Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 15, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

70 Comments

David Chauvel : scénariste, éditeur, défenseur des auteurs

14 juin 2010 |

chauvel_introÀ 40 ans, David Chauvel a déjà une carrière bien riche, avec plus de 90 albums à son actif en tant que scénariste. Et depuis quelques années déjà, ce pilier des éditions Delcourt arbore une nouvelle casquette : celle d’éditeur. Aux manettes de concepts qui marchent (7) ou d’albums audacieux (Premières fois), mais aussi d’échecs (la collection Impact), ce spécialiste du polar ne cesse de se lancer des défis. Le nouveau s’intitule Le Casse, un concept qui offre à six équipes artistiques la possibilité de raconter un hold-up exceptionnel dans une série de six albums indépendants. Le troisième volume, qu’il a scénarisé, vient de sortir. L’occasion de rencontrer un David Chauvel oeuvrant sur plusieurs fronts : la suite du Casse, la relance surprise de 7 et la défense des auteurs à l’heure des négociations sur le numérique.

chauvel_couvComment est née l’idée de la série Le Casse ?
J’étais au milieu de la publication de 7 et je me suis rendu compte que je n’avais pas pu travailler avec tous ceux avec qui j’avais envie de le faire. L’idée de 7 [une série de sept one-shot, mettant en scène sept personnages recrutés pour une mission] était un coup de bol, née du hasard et pas du tout d’un concept marketing. Difficile dès lors de rééditer ce coup-là… Avec Guy Delcourt, nous ne voulions pas donner une suite à 7, il nous fallait autre chose. Et puis est venue cette idée du casse, tirée de l’album 7 voleurs, qui est une sorte de casse chez Tolkien : nous allions faire six albums, racontant six hold-up, dans des univers complètement différents.

Quelle a été la réaction des auteurs auxquels vous avez proposé l’idée ?
Enthousiaste. Je n’ai eu que très peu de refus, la plupart motivés par des questions de planning, quelques-uns par manque d’inspiration, mais finalement assez peu.

chauvel_soulmanComment s’organise ce travail collectif ?
Il s’agit plus d’une aventure individuelle au sein d’une aventure collective. Je suis là comme un chef d’orchestre face à six solistes. Il faut que je m’assure que les thèmes, les intrigues, les ressorts narratifs soient bien différents, tout en veillant à ce que les auteurs évitent le piège du hors-sujet. Mais, bien qu’ayant choisi des partis-pris variés (un western, un braquage dans l’Allemagne nazie, une histoire autour de Jésus…), ils ont tous respecté l’écriture millimétrée de ce type de scénario. En plus, il y a une sorte d’émulation dans un tel projet : personne ne veut paraître minable par rapport aux autres, tout le monde se donne à fond.

Que vous apporte ce rôle d’éditeur ?
Quand Guy Delcourt m’a donné la possibilité de faire de l’édition chez lui, c’était une période où je commençais à pédaler dans la semoule, où je perdais ma motivation. J’avais déjà publié pas mal de livres en tant que scénariste, mais sans jamais rencontrer de véritable reconnaissance critique, ni de gros succès. Certains titres comme Octave [série jeunesse, dessinée par Alfred] ont bien marché, mais pas suffisamment pour pouvoir me donner l’occasion de prendre du temps pour me poser. chauvel_conceptDevenir éditeur a été bénéfique pour mon travail: cela m’a remotivé, a fait évoluer ma façon d’écrire et m’a laissé plus de temps pour concevoir mes albums. J’ai longtemps écrit avec le sentiment d’être en apprentissage, de faire ce qui me plaisait au fur et à mesure… Mais je savais qu’un jour il faudrait que je me confronte à quelque chose de plus important.

De quelle manière a commencé cette nouvelle carrière ?
Pas très bien, puisque j’ai travaillé sur l’éphémère collection Impact (Flamingo, Gaijin, Watch…). Avec l’explosion des mangas et des séries télé, on pensait que les gens privilégieraient la quantité des récits à la virtuosité graphique des albums. Et c’est exactement l’inverse qui s’est produit ! Mais heureusement, j’avais la série-concept 7 en même temps : son succès a sauvé ma tête !

