Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Batman Empereur Pingouin

25 avril 2017 |
SERIE
Batman
ALBUM
Empereur Pingouin
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
28 €
DATE DE SORTIE
03/02/2017
EAN
B01M0UDUWC
Achat :

La langue française est fourbe. On a mis des heures à comprendre le jeu de mots « Empereur Pingouin » qui donne son titre à ce récit complet Batman, pour la simple raison qu’en anglais, la distinction manchot et pingouin n’existe pas et que ce que l’on appelle outre-Atlantique « emperor penguin » se nomme chez nous « manchot empereur ». Passionnant n’est-il pas ? Vous l’aurez compris en tout cas, cette aventure tourne autour d’un des vilains les plus emblématiques de Gotham City, Oswald Cobblepot de son petit nom. Et plus exactement autour de celui qui va le pousser, tel le coucou, hors du nid, et prendre sa place de chef de la pègre, en s’autoproclamant palmipède impérial.

batman_empereur_pingouin_imageCe nouveau méchant qui sert de fil rouge – pas super excitant – ne sera pas le seul à mettre la pagaille à Gotham et donc à titiller Batman. Ce gros volume, qui consiste en fait en un arc bouclé de la série régulière Detective Comics, convoque bon nombre des adversaires de la Chauve-souris les plus célèbres, pour que la fête soit plus folle : Poison Ivy, l’inévitable Joker, Man-Bat, etc., avec une mention spéciale à Gueule d’argile, plutôt touchant ici. Detective Comics n’a d’autre ambition au sein de DC Renaissance que d’être la face B de la série tête de gondole du Batverse signée Scott Snyder : rien de plus à attendre ici que du serial musclé, sans enjeu narratif de fond – et pour cause, cette série-là ne fait que rebondir sur les événements majeurs qui se passent ailleurs et qu’Urban Comics, comme à son habitude, prend la peine de résumer avec pédagogie. Au final, cet Empereur Pingouin se lit comme du feuilleton solidement charpenté, bien dessiné, et pas dénué d’humour, spécialité du scénariste John Layman (Chew). Mais un feuilleton oubliable qui sera surtout à réserver aux inconditionnels du Dark Knight.

 

Commentaires

  1. Rup

    En anglais, il y a bien une différence dans la mesure où manchot et pingouin sont des espèces de volatiles qui n’ont pas grand chose en commun… Certes penguin signifie manchot, mais un pingouin se dit great auk pour le grand et razorbill pour le petit

  2. Guillaume Regourd

    Merci pour la précision. la conclusion est la même en tout cas : traduire les jeux de mots à base de noms d’animaux est souvent compliqué.

Publiez un commentaire