Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 15, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Butcher Baker **

16 novembre 2012 |

picto-critique-V3-2butcher_baker_couvPar Mike Huddleston et Joe Casey. Ankama, 15,90 €, le 11 octobre 2012.

Les super-héros ont-ils droit à une retraite dorée ? Dans le monde de Butcher Baker, oui. Sauf que lui, le Redresseur de torts au coeur mécanique, on ne le laisse pas tranquille. L’administration américaine a recours une ultime fois à ses services pour détruire une prison bourrée de super-vilains et ses pensionnaires avec. Hélas, les plus méchants d’entre eux sont vraiment coriaces et, sortant des décombres, décident de faire la peau à Baker. Et il y a des chances que ça fasse mal, très mal.

butcher_baker_image1Attention, ovni graphique et narratif. Ou plutôt explosion visuelle et scénario bien barré. Car si la trame principale est assez classique, les personnages et leur personnalité propre ne le sont pas. Le scénariste Joe Casey imagine ainsi : un être éthéré et bisexué, sorte d’antimatière flashy sous ecsta; un allumé barbichu répondant au nom génial de Jihad Jones; un flic moustachu et champion du monde de la vengeance longtemps ruminée; et surtout un héros à la virilité encombrante et aux névroses de quinquagénaire. L’originalité réside donc dans ces figures étonnantes, hélas pas toujours bien servies par des dialogues souvent lourds. On sent que Casey a la tentation de verser dans le délire festif et irrévérencieux façon Tank Girl, mais se retient, voulant mener jusqu’au bout son histoire de plus de 150 pages. Côté graphique, en revanche, Mike Huddleston se lâche et accumule les jeux de trames, de transparence, d’effets spéciaux, de coups de crayon rageurs et de peintures numériques, dans un tourbillon d’images ébouriffant. Entre un scénario qui hésite, une mise en scène poids lourd et des planches magnifiques mais surchargées, le lecteur est rapidement éreinté et a besoin de faire régulièrement des pauses pour reprendre son souffle. Comme un bon alcool un peu trop fort, Butcher Baker est à consommer avec modération, pour apprécier sans se lasser.

Achetez Butcher Baker sur Fnac.com
Achetez Butcher Baker sur Amazon.fr
Achetez Butcher Baker sur BDFugue.com

butcher_baker_image2

Commentaires

Publiez un commentaire