Vous avez aussi travaillé sur l’album érotique Premières fois
Tous les dessinateurs que je croisais dans les salons et festivals me le disaient : ils voulaient faire du cul ! Mais personne n’osait jamais. C’était risqué, mais j’y croyais vraiment. Et j’ai eu l’intuition que si le livre était écrit par une fille, il ne serait pas reçu de la même manière, pas avec la même suspicion que s’il était l’oeuvre d’un homme. Sibylline a apporté plein de choses qui m’ont touché et surpris, et de grands dessinateurs ont répondu présents. Et ça a marché.

Pour revenir à la série Le Casse, comment s’est déroulée la création de votre album, Soul Man ?
Un auteur s’est désisté, il restait donc une place à prendre. Et je me suis rendu compte que, malgré le thème du braquage qui relève en général du genre policier, personne n’avait proposé de vrai polar noir. Comme j’ai un peu de métier dans ce genre, je m’y suis attelé. Je n’avais au départ qu’un bout d’idée : un type est emprisonné à vie, alors qu’il est le seul à savoir où se cache un gros butin, dont personne ne pourra jamais profiter. Puis j’ai eu l’idée d’envoyer en prison un second personnage, lequel se serait fait enfermer volontairement, dans le but de faire parler le premier…

chauvel_voiture

Encore une histoire se déroulant aux États-Unis… Pourquoi ?
Parce que mon dessinateur, Denys, n’aime pas dessiner les Twingos et la campagne française ! Mais aussi parce que j’avais déjà fait pas mal de choses autour de la mafia new-yorkaise et que j’aimais bien l’idée d’ajouter, via un autre album, une petite touche à ce tableau. chauvel_musiqueAprès, il s’agit surtout d’un décor, le lieu n’est pas si important. Mon histoire aurait même pu se dérouler en France, et se serait appelée Zouk Man

Êtes-vous justement un fan de la musique noire américaine ?
Oui, je suis un amoureux de ce style, et aussi de la vieille musique jamaïcaine, qui reprenait souvent les standards de la soul. Je suis également un grand collectionneur de disques vinyles. J’ai fait de cette musique un élément de l’intrigue.

N’est-il pas difficile de se renouveler quand on s’attaque à un récit de braquage, genre ultra-balisé par le cinéma ?
Quand on écrit des BD de genre, on sait que le lecteur va se dire qu’il a déjà tout lu sur le sujet. Sauf qu’il n’a pas lu MON histoire ! Il faut le prendre comme un défi, éviter de se laisser paralyser par ces considérations. Si je réalisais un film à 10 millions de dollars, avec 500 personnes qui bossent dessus, c’est sûr, je ne dormirais plus la nuit. Mais là, on est deux, on travaille tranquille. On n’arrive pas toujours à faire du neuf avec du vieux, mais du moment que ça reste jubilatoire, c’est l’essentiel.

Concernant les séries à concept, vous aviez dit que vous ne ferez plus de 7 et pourtant, l’aventure est relancée…
chauvel_gambinoOui, même si je ne voulais pas trop l’annoncer avant qu’on puisse présenter l’ensemble du projet. Guy Delcourt et moi avons mis longtemps à nous décider, car nous ne voulions pas avoir l’air de tirer sur la corde… Mais il y avait deux histoires qui nous avaient été proposées et n’avaient pu être réalisées pour la première vague de 7. Deux histoires formidables qui auraient été perdues si nous n’avions pas relancé la série. Ce sera chose faite l’an prochain.

Vous êtes membre du syndicat des auteurs de BD. Où en sont les discussions avec les éditeurs, sur le numérique et plus largement sur la rémunération des auteurs ?
Le groupement BD du SNE (Syndicat national de l’édition) a enfin accepté de nous recevoir, le 16 juin. C’est une première avancée, car nous réclamions ce rendez-vous depuis des mois. Mais bon, je suis conscient du calendrier : l’été arrive et je doute qu’une réunion à cette date soit suivie d’effets immédiats. Les auteurs souhaitent attirer l’attention sur le fait que l’industrie de la bande dessinée est globalement en bonne santé, mais que sa croissance s’est faite en partie sur leur dos. Le nombre de titres publiés a augmenté mais le marché n’a pas vraiment grossi. Et aujourd’hui, la grande majorité des auteurs doit à peine toucher le Smic. Et ce qui est fou, c’est que nous importons beaucoup, mais que les BD françaises s’exportent très peu. Il y a sans doute quelque chose à faire de ce côté-là.

chauvel_semaineConcernant la bande dessinée numérique, avez-vous le sentiment que les éditeurs s’ouvrent à la négociation?
Ils ont envoyé aux auteurs des avenants à leurs contrats en cours, concernant les droits issus des ventes numériques. Le syndicat appelle à ne pas les signer; sinon, nous ne pourrons plus revenir en arrière. Toutes ces interpellations donnent l’impression que nous ne parlons que d’argent, mais c’est de notre survie dont il est question. Entre le piratage probable des fichiers numériques et le pourcentage non viable que l’on nous propose, nous sommes vraiment inquiets. En fait, il serait souhaitable que la révolution numérique annoncée entraîne une révolution dans les relations entre auteurs et éditeurs. Sinon, certains vont partir.

