre favori ?

Images © Lewis Trondheim – 9e art + / Joe Sacco / Christophe Beauregard – Les Humanos (photo De Crécy) / Rita Scaglia – Dargaud / Soleil / BD Boum / David Rault 2009, tous droits réservés / Dargaud

Commentaires

  1. Olivier

    Marc Antoine Mathieu !

  2. Olivier

    Marc Antoine Mathieu !

  3. Ah, oui, excellent choix !

  4. Ah, oui, excellent choix !

  5. Glorb

    Si on cherche à l’international, on peut trouver beaucoup de monde, notamment côté US avec SpiegelMann (pas d’actualité), Crumb, ou plus récent Chris Ware qui a bien révolutionné la BD des dernières années.

  6. Glorb

    Si on cherche à l’international, on peut trouver beaucoup de monde, notamment côté US avec SpiegelMann (pas d’actualité), Crumb, ou plus récent Chris Ware qui a bien révolutionné la BD des dernières années.

  7. Chris Ware est sans aucun doute un excellent choix, mais comme sa venue n’est pas annoncée cette année (alors qu’il était présent l’an dernier), je doute fort qu’il soit choisi. Spiegelman, pareil. Et Robert Crumb sera là, mais il est déjà Grand Prix (1999).

  8. Chris Ware est sans aucun doute un excellent choix, mais comme sa venue n’est pas annoncée cette année (alors qu’il était présent l’an dernier), je doute fort qu’il soit choisi. Spiegelman, pareil. Et Robert Crumb sera là, mais il est déjà Grand Prix (1999).

  9. François Pincemi

    Y’en a marre de tous ces jeunes auteurs que l’on va encenser alors qu’ils n’ont que 35 ou 45 ans, surtout lorsque leurs bouquins se vendent à 10 ou 20 000 exemplaires (que dalle à coté des ventes d’un album populaire!!). Voyons les choses en face, voulez-vous: un Grand prix doit récompenser des dizaines d’années de bons et loyaux services à la cause de la bonne bande dessinée tout public, et non seulement un album récent réussi (cas du Blast de Larcenet; ouais, mais Larcenet a déjà été récompensé avec le Combat ordinaire).
    Blutch l’a reconnu dans son interview à Technik art, normalement ce sont des gens comme Tibet, Cauvin et Lambil qui devraient être récompensés, c’est à dire des auteurs ayant 40, 50 ou 60 ans de carrière derrière eux. Et pas des petits plaisantins ayant appris à lire de la BD avec les premiers Lapin de Menu, ni ceux qui ont appris à dessiner en imitant les dessins de Blutch.

  10. François Pincemi

    Y’en a marre de tous ces jeunes auteurs que l’on va encenser alors qu’ils n’ont que 35 ou 45 ans, surtout lorsque leurs bouquins se vendent à 10 ou 20 000 exemplaires (que dalle à coté des ventes d’un album populaire!!). Voyons les choses en face, voulez-vous: un Grand prix doit récompenser des dizaines d’années de bons et loyaux services à la cause de la bonne bande dessinée tout public, et non seulement un album récent réussi (cas du Blast de Larcenet; ouais, mais Larcenet a déjà été récompensé avec le Combat ordinaire).
    Blutch l’a reconnu dans son interview à Technik art, normalement ce sont des gens comme Tibet, Cauvin et Lambil qui devraient être récompensés, c’est à dire des auteurs ayant 40, 50 ou 60 ans de carrière derrière eux. Et pas des petits plaisantins ayant appris à lire de la BD avec les premiers Lapin de Menu, ni ceux qui ont appris à dessiner en imitant les dessins de Blutch.

  11. Dante Alighiéri

    De Crécy .Ou bien Marc Antoine Mathieu. Davodeau ?
    Rabaté !

  12. Dante Alighiéri

    De Crécy .Ou bien Marc Antoine Mathieu. Davodeau ?
    Rabaté !

  13. Elene

    Frank Le Gall, please !!

