Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Canis Majoris ***

24 mai 2013 |

picto-critique-V3-3canis_majoris_couvPar Loïc Locatelli Kournwsky. Vide cocagne, 12,50€, le 25 avril 2013.

Loïc Locatelli Kournwsky n’est pas un total inconnu, et l’abandon momentané de son pseudo (Renart) n’est pas anodin. Sans doute est-ce parce que dans ce livre il touche à l’intime, et se confronte sans fard à des démons intérieurs. Pourtant, il n’y a pas d’autobiographie assumée ni de questions pesantes dans Canis Majoris. Juste un récit d’une grande fluidité qui aborde avec beaucoup de douceur le très lourd sujet du suicide.

canis_majoris_couvOn y voit une tante, après un dernier repas familial, décider de s’arrêter sur le bas-côté et de s’allonger dans la neige, l’estomac gavé de médicament. Et un neveu abattu, cherchant à comprendre autant qu’à agir. À travers un moment de détente – une course de luge entre copains –, de grands ados s’interrogent et dissertent autours de la fameuse question : « qu’est ce que je changerai si je pouvais remonter le temps ? ». On imagine bien ce que voudrait faire le personnage principal, mais est-ce si simple ? Qui serait-il pour décider ou non du choix de sa tante ? De l’autre côté de la mort, il y a la culpabilité des vivants.

Avec beaucoup de talent, Loïc Locatelli Kournwsky réussit à ne jamais sombrer dans la facilité ou la lourdeur, danger terrible du sujet. En équilibriste, il vrille de chaque côté de la corde, aidé par un dessin d’une grande délicatesse, faisant le choix d’un onirisme radical plutôt que de la paraphrase. Et le récit se déroule, sous une nuit étoilé qui a rarement été si profonde.

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

Publiez un commentaire