C’est-à-dire ?
Quand on voit que, par exemple, Apple est prêt à céder aux auteurs qui se passent d’éditeur 70% des droits sur les ventes de leurs BD numériques, cela fait réfléchir. Car les éditeurs traditionnels ne proposent que 8%… Nous préférons clairement travailler avec eux, car nous savons que leur rôle ne se limite pas à vendre du papier, mais nous ne pouvons pas les laisser diviser nos revenus par trois [une BD numérique vendue 5 € contre 15 € pour sa version papier, par exemple], sans être en mesure de nous garantir des ventes triplées. Comme il nous est impossible de faire grève, nous tentons de faire de l’obstruction. Malheureusement, dans cette guerre qui vient de s’engager, il est probable que beaucoup y perdent : des auteurs qui vont perdre des revenus, et des éditeurs qui vont voir certains de leurs auteurs les quitter pour lancer des projets numériques en solo.

Propos recueillis par Benjamin Roure

_____________________________

Le Casse – Soulman.
Par Denys et David Chauvel.
Delcourt, 13,95 €, le 19 mai 2010.

Achetez Le Casse – Soul Man sur Amazon.fr

Lire les critiques de : Le Casse – Le Troisième Jour et Le Casse – Diamond.

Images © Denys/Chauvel/Guy Delcourt Productions – Photo © Olivier Roller

_____________________________

Commentaires

  1. MonsieurR

    Je ne vois pas comment David Chauvel peut être crédible en défenseur des auteurs alors qu’il est éditeur chez Delcourt, il y a là au mieux un conflit d’intérêt. A la place des auteurs je me méfierai, il ne faut pas oublier que David Chauvel a fait une école de commerce, pas les beaux-arts, il est plutôt dans les camps des exploiteurs que des exploités.

  2. MonsieurR

    Je ne vois pas comment David Chauvel peut être crédible en défenseur des auteurs alors qu’il est éditeur chez Delcourt, il y a là au mieux un conflit d’intérêt. A la place des auteurs je me méfierai, il ne faut pas oublier que David Chauvel a fait une école de commerce, pas les beaux-arts, il est plutôt dans les camps des exploiteurs que des exploités.

  3. @ MonsieurR et Mimosa: BoDoï n’est pas un lieu où on insulte les autres. Chaque commentaire comportant une injure est effacé.

  4. @ MonsieurR et Mimosa: BoDoï n’est pas un lieu où on insulte les autres. Chaque commentaire comportant une injure est effacé.

  5. MonsieurR

    Exploiteur ce n’est pas ce que j’appelle une insulte, après Chauvel le prend comme il veut, mais bon il a choisi son camp, celui du grand capital, alors qu’il ne vienne pas jouer les syndicalistes vertueux.

  6. MonsieurR

    Exploiteur ce n’est pas ce que j’appelle une insulte, après Chauvel le prend comme il veut, mais bon il a choisi son camp, celui du grand capital, alors qu’il ne vienne pas jouer les syndicalistes vertueux.

  7. Collaborant avec David – et bien d’autres auteurs très chouettes- au sein du comité de pilotage du SNAC BD, je peux attester de sa stricte indépendance et de sa plus complète liberté de parole et d’action – comme le prouve cette interview, d’ailleurs.

    David, valet des éditeurs, voilà autre chose. Au moins, ce commentaire aura eu le mérite de me faire rire. Et de bon coeur, encore.

  8. Collaborant avec David – et bien d’autres auteurs très chouettes- au sein du comité de pilotage du SNAC BD, je peux attester de sa stricte indépendance et de sa plus complète liberté de parole et d’action – comme le prouve cette interview, d’ailleurs.

    David, valet des éditeurs, voilà autre chose. Au moins, ce commentaire aura eu le mérite de me faire rire. Et de bon coeur, encore.