  14. Elene

    Frank Le Gall, please !!

  15. Banana

    Frank Le Gall ? Pff, nul ! Il n’a rien apporté à la BD.

  16. Banana

    Frank Le Gall ? Pff, nul ! Il n’a rien apporté à la BD.

  17. J’ai une tendresse particulière pour Baudoin.

  18. J’ai une tendresse particulière pour Baudoin.

  19. narcisse

    Chris Ware est le meilleur choix. On a là le plus grand auteur de bd vivant et qui fait vraiment avancer la bd, qui s’intéresse à la fois sur toutes les possibiltés que donnent ce médium tout en ayant une connaissance parfaite de l’histoire de ce médium. Un grand prix « international » qui ne sera pas contestable. Il est temps aussi au festival « international » d’arreter de se focaliser uniquement sur la France. Ca nous aurait épargné certains grands prix inutiles comme Veyron, Cestac, Margerin ou Dupuy Berbérian…
    Quand a récompenser Lambil et Cauvin, je me marre.. C ‘est sur qu’ils ont marqués la bd….lol

  20. narcisse

    Chris Ware est le meilleur choix. On a là le plus grand auteur de bd vivant et qui fait vraiment avancer la bd, qui s’intéresse à la fois sur toutes les possibiltés que donnent ce médium tout en ayant une connaissance parfaite de l’histoire de ce médium. Un grand prix « international » qui ne sera pas contestable. Il est temps aussi au festival « international » d’arreter de se focaliser uniquement sur la France. Ca nous aurait épargné certains grands prix inutiles comme Veyron, Cestac, Margerin ou Dupuy Berbérian…
    Quand a récompenser Lambil et Cauvin, je me marre.. C ‘est sur qu’ils ont marqués la bd….lol

  21. pascal

    Allez prenons un peu de hauteur dans ce monde étriqué ,terreau de la pensée unique et cacochyme et arretons un peu la rigolade.
    Je propose.
    Joe Kubert, légende vivante de la bd américaine.Toujours en activité à 84 ans et pleins de projets devant lui. L’age n’ a en rien altéré son trait fabuleux et son encrage « laché » somptueux,(tiens ici on l’a découvert il y à une quinzaine d’années le trait laché, cinquante ans après tout le monde).De plus avec son école,il a su repérer et former des artistes dans tout les genres et styles,loin des chapelles (une vrai leçon pour les écoles à clones d’ici).

    Carmine Infantino,beaucoup pour les memes raisons et qui lui en plus a pris des responsabilités éditoriales -c’est lui qui a acceuilli les auteurs philippins qui en leur temps ont révolutionnés le noir et blanc-.
    On parle de la philippine,alors je proposeTony De Zuniga
    Je continue avec:
    Stan Lee.

    Buishi Terazawa(cobra),pour ses innovations et explorations continuelles-entre autres l’utilisation de l’ordinateur pour créer et diffuser longtemps avant les autres-.

    L’immense scénariste Kazuo Koike (lone wolf and cube,crying freeman,sanctuary)

    L’universitaire Masamune Shirow (ghost in the shell) parce que …lisez le tout simplement.

    Ryoichi Ikegami.

    Cavazzano figure immense et prolifique de la bd italienne. Entre autres, son Mickey est à tomber et reconnaissable entre tous.Le premier il s’est libéré du « carcan » du style Disney tout en le prolongeant,prouvant qu’ une vision d’ auteur peu s’épanouir dans la figure (très) imposée.
    Sergio Toppi,lui aussi parce que..
    .
    Nicola Mari, son trait fait autorité dans les fumetti

    Des espagnols maintenant.Ceux de la grande époque,qui avaient fait dire à Franquin examinant leur travail le fameux: »On est tous des amateurs »
    Donc Auraléon.

    Fernando Fernandez,(voyez son Zora et les hibernautes,son Dracula)

    Carlos Gimenez, qu’on redécouvre.

    Et puis bien évidemment un grand de l’age d’or de la bd belge(il en reste plus beaucoup debout).

