Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | March 28, 2017















Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Batgirl, année 1

18 mars 2015 |
SERIE
Batgirl, année 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
19 €
DATE DE SORTIE
06/02/2015
EAN
2365774237
Achat :

La geekette veut de l’action. Barbara, chevelure rousse et lunettes de celle qui passe sa vie devant un écran, est une brillante bibliothécaire-hacker. Mais c’est aussi la fille du commissaire Gordon, et elle se sent la fibre policière. Mais son paternel s’y refuse, alors la jeune femme se fera justicière masquée. Et en pompant pour son costume le plus fameux d’entre eux, elle va rapidement se confronter à Batman…

batgirl_image1Personnage mineur de Gotham City, et toujours dans l’ombre du Chevalier Noir et même dans celle de Robin, Batgirl trouve avec cette renaissance signée Scott Beatty et Chuck Dixon une certaine raison d’être. Battante, maligne, tête brûlée, forcément féministe et immanquablement maladroite, Barbara/Batgirl est finalement assez typique des post-ados tentés par l’héroïsme en costume, mais se construit au fil des pages – et c’est plus intéressant – en opposition au patriarcat et à la misogynie ambiante, qui veut que les filles restent au chaud, ou, si elles chassent les méchants (comme ici Black Canary), elles le fassent avec brushing impeccable et bas résilles. Ce parti pris donne de l’épaisseur au personnage et à cet album relatant ses premiers pas. Mais attention, Batgirl, année 1 n’est pas un comics politique voulant secouer le cocotier des super-héros testostéronés : c’est avant tout un divertissement léger, fait d’humour, de bagarres et d’un brin de scènes de ménage. Et dans le genre, c’est plutôt bien fait, notamment grâce au graphisme aérien et allant à l’essentiel de Marcos Martin.

batgirl_image2

Commentaires

  1. Clark Kent

    Peut-on savoir qui signe la traduction de cette série, svp ?

  2. Benjamin Roure

    Mathieu Auverdin

Publiez un commentaire