  9. MonsieurR

    Ca m’étonnerait fort que Mr Chauvel signe quoique ce soit qui n’aille pas dans le sens des intérêts de son ami Guy Delcourt, après, les infiltrés ça a toujours existé, ce n’est pas une raison pour faire semblant de ne rien voir.
    Un syndicat d’auteurs devrait être représenté par de vrais auteurs, pas par des éditeurs déguisés en auteurs, car le conflit d’intérêt existe et va toujours en direction du portefeuille.

  10. MonsieurR

    Ca m’étonnerait fort que Mr Chauvel signe quoique ce soit qui n’aille pas dans le sens des intérêts de son ami Guy Delcourt, après, les infiltrés ça a toujours existé, ce n’est pas une raison pour faire semblant de ne rien voir.
    Un syndicat d’auteurs devrait être représenté par de vrais auteurs, pas par des éditeurs déguisés en auteurs, car le conflit d’intérêt existe et va toujours en direction du portefeuille.

  11. @ Monsieur R: Comme vous vous en doutez, je faisais référence à votre commentaire suivant, que j’ai effacé et qui comportait une insulte. Merci de faire preuve de respect si vous souhaitez vous exprimer sur ce site.

  12. @ Monsieur R: Comme vous vous en doutez, je faisais référence à votre commentaire suivant, que j’ai effacé et qui comportait une insulte. Merci de faire preuve de respect si vous souhaitez vous exprimer sur ce site.

  13. MonsieurR

    Je suis tout à fait respectueux, mais si vous ne supportez pas la polémique et êtes juste un site publicitaire, fermez les commentaires.

  14. MonsieurR

    Je suis tout à fait respectueux, mais si vous ne supportez pas la polémique et êtes juste un site publicitaire, fermez les commentaires.

  15. @ MonsieurR: Lorsque vous utilisez un terme injurieux, comme dans le message supprimé, vous n’êtes pas respectueux. Merci de cesser de vous moquer du monde et de me permettre de clore cet échange peu constructif.

  16. @ MonsieurR: Lorsque vous utilisez un terme injurieux, comme dans le message supprimé, vous n’êtes pas respectueux. Merci de cesser de vous moquer du monde et de me permettre de clore cet échange peu constructif.

  17. MonsieurR

    Vous me confondez avec le premier message de Mimosa, l’échange serait constructif si vous n’interveniez pas toutes les cinq minutes.
    C’est une question intéressante: Peut-on être éditeur et défendre les auteurs contre les pratiques des éditeurs? Moi je pense que non, Henscher pense que oui. Personnellement je ne donnerais pas les clés du poulailler à un renard, question de bon sens. Ce débat vous gêne? Il n’a pas sa place ici? C’est vrai que vous êtes vous-mêmes un peu éditeur.

  18. MonsieurR

    Vous me confondez avec le premier message de Mimosa, l’échange serait constructif si vous n’interveniez pas toutes les cinq minutes.
    C’est une question intéressante: Peut-on être éditeur et défendre les auteurs contre les pratiques des éditeurs? Moi je pense que non, Henscher pense que oui. Personnellement je ne donnerais pas les clés du poulailler à un renard, question de bon sens. Ce débat vous gêne? Il n’a pas sa place ici? C’est vrai que vous êtes vous-mêmes un peu éditeur.

  19. @ MonsieurR: Je ne confonds pas et je sais très bien avoir effacé le message de Mimosa ET le vôtre. J’arrêterai d’intervenir lorsqu’il vous paraîtra évident que des termes injurieux n’ont pas leur place ici. Je vous laisse par contre débattre tout votre soûl concernant les places respectives des auteurs et des éditeurs.

  20. @ MonsieurR: Je ne confonds pas et je sais très bien avoir effacé le message de Mimosa ET le vôtre. J’arrêterai d’intervenir lorsqu’il vous paraîtra évident que des termes injurieux n’ont pas leur place ici. Je vous laisse par contre débattre tout votre soûl concernant les places respectives des auteurs et des éditeurs.

  21. MonsieurR

    Ah ok, je comprends avec votre lien face-book, vous êtes amie avec Chauvel, vous vous servez du SNAC sur facebook pour faire la pub de votre site, échange de bons procédés, alors vous préférez lui servir la soupe et réduire à néant ce qui pourrait être un semblant de discours divergent. C’est sûr qu’un syndicat aux mains des patrons c’est inédit, bizarre conception du syndicalisme, les auteurs vont se faire bouffer tout cru avec cette histoire de bd numérique, bienvenu aux travailleurs gratuits de demain!