    René Follet l’oublié chronique dont le talent(dessin encrage peinture-je me souvient d’une couverture pour sa série les Zingari et d’illustrations pour Tom Sawyer…-)dont le talent donc le met au dessus des plus grands.Voilà.
    Le seul défaut impardonnable de tous ces auteurs pour en faire des grands prix,c’est qu’ils ont le mauvais gout de ne pas fréquenter les alentours de la tour Eiffel…
    Maintenant,reprenons la grosse rigolade:Menu grand prix?pour son fanzine Laprot alors?A l’époque il était drole volontairement,après il est vite rentré dans la période de régression artistique(comment ça c’est pas un argument puisque c’est aussi le cas de la plupart des autres grands prix!)Quel mauvais esprit vraiment…Alors pour continuer dans le n’importe quoi moi je dis Marjane « auteure »et aussi largeur(hé ho moi je pense à la place qu’elle prend dans les médias et le coeur des bibliothèquaires,vous les mauvais esprits vous faites ce que vous voulez) Evidemment le fin du fin serait le produit Sfar,en ce moment il a la carte l’infaillible.

    Et puis tiens tiens il faut etre à Angoulème pour avoir le grand prix ? curieux…et explicite.

  22. pascal

    Allez prenons un peu de hauteur dans ce monde étriqué ,terreau de la pensée unique et cacochyme et arretons un peu la rigolade.
    Je propose.
    Joe Kubert, légende vivante de la bd américaine.Toujours en activité à 84 ans et pleins de projets devant lui. L’age n’ a en rien altéré son trait fabuleux et son encrage « laché » somptueux,(tiens ici on l’a découvert il y à une quinzaine d’années le trait laché, cinquante ans après tout le monde).De plus avec son école,il a su repérer et former des artistes dans tout les genres et styles,loin des chapelles (une vrai leçon pour les écoles à clones d’ici).

    Carmine Infantino,beaucoup pour les memes raisons et qui lui en plus a pris des responsabilités éditoriales -c’est lui qui a acceuilli les auteurs philippins qui en leur temps ont révolutionnés le noir et blanc-.
    On parle de la philippine,alors je proposeTony De Zuniga
    Je continue avec:
    Stan Lee.

    Buishi Terazawa(cobra),pour ses innovations et explorations continuelles-entre autres l’utilisation de l’ordinateur pour créer et diffuser longtemps avant les autres-.

    L’immense scénariste Kazuo Koike (lone wolf and cube,crying freeman,sanctuary)

    L’universitaire Masamune Shirow (ghost in the shell) parce que …lisez le tout simplement.

    Ryoichi Ikegami.

    Cavazzano figure immense et prolifique de la bd italienne. Entre autres, son Mickey est à tomber et reconnaissable entre tous.Le premier il s’est libéré du « carcan » du style Disney tout en le prolongeant,prouvant qu’ une vision d’ auteur peu s’épanouir dans la figure (très) imposée.
    Sergio Toppi,lui aussi parce que..
    .
    Nicola Mari, son trait fait autorité dans les fumetti

    Des espagnols maintenant.Ceux de la grande époque,qui avaient fait dire à Franquin examinant leur travail le fameux: »On est tous des amateurs »
    Donc Auraléon.

    Fernando Fernandez,(voyez son Zora et les hibernautes,son Dracula)

    Carlos Gimenez, qu’on redécouvre.

    Et puis bien évidemment un grand de l’age d’or de la bd belge(il en reste plus beaucoup debout).

