Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 15, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Born to be on air ! #1-3

23 novembre 2017 |
SERIE
Born to be on air !
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
8.05 €
DATE DE SORTIE
17/05/2017
EAN
2811634940
Achat :

Le Japon ne se limite pas à Tokyo. Après Silver Spoon et Golden Kamui, voilà une nouvelle mise en valeur d’Hokkaido, l’île septentrionale du Japon. Born to be on air ! se déroule à Sapporo – la capitale régionale – et s’intéresse à Minare, 25 ans, serveuse dans un resto du quartier rouge. Et femme incandescente. Dans un bar, le gosier bien arrosé, elle se plaint de son ex auprès d’un journaliste qu’elle vient de rencontrer… et qui l’enregistre discrètement. Le lendemain, Minare entend sa propre colère éthylique à la radio ! Humiliation. Partie pousser une gueulante à la station, la jeune femme se laisse adoucir par le directeur, convaincu qu’elle possède un grand potentiel d’animatrice. Et la voilà bientôt aux commandes de sa propre émission nocturne : « Born to be on air ».

born-to-be-on-air-visuMais quelle est cette chose ?! Sournoisement déguisée en comédie du quotidien, Born to be on air ! cache une vraie bizarrerie. S’il est vrai qu’Hiroaki Samura dépeint la vie des jeunes adultes avec acuité, l’auteur signe surtout une oeuvre en roue libre totale, avouant lui-même ne pas pouvoir en déterminer le genre. Déjà, dessiner un manga sur la radio n’a rien de commun. Mais ce n’est que le socle d’une composition hybride où cohabitent humour, romance, thriller et SF, dont les plus franches saillies interviennent lors des prises d’antenne de Minare. Sur base de briefings lacunaires, elle improvise des fictions audio que Samura prend un malin plaisir à croiser avec la réalité de ses personnages. On sent l’auteur débridé, sans doute libre de dessiner tout ce qui lui passe par la tête – et de ne pas trop se fouler graphiquement, quand on sait ce dont il est capable depuis le succès de L’Habitant de l’infini. En gros : vous verrez une tortue se soulager dans la bouche de l’héroïne. Puis des prises de catch. Puis des dialogues sur le sens de la vie.

Inconstante, très bavarde et saturée de références nippo-nippones, cette série (toujours en cours) flirte avec l’indigeste, voire l’illisible. Mais son esprit libre, qui défie clichés et compartimentations, en fait une attachante curiosité à découvrir. À moins que ce ne soit le charme de Minare qui vous retienne. On comprendra.

NAMIYO KIITEKURE © Hiroaki SAMURA / Kodansha Ltd.

 

born-to-be-on-air-planche

Publiez un commentaire