  22. MonsieurR

    Ah ok, je comprends avec votre lien face-book, vous êtes amie avec Chauvel, vous vous servez du SNAC sur facebook pour faire la pub de votre site, échange de bons procédés, alors vous préférez lui servir la soupe et réduire à néant ce qui pourrait être un semblant de discours divergent. C’est sûr qu’un syndicat aux mains des patrons c’est inédit, bizarre conception du syndicalisme, les auteurs vont se faire bouffer tout cru avec cette histoire de bd numérique, bienvenu aux travailleurs gratuits de demain!

  23. Ronnie

    LOL!

  24. Ronnie

    LOL!

  25. @ MonsieurR: Que d’humour dans la première partie de votre message ! 😉 Je vous laisse désormais dialoguer avec d’autres lecteurs, plutôt que de lancer des accusations en l’air contre BoDoï.

  26. @ MonsieurR: Que d’humour dans la première partie de votre message ! 😉 Je vous laisse désormais dialoguer avec d’autres lecteurs, plutôt que de lancer des accusations en l’air contre BoDoï.

  27. Ben, là, je commence vraiment à me demander si MonsieurR n’est pas un éditeur qui tente de discréditer le Snac, ni vu ni connu, sous couvert de défense des auteurs. Vu la faiblesse de ses arguments et les attaques répétées. Quel était le mot, déjà ? Infiltrés ? Non, celui-là est trop classe. Qui a la clé du poulailler ? Je crois qu’on a un furet qui rôde !:))

  28. Ben, là, je commence vraiment à me demander si MonsieurR n’est pas un éditeur qui tente de discréditer le Snac, ni vu ni connu, sous couvert de défense des auteurs. Vu la faiblesse de ses arguments et les attaques répétées. Quel était le mot, déjà ? Infiltrés ? Non, celui-là est trop classe. Qui a la clé du poulailler ? Je crois qu’on a un furet qui rôde !:))

  29. Sylvain Ricard

    @monsieurR : en fait, je veux juste intervenir sur deux points, rapidement :

    « un syndicat aux mains des patrons c’est inédit, bizarre conception du syndicalisme »
    Outre le fait qu’il existe des syndicats de patrons et que le terme « syndicat » ne concerne pas les catégories socioprofessionnelles mais des entités juridiques regroupant, par intérêt, différentes personnes (comme le SNE par exemple qui lui est effectivement aux mains des patrons), je pense que c’est penser que le syndicalisme est l’apanage des opprimés qui est une curieuse conception du syndicalisme.
    Mis à part ça, je voulais juste dire que le groupement bande dessinée est piloté par 18 membres, dont David Chauvel, et qu’il n’y a pas de hiérarchie au sein de ce comité (et d’ailleurs, le seul critère pour y participer est la motivation), et que donc le syndicat des auteurs n’est pas « aux mains des patrons » (quand bien même David serait une taupe du SNE, ce qui en soit relèverait d’une performance d’acteur incroyable et susciterait notre plus grand respect :))

    « les auteurs vont se faire bouffer tout cru avec cette histoire de bd numérique, bienvenu aux travailleurs gratuits de demain! »
    C’est un pour ça qu’on se bat, au syndicat des auteurs, pour faire en sorte qu’une profession ne se fasse pas laminer par l’avènement du numérique… alors ça serait dommage de faire un mauvais procès à ceux qui donnent du temps et de l’énergie pour que ça n’arrive pas.

  30. Sylvain Ricard

    @monsieurR : en fait, je veux juste intervenir sur deux points, rapidement :

    « un syndicat aux mains des patrons c’est inédit, bizarre conception du syndicalisme »
    Outre le fait qu’il existe des syndicats de patrons et que le terme « syndicat » ne concerne pas les catégories socioprofessionnelles mais des entités juridiques regroupant, par intérêt, différentes personnes (comme le SNE par exemple qui lui est effectivement aux mains des patrons), je pense que c’est penser que le syndicalisme est l’apanage des opprimés qui est une curieuse conception du syndicalisme.
    Mis à part ça, je voulais juste dire que le groupement bande dessinée est piloté par 18 membres, dont David Chauvel, et qu’il n’y a pas de hiérarchie au sein de ce comité (et d’ailleurs, le seul critère pour y participer est la motivation), et que donc le syndicat des auteurs n’est pas « aux mains des patrons » (quand bien même David serait une taupe du SNE, ce qui en soit relèverait d’une performance d’acteur incroyable et susciterait notre plus grand respect :))

    « les auteurs vont se faire bouffer tout cru avec cette histoire de bd numérique, bienvenu aux travailleurs gratuits de demain! »
    C’est un pour ça qu’on se bat, au syndicat des auteurs, pour faire en sorte qu’une profession ne se fasse pas laminer par l’avènement du numérique… alors ça serait dommage de faire un mauvais procès à ceux qui donnent du temps et de l’énergie pour que ça n’arrive pas.