    René Follet l’oublié chronique dont le talent(dessin encrage peinture-je me souvient d’une couverture pour sa série les Zingari et d’illustrations pour Tom Sawyer…-)dont le talent donc le met au dessus des plus grands.Voilà.
    Le seul défaut impardonnable de tous ces auteurs pour en faire des grands prix,c’est qu’ils ont le mauvais gout de ne pas fréquenter les alentours de la tour Eiffel…
    Maintenant,reprenons la grosse rigolade:Menu grand prix?pour son fanzine Laprot alors?A l’époque il était drole volontairement,après il est vite rentré dans la période de régression artistique(comment ça c’est pas un argument puisque c’est aussi le cas de la plupart des autres grands prix!)Quel mauvais esprit vraiment…Alors pour continuer dans le n’importe quoi moi je dis Marjane « auteure »et aussi largeur(hé ho moi je pense à la place qu’elle prend dans les médias et le coeur des bibliothèquaires,vous les mauvais esprits vous faites ce que vous voulez) Evidemment le fin du fin serait le produit Sfar,en ce moment il a la carte l’infaillible.

    Et puis tiens tiens il faut etre à Angoulème pour avoir le grand prix ? curieux…et explicite.

  23. Elene

    Superbe ces propositions, Pascal ! Et d’accord avec vous pour certaines d’entre elles qui rendraient justice et remettraient un peu les choses à leur place… Pourquoi parle-t-on toujours des mêmes alors que d’autres ont autant, voire plus de talent ? Le monde de la Bd est d’une paresse intellectuelle consternante.

  24. Elene

    Superbe ces propositions, Pascal ! Et d’accord avec vous pour certaines d’entre elles qui rendraient justice et remettraient un peu les choses à leur place… Pourquoi parle-t-on toujours des mêmes alors que d’autres ont autant, voire plus de talent ? Le monde de la Bd est d’une paresse intellectuelle consternante.

  25. narcisse

    Et Taiyou Matsumoto ! Vu qu’il a été très influencée par la bd européenne cela ferait moins « exotique » pour certains qui rechigneraient à le donner à un japonais…

  26. narcisse

    Et Taiyou Matsumoto ! Vu qu’il a été très influencée par la bd européenne cela ferait moins « exotique » pour certains qui rechigneraient à le donner à un japonais…

  27. pascal

    « Paresse intellectuelle »,y’a des intellectuels dans la bd tout acteurs confondus? -je parle même pas des lecteurs- .A part le grand Sfar je vois pas! Et c’est quoi cette tête d’illuminé pour Menu sur la photo? C’est sur lui qu’on a testé le vaccin contre le virus h1n1? Ou alors on lui a demandé de régler la facture des flacons en trop et ça l’a contrarié…
    On parle plus haut de cooptation,je dirais plutôt copinage pathétique.Mais ne perdons pas le fil,doncje propose d’autres noms.
    L’espagnol Jordi Bernet:Le roi de » l’ambiance » avec deux coups de pinceau sec et trois traits.Il a repris Torpedo des mains du mythique Alex Toth, sans avoir a en rougir.
    Luis garcia.
    Esteban Maroto.
    Claudio Villa:Parce que dans le cadre de la production des fumetti,il vaut les meilleurs d’ici en trait réaliste.
    Manara.
    Al Williamson:Héritier d’un certain âge d’or de la bd américaine,et quel encreur!
    Frazetta:pour les même raison que Williamson.
    Bill Waterson(Calvin et Hobbes):Pour enfin récompenser un auteur de strips.
    Joop Swarte:parce que on ne peu pas ignorer éternellement la bd flamande c’est indécent.
    Et bien sur les sempiternels méprisés a qui la bd doit tant.
    Jean Graton.
    tabary.
    Marcello. et pléthore d’autres,un vrai choix radical dans le conformisme ambiant.

