Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Centaurus #1

10 mars 2015 |
SERIE
Centaurus
ALBUM
Terre promise - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
12 €
DATE DE SORTIE
04/03/2015
EAN
2756040290
Achat :

Un monde en apparence paisible, deux jumelles possédant d’étranges pouvoirs, une planète à conquérir… N’en disons pas plus, voilà le décor et les héroïnes de ce nouveau projet imaginé par Leo (Aldébaran, etc) et son complice de Kenya et Namibia, Rodolphe. Et pour cette série, ils se sont associés à Zoran Janjetov, fameux dessinateur SF d’Avant l’Incal et Les Technopères.

centaurus_image1Vous l’aurez compris, voici ENCORE une saga de SF signée Leo, avec des jeunes gens lisses qui partent à la découverte d’une planète inconnue. Réchauffé? Déjà vu? Oui. Efficace? Oui, aussi, bizarrement. Car les scénaristes ménagent quelques surprises franchement sympathiques dans ce premier tome, suscitant dès lors l’indulgence du lecteur qui désire déconnecter 20 minutes devant une BD de pur divertissement. Donc, surtout NE LISEZ AUCUN RÉSUMÉ de cet album, au risque d’éventer ses rares bons points. En effet, à côté de ça, les dialogues sont d’une platitude exceptionnelle, nombre de cases ne servent à rien, ralentissant inutilement l’action juste pour expliquer la sortie de scène d’un personnage (!), les protagonistes sont des caricatures plus ou moins digestes, et l’intrigue générale n’est pour l’instant pas renversante. Côté dessin, c’est raisonnablement bien fait, mais dans un style raide, daté, peu emballant.

On lira donc Centaures comme ce qu’elle est : une série de SF ultra classique, sans autre ambition que de faire rêver quelques instants, mais qui risque de devenir ringarde à la vitesse de la lumière.

centaurus_image2

Tags

Commentaires

  1. DHELLIN

    Pas trop d’accord avec l’analyse. Il est vrai qu’à force de lire une multitude de BD, le critique pro ou amateur éclairé devient plus exigeant et c’est compréhensible.
    Là, à la lecture, j’ai bien aimé le dessin (moins raide que Léo) ; S’agissant du tome 1, le décors et personnages se mettent en placent.
    Le colosse est un peu stéréotypé et brut de pomme et les bons sentiments des autres protagonistes abondent, il est vrai.
    C’est différents points n’altèrent en rien le plaisir sa lecture. Je préfère lire du « classique » avec plaisir que du neuf sans intérêt…

Publiez un commentaire