  31. MonsieurR

    Ce comité de pilotage infesté de faux auteurs mais vrais éditeurs (il y a Trondheim aussi, chez Delcourt aussi) roule évidemment pour les éditeurs, il ne pourrait en être autrement, et c’est dommage, car effectivement la situation est critique.
    Si les auteurs ne touchent que 8% sur des livres numériques à 1,99 euros (comme en ce moment sur Iznéo) soit 15 cents par vente, il faudrait qu’ils vendent 7000 exemplaires par mois pour avoir un SMIC (84000 exemplaires par an), ce qui est vraiment illusoire. La plupart des auteurs que je cotoie sont déja des travailleurs pauvres, ils ne comptent pas leurs heures mais ne gagnent pas leur vie (même en vendant raisonnablement), avec l’arrivée du numérique ils sont foutus. Surtout si pour les défendre ils n’ont que des loups déguisés en agneau.

  32. MonsieurR

    Ce comité de pilotage infesté de faux auteurs mais vrais éditeurs (il y a Trondheim aussi, chez Delcourt aussi) roule évidemment pour les éditeurs, il ne pourrait en être autrement, et c’est dommage, car effectivement la situation est critique.
    Si les auteurs ne touchent que 8% sur des livres numériques à 1,99 euros (comme en ce moment sur Iznéo) soit 15 cents par vente, il faudrait qu’ils vendent 7000 exemplaires par mois pour avoir un SMIC (84000 exemplaires par an), ce qui est vraiment illusoire. La plupart des auteurs que je cotoie sont déja des travailleurs pauvres, ils ne comptent pas leurs heures mais ne gagnent pas leur vie (même en vendant raisonnablement), avec l’arrivée du numérique ils sont foutus. Surtout si pour les défendre ils n’ont que des loups déguisés en agneau.

  33. Francois Pincemi

    MonsieurR, vous me semblez bien connaitre la situation, et avoir du mal à vous exprimer ici. Donc je vous invite à me laisser un commentaire argumenté (non injurieux de préférence) sur mon blog, et je le publierai. Le blog à mon nom est non commercial, et donc totalement indépendant.
    Cordialement

  34. Francois Pincemi

    MonsieurR, vous me semblez bien connaitre la situation, et avoir du mal à vous exprimer ici. Donc je vous invite à me laisser un commentaire argumenté (non injurieux de préférence) sur mon blog, et je le publierai. Le blog à mon nom est non commercial, et donc totalement indépendant.
    Cordialement

  35. MonsieurR

    Sûrement pas, j’ai le sens du ridicule moi contrairement à vous Pincemi.

    (et vous n’êtes toujours pas sponsoré par Viagra après toute la pub que vous leur faites?)

  36. MonsieurR

    Sûrement pas, j’ai le sens du ridicule moi contrairement à vous Pincemi.

    (et vous n’êtes toujours pas sponsoré par Viagra après toute la pub que vous leur faites?)

  37. Francois Pincemi

    Si vous ne le savez pas, il parait qu’un homme sur trois souffre de problèmes « de couple » après 40 ans (pub TV si vous l’avez.). Pas encore concerné? Peut-être avez vous des proches (parents collègues agés) que cela concerne, mais qui n’osent pas le dire. Et qui sait si un jour vous ne serez pas heureux de vous offrir ce merveilleux aphrodisiaque remboursé par la sécu. Il ne faut pas dire « Fontaine, je ne boirai jamais de ton eau », c’est connu!
    Quoi qu’il en soit, non, je ne suis pas sponsorisé (ni par un labo pharma, ni par facebook, ni par les éditeurs, ni par une riche maîtresse), et à 63 ans, j’ai perdu le goût des convenances et diverses hypocrisies sociales. Si vous ne voulez pas poster votre ressenti sur mon blog, tant pis pour vous!
    PS: c’est sponsorisé et pas sponsoré. »