  28. pascal

    « Paresse intellectuelle »,y’a des intellectuels dans la bd tout acteurs confondus? -je parle même pas des lecteurs- .A part le grand Sfar je vois pas! Et c’est quoi cette tête d’illuminé pour Menu sur la photo? C’est sur lui qu’on a testé le vaccin contre le virus h1n1? Ou alors on lui a demandé de régler la facture des flacons en trop et ça l’a contrarié…
    On parle plus haut de cooptation,je dirais plutôt copinage pathétique.Mais ne perdons pas le fil,doncje propose d’autres noms.
    L’espagnol Jordi Bernet:Le roi de » l’ambiance » avec deux coups de pinceau sec et trois traits.Il a repris Torpedo des mains du mythique Alex Toth, sans avoir a en rougir.
    Luis garcia.
    Esteban Maroto.
    Claudio Villa:Parce que dans le cadre de la production des fumetti,il vaut les meilleurs d’ici en trait réaliste.
    Manara.
    Al Williamson:Héritier d’un certain âge d’or de la bd américaine,et quel encreur!
    Frazetta:pour les même raison que Williamson.
    Bill Waterson(Calvin et Hobbes):Pour enfin récompenser un auteur de strips.
    Joop Swarte:parce que on ne peu pas ignorer éternellement la bd flamande c’est indécent.
    Et bien sur les sempiternels méprisés a qui la bd doit tant.
    Jean Graton.
    tabary.
    Marcello. et pléthore d’autres,un vrai choix radical dans le conformisme ambiant.

  29. ralph

    cosey
    frank le gall

  30. ralph

    cosey
    frank le gall

  31. anaïs

    J-C Menu est un très bon éditeur, je ne sais pas s’il mérite les mêmes éloges en tant qu’auteur. je ne le vois pas grand prix. Je reviens à Bill Waterson, excellent choix pour un américain. Sa bande dessinée est à la fois populaire et intelligente, pleine d’humour et de finesse, son trait simple, sensible, expressif et juste. Difficile souvent de réunir toutes ces qualités!
    pour un auteur français,je pense à Bourgeon, talentueux auteur des excellentes séries « les passagers du vent » et « les compagnons du crépuscule » qui à mes yeux lui donnent droit au titre, même si je trouve que la suite des passagers du vent n’est plus à la hauteur, d’un point de vue graphique: son trait est devenu lourd et ses couleurs bouchées (un peu comme les derniers Thorgal). mais voilà un véritable auteur, qui écrit aussi bien qu’il dessine (Qui a autant travaillé le langage, avec autant d’exigence et d’inventivité?)
    Baudoin aussi, me satisferait car c’est un auteur de bande dessinée doublé d’un plasticien qui a créé une oeuvre sensible et poétique et je trouve l’homme humaniste et intéressant.
    Je pense également à Didier Comès, un auteur qui n’est pas médiatisé et qui a créé les chef-d’oeuvre « Silence » et  » La Belette ». il n’a cependant rien fait depuis 2006 et a peu de chances d’être grand prix…
    En tout cas, je souhaite que le grand prix soit attribué à un auteur ayant une véritable personnalité, un univers bien à lui. D’accord donc pour De Crécy, David B. (ça m’arracherait le cul, pardon my french, que Marjanne Satrapi soit grand prix alors qu’il lui a tout appris et qu’elle n’a pas le quart de son talent (je reconnais toutefois la valeur de Persepolis, ça n’empêche pas)), Emmanuel Guibert…Peu importe l’âge à mon avis. je n’ai pas été choqué que Blutch l’obtienne, au contraire. S’il a dit qu’un auteur plus vieux et populaire aurait dû l’emporter, c’est qu’il est modeste, ça ne veut pas dire qu’il aie raison. Et bon sang!!! personne ne pense à Claire Brétécher?

