Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | February 2, 2023















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël 2022 #2

16 décembre 2022 |

Tic tac, tic tac, Noël approche : et si vous piochiez des idées dans nos best of de l’année ou dans notre première sélection de beaux livres ? Ou alors, dans ces nouvelles propositions.

Par Rémi I. et Benjamin Roure

william-heath-robinson-couvWilliam Heath Robinson Vol. 1

« Quelques idées simples pour profiter pleinement de son temps libre! » Voilà le sous-titre de cet élégant ouvrage, qui remet à l’honneur un illustrateur méconnu en France et dans le monde : l‘Anglais William Heath Robinson (1872-1944). Dirigée par Lilas Carpentier et Guillaume Mélère, cette anthologie se concentre ainsi sur les dessins autour du sport et des loisirs (un second volume est annoncé autour de la vie quotidienne) que produisit pour la presse cet artiste célébré en son pays et surnommé le « roi des gadgets ». En effet, au sein de ses grandes images insolites pleines de détails croustillants, il déployait une imagination fertile et débridée, proche d’un certain nonsense tout britannique, pour créer toutes sortes d’objets innovants et incongrus, faits d’aimants, de bras télescopiques, de fils tendus et de structures défiant les principes de la gravité comme ceux de l’utilité (Gaston Lagaffe ou Fantasio ne sont pas si loin…). Reproduites à partir des collections du musée qui lui est consacré en Angleterre, ces illustrations se picorent avec bonheur et un sourire sincère, tant elles rivalisent d’inventivité, d’humour et d’originalité, portées par un trait d’une finesse et d’une souplesse rares.

Mont Métallifères éditions, 240 p. 40 €.

sur-les-routes-de-crecy

Sur les routes – Carnet en poche

Artiste touche-à-tout, Nicolas de Crécy est connu à travers le monde pour ses dessins, ses peintures et ses bandes dessinées. Globe-trotteur, il a replongé dans ses multiples carnets de 20 ans de voyages, pour en tirer des paysages et bâtiments croqués dans des pays aussi divers que le Mexique, le Japon, la Slovénie ou l’Italie. Mi-artbook mi-ouvrage analytique, de nombreux dessins sont accompagnés de commentaires écrits a posteriori sur les lieux ou les techniques utilisées. Un ravissement, un peu comme le sont les différents ouvrages graphiques similaires de Emmanuel Guibert et David Prudhomme, mais aussi une invitation au voyage. À lire et offrir pour les belles images qu’il contient, mais également pour découvrir plus en détail le processus et les techniques d’un des grands dessinateurs de notre temps.

Par Nicolas de Crécy. Gallimard, 200 p., 26 €.

ana-miralles-maghenANA

Premier artbook consacré à Ana Mirallès, ANA flattera l’oeil des fans de la dessinatrice de Djinn, la série écrite par Jean Dufaux. Alors que plusieurs de ses originaux ont été vendus récemment par Daniel Maghen, le galeriste-éditeur propose ici un ouvrage de très grand format et à l’impression soignée pour mieux rendre hommage au travail pictural de l’artiste espagnole. Après une introduction et une longue interview, on navigue donc dans une succession de reproductions de planches, illustrations, recherches, pleines de beautés sculpturales à la plastique impeccable et aux lignes souvent très similaires, toujours dans le registre d’un exotisme assumé et d’un érotisme soft. De la BD comme on n’en fait plus vraiment, mais qui a ravi (et ravit sans doute encore) des milliers de fans de ce type de dessin classique et léché, qui ont enfin leur best of XXL d’Ana Mirallès.

Éditions Daniel Maghen, 176 p., 39 €.

otto-couv

Otto

L’orage gronde, il pleut des cordes. Otto gratte à la porte, mais personne ne lui ouvre. Le chien fuit alors malgré le temps maussade. Cet ouvrage est le journal de sa fugue campagnarde, durant laquelle il suit et chasse les papillons et un chat errant, fait connaissance avec un de ses congénères, parcourt la ville et la forêt au gré de sa pérégrination. Sur ce scénario minimaliste, cette bande dessinée totalement muette aux grandes cases habillées de noir et de bleu surprend par son dessin vif captant à merveille les attitudes de l’animal. Ces instants de vie anodins filent sous le pinceau vivace de Charles Nogier qui prend un évident plaisir à croquer les éléments et la nature. En résulte une poésie naturaliste à la fluidité exemplaire. Une ballade bucolique à lire pour s’évader, tout simplement.

Par Charles Nogier. Les éditions de la Cerise, 256 p., 25 €.

White Boy

white-boy

Après Walt & Skeezix, nouvelle bonne pioche des éditions 2024 du côté du patrimoine américain. Tiré des pages du dimanche du Tribune Syndicate de 1933 à 1935, White Boy est un western atypique, plein de légèreté voire de poésie, et qui surtout prend le point de vue des Indiens. Il met en scène un adolescent blanc capturé par une tribu, qui va se rapprocher d’une jeune squaw et découvrir au fil de mésaventures souvent cocasses le mode de vie des Natives. Garrett Price (1896-1979), qui deviendra par la suite un talentueux illustrateur du New Yorker notamment, développe ainsi un style fluide pour un récit d’apprentissage décalé, d’une singulière puissance graphique notamment dans les scènes de nature sauvage, à laquelle Blutch rend hommage dans son récent La Mer à boire. Une très belle redécouverte, au sein d’un album classieux.

Par Garrett Price. Éditions 2024, 104 p., 34 €.

Le Super livre Dragon Ball #2

L’année dernière était sorti le premier Super livre autour de l’univers de Dragon Ball. Celui-ci se concentrait sur le manga originel, mais la licence Dragon Ball c’est aussi, pour de très nombreux Français, son adaptation animée. C’est justement le sujet de ce deuxième opus (sur quatre) qui se consacre à la version animée de la série culte d’Akira Toriyama. Après un bref tour d’horizon des dernières adaptations, suites, séries dérivées en dessin animé, le livre se consacre exclusivement à la série d’animation originelle composée de 153 épisodes. Moins foisonnant d’informations exclusives que le Super livre 1, celui-ci se consacre point par point et linéairement à l’histoire. Il en profite pour apporter quelques ajouts contextuels, explications ou apartés qui permettent une redécouverte en profondeur des différents arcs et temps forts de la série. Un retour en enfance immédiat pour les trentenaires biberonnés au Club Dorothée.

Glénat, 358 p., 32 €.

super-livre2-dragon-ball

 

Publiez un commentaire