  38. Francois Pincemi

    Si vous ne le savez pas, il parait qu’un homme sur trois souffre de problèmes « de couple » après 40 ans (pub TV si vous l’avez.). Pas encore concerné? Peut-être avez vous des proches (parents collègues agés) que cela concerne, mais qui n’osent pas le dire. Et qui sait si un jour vous ne serez pas heureux de vous offrir ce merveilleux aphrodisiaque remboursé par la sécu. Il ne faut pas dire « Fontaine, je ne boirai jamais de ton eau », c’est connu!
    Quoi qu’il en soit, non, je ne suis pas sponsorisé (ni par un labo pharma, ni par facebook, ni par les éditeurs, ni par une riche maîtresse), et à 63 ans, j’ai perdu le goût des convenances et diverses hypocrisies sociales. Si vous ne voulez pas poster votre ressenti sur mon blog, tant pis pour vous!
    PS: c’est sponsorisé et pas sponsoré. »

  39. Monsieur R

    Non non, on dit bien sponsoré et pas sponsorisé, de même qu’on dit Nommé et pas Nominé.
    En ces jours footballistiques il serait bon que les gens sachent qu’on ne « supporte » pas une équipe, mais qu’on la « soutient », on est là dans un anglicisme que vient du terme « supporter » [supportaire], mais en français, c’est incorrect.

    A part ça Monsieur Pincemi, je vous prie de croire que personne n’en a rien à faire de vos problèmes d’érection. Parlez-en sur des sites médicaux, mais pas sur les sites de bandes dessinées.

  40. Monsieur R

    Non non, on dit bien sponsoré et pas sponsorisé, de même qu’on dit Nommé et pas Nominé.
    En ces jours footballistiques il serait bon que les gens sachent qu’on ne « supporte » pas une équipe, mais qu’on la « soutient », on est là dans un anglicisme que vient du terme « supporter » [supportaire], mais en français, c’est incorrect.

    A part ça Monsieur Pincemi, je vous prie de croire que personne n’en a rien à faire de vos problèmes d’érection. Parlez-en sur des sites médicaux, mais pas sur les sites de bandes dessinées.

  41. Francois Pincemi

    Dans mon cas, il n »y a pas de problèmes, juste une solution. Aussi efficace (et indolore) qu’un bon médicament contre le rhume. Bien moins pénible que des traitement contre des maladies sérieuses (cardiaque, cancer, etc).
    A part ça, je vois que vous êtes contre les anglicismes, c’est votre droit. Je vous laisse continuer votre combat.

  42. Francois Pincemi

    Dans mon cas, il n »y a pas de problèmes, juste une solution. Aussi efficace (et indolore) qu’un bon médicament contre le rhume. Bien moins pénible que des traitement contre des maladies sérieuses (cardiaque, cancer, etc).
    A part ça, je vois que vous êtes contre les anglicismes, c’est votre droit. Je vous laisse continuer votre combat.

  43. Monsieur R

    Vous êtes un bande-mou, c’est votre affaire, ça ne regarde que vous et votre main droite, un peu de pudeur que diable!

  44. Monsieur R

    Vous êtes un bande-mou, c’est votre affaire, ça ne regarde que vous et votre main droite, un peu de pudeur que diable!

  45. Francois Pincemi

    Vous venez me parler de pudeur pour un petit problème physiologique qui touche un homme de plus de quarante ans sur trois, alors que vous venez ici pleurnicher pour prendre la défense des pauvres auteurs exploités par les méchants éditeurs (avec des arguments qui semblent sérieux)? Un peu de sérieux, que diable!

  46. Francois Pincemi

    Vous venez me parler de pudeur pour un petit problème physiologique qui touche un homme de plus de quarante ans sur trois, alors que vous venez ici pleurnicher pour prendre la défense des pauvres auteurs exploités par les méchants éditeurs (avec des arguments qui semblent sérieux)? Un peu de sérieux, que diable!

  47. Monsieur R

    La pudeur c’est ne pas venir montrer sa bite molle sur un site de bande dessinée, pas s’abstenir de faire valoir les droits des auteurs de bandes dessinées, vous êtes comme d’habitude totalement hors sujet et une fois de plus complètement ridicule.