  32. anaïs

    J-C Menu est un très bon éditeur, je ne sais pas s’il mérite les mêmes éloges en tant qu’auteur. je ne le vois pas grand prix. Je reviens à Bill Waterson, excellent choix pour un américain. Sa bande dessinée est à la fois populaire et intelligente, pleine d’humour et de finesse, son trait simple, sensible, expressif et juste. Difficile souvent de réunir toutes ces qualités!
    pour un auteur français,je pense à Bourgeon, talentueux auteur des excellentes séries « les passagers du vent » et « les compagnons du crépuscule » qui à mes yeux lui donnent droit au titre, même si je trouve que la suite des passagers du vent n’est plus à la hauteur, d’un point de vue graphique: son trait est devenu lourd et ses couleurs bouchées (un peu comme les derniers Thorgal). mais voilà un véritable auteur, qui écrit aussi bien qu’il dessine (Qui a autant travaillé le langage, avec autant d’exigence et d’inventivité?)
    Baudoin aussi, me satisferait car c’est un auteur de bande dessinée doublé d’un plasticien qui a créé une oeuvre sensible et poétique et je trouve l’homme humaniste et intéressant.
    Je pense également à Didier Comès, un auteur qui n’est pas médiatisé et qui a créé les chef-d’oeuvre « Silence » et  » La Belette ». il n’a cependant rien fait depuis 2006 et a peu de chances d’être grand prix…
    En tout cas, je souhaite que le grand prix soit attribué à un auteur ayant une véritable personnalité, un univers bien à lui. D’accord donc pour De Crécy, David B. (ça m’arracherait le cul, pardon my french, que Marjanne Satrapi soit grand prix alors qu’il lui a tout appris et qu’elle n’a pas le quart de son talent (je reconnais toutefois la valeur de Persepolis, ça n’empêche pas)), Emmanuel Guibert…Peu importe l’âge à mon avis. je n’ai pas été choqué que Blutch l’obtienne, au contraire. S’il a dit qu’un auteur plus vieux et populaire aurait dû l’emporter, c’est qu’il est modeste, ça ne veut pas dire qu’il aie raison. Et bon sang!!! personne ne pense à Claire Brétécher?

  33. Claire Bretécher a tout de même obtenu le Prix du 10e anniversaire du Festival d’Angoulême, en 1983, l’année du Grand Prix de Forest.

  34. Claire Bretécher a tout de même obtenu le Prix du 10e anniversaire du Festival d’Angoulême, en 1983, l’année du Grand Prix de Forest.

  35. Francis Pincemoi

    A titre personnel, je m’étonne que Monsieur Van Hamme n’ait jamais eu l’honneur d’un Grand Prix. Car c’est un excellent raconteur d’histoire pleines de suspens. Je sais qu’il n’est pas dessinateur, mais il me semble que son oeuvre parle pour lui et qu’il a beaucoup fait pour la reconnaissance de la BD dans les news-magazines grand public (prépublications de Largo Winch dans Challenge ou le Figaro-Magazine). Je dirai que de plus, il a le flair pour s’attacher les services de dessinateurs qui vont sublimer ses histoires (Vance, Frank, Rosinsky notamment). Un seul problème: cela se vend trop bien parce que c’est passionnant à lire, et pas assez branché indé. Quelle tristesse, mes enfants!

  36. Francis Pincemoi

    A titre personnel, je m’étonne que Monsieur Van Hamme n’ait jamais eu l’honneur d’un Grand Prix. Car c’est un excellent raconteur d’histoire pleines de suspens. Je sais qu’il n’est pas dessinateur, mais il me semble que son oeuvre parle pour lui et qu’il a beaucoup fait pour la reconnaissance de la BD dans les news-magazines grand public (prépublications de Largo Winch dans Challenge ou le Figaro-Magazine). Je dirai que de plus, il a le flair pour s’attacher les services de dessinateurs qui vont sublimer ses histoires (Vance, Frank, Rosinsky notamment). Un seul problème: cela se vend trop bien parce que c’est passionnant à lire, et pas assez branché indé. Quelle tristesse, mes enfants!

  37. tutu

    Van Hamme : grand prix?

    et pourquoi Gérard De Villiers, prix Goncourt!

    Larcenet pourquoi pas, son Combat Ordinaire et son retour à la terre était formidable. j’ai moins accroché avec Blast, malgré la recherche graphique indéniable.

  38. tutu

    Van Hamme : grand prix?

    et pourquoi Gérard De Villiers, prix Goncourt!

    Larcenet pourquoi pas, son Combat Ordinaire et son retour à la terre était formidable. j’ai moins accroché avec Blast, malgré la recherche graphique indéniable.

Publiez un commentaire