Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Doctors

6 mars 2015 |
SERIE
Doctors
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
16 €
DATE DE SORTIE
22/01/2015
EAN
2369902078
Achat :

Un scientifique audacieux, aidé de sa fille, a inventé une machine aussi fascinante que terrifiante : le Charon. Celle-ci permet de faire revenir quelqu’un de la mort, en allant littéralement le chercher dans le monde post-mortem idéal qu’il s’est inconsciemment forgé. Encore expérimental, ce procédé attire quelques riches familles désireuses de ressusciter un proche. Mais le traumatisme de quitter un univers rêvé pour revenir à la triste réalité de la vie pourrait être plus terrible que la mort elle-même…

doctors_image1Avec son idée de départ vertigineuse, Dash Shaw continue de n’être pas là où on l’attend. Le jeune Américain, qui avait ébloui avec Bottomless Belly Button et Bodyworld, poursuit son voyage au coeur de l’âme humaine, de ses rêves, de ses dérèglements, et opte pour le scénario fantastique pour mieux en révéler les failles et l’essence. Ses personnages cherchent dans leur vie des repères qu’ils ont perdu, parfois de leur propre fait ; et ils se servent de la mort pour trouver des réponses, réparer des erreurs. Comme cette jeune femme qui rappelle à la vie sa mère, bourgeoise veuve et mélancolique, dans l’espoir secret de renouer des liens. Mais cette dernière deviendra dépressive et suicidaire, car la vie dans l’au-delà avait des allures de romance onirique, comme elle n’osait plus en rêver de son vivant. Il y a aussi ce millionnaire malade, qui a besoin de plus de temps pour se faire pardonner par ses fils; mais la mort lui apportera l’apaisement, alors à quoi bon revenir ?

Dérangeant, hypnotisant, le livre de Dash Shaw laisse tout de même dubitatif tout du long. D’abord par un choix graphique assez radical, dans la veine du relativement décevant New School. Avec un trait noir épais, peu soucieux de détails ou de précision, Shaw propose un graphisme faussement naïf invitant à se concentrer sur le fond et non la forme, que les aplats de couleurs denses recouvrant les pages rendent parfois peu lisibles. Dès lors, l’auteur nous tient bizarrement à distance, demande un effort pour se plonger dans une intrigue froide et parfois hermétique, qui suscite plutôt un trouble qu’une réelle empathie. Et puis, il y a le sous-texte religieux, pas forcément évident immédiatement, mais que la présence curieuse de Jésus en quatrième de couverture vient réveiller : la vie après la mort est meilleure, plus douce ; les erreurs sont pardonnées, l’âme s’apaise et s’élève, pour peu qu’on veuille y croire… En optant pour une SF philosophique plus que psychanalytique, froide et austère malgré des protagonistes qu’on aurait envie d’aimer, Dash Shaw s’est montré ambitieux mais a laissé son livre lui échapper…

doctors_image2

Publiez un commentaire