  48. Monsieur R

    La pudeur c’est ne pas venir montrer sa bite molle sur un site de bande dessinée, pas s’abstenir de faire valoir les droits des auteurs de bandes dessinées, vous êtes comme d’habitude totalement hors sujet et une fois de plus complètement ridicule.

  49. François, Monsieur R, on arrête là, d’accord ?

  50. François, Monsieur R, on arrête là, d’accord ?

  51. Monsieur R

    Vous avez bien montré toute l’assiduité dont vous pouvez faire preuve sur Bodoi pour éviter un débat sur le fait que le comité de pilotage du SNAC BD est infesté d’éditeurs, bravo la politique de libre expression du lieu…

  52. Monsieur R

    Vous avez bien montré toute l’assiduité dont vous pouvez faire preuve sur Bodoi pour éviter un débat sur le fait que le comité de pilotage du SNAC BD est infesté d’éditeurs, bravo la politique de libre expression du lieu…

  53. Aucunement, mon intervention se limitait aux digressions pharmaceutiques et aux attaques personnelles entre commentateurs.

  54. Aucunement, mon intervention se limitait aux digressions pharmaceutiques et aux attaques personnelles entre commentateurs.

  55. Monsieur R

    Bien-sûr bien-sûr, on y croit. Et faux derche avec ça.

  56. Monsieur R

    Bien-sûr bien-sûr, on y croit. Et faux derche avec ça.

  57. @ MonsieurR : Ne vous lassez-vous pas de lancer des attaques stériles ? Nous vous laissons librement discuter des sujets concernant la bande dessinée, tant que personne n’est insulté. Pour le reste, merci de passer votre chemin.

  58. @ MonsieurR : Ne vous lassez-vous pas de lancer des attaques stériles ? Nous vous laissons librement discuter des sujets concernant la bande dessinée, tant que personne n’est insulté. Pour le reste, merci de passer votre chemin.

  59. Monsieur R

    @Laurence Le Saux : Ne vous lassez-vous pas de servir la soupe à des éditeurs qui se font passer pour des défenseurs des auteurs?
    A priori non, le conflit d’intérêt est un terme que vous ne connaissez même pas.

  60. Monsieur R

    @Laurence Le Saux : Ne vous lassez-vous pas de servir la soupe à des éditeurs qui se font passer pour des défenseurs des auteurs?
    A priori non, le conflit d’intérêt est un terme que vous ne connaissez même pas.

  61. narcisse

    Seriez vous un « auteur » frustré monsieur R? La haine que vous avez envers les éditeurs me laisse suggérer cela… Cela me rappelle cette fameuse anecdote a propos d’hitler qui avait été recalé a l’école des beaux arts de Vienne… Hitler n’était rien d’autre qu’un artiste frustré

  62. narcisse

    Seriez vous un « auteur » frustré monsieur R? La haine que vous avez envers les éditeurs me laisse suggérer cela… Cela me rappelle cette fameuse anecdote a propos d’hitler qui avait été recalé a l’école des beaux arts de Vienne… Hitler n’était rien d’autre qu’un artiste frustré

  63. Monsieur R

    Je vous accorde le point Godwin. Direct comme ça me comparer à Hitler, le ridicule vous sied.
    ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____
    / __) (____) (____) (____) (____) (____) (__
    | | |_|
    _ _ _ _ _
    | | / | _ __ ___ (_)_ __ | |_ | |
    | | | | | ‘_ / _ | | ‘_ | __| | |
    |_| | | | |_) | (_) | | | | | |_ |_|
    _ |_| | .__/ ___/|_|_| |_|__| _
    | | |_| | |
    | | | |
    |_| ____ _ _ |_|
    _ / ___| ___ __| |_ _(_)_ __ _
    | | | | _ / _ / _` / / / | ‘_ | |
    | | | |_| | (_) | (_| | V V /| | | | | | |
    |_| ____|___/ __,_| _/_/ |_|_| |_| |_|
    _ _
    | |__ ____ ____ ____ ____ ____ __| |
    ____) (____) (____) (____) (____) (____) (____/

    Vous pouvez le découper au burin sur votre écran…

  64. Monsieur R

    Je vous accorde le point Godwin. Direct comme ça me comparer à Hitler, le ridicule vous sied.
    ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____
    / __) (____) (____) (____) (____) (____) (__
    | | |_|
    _ _ _ _ _
    | | / | _ __ ___ (_)_ __ | |_ | |
    | | | | | ‘_ / _ | | ‘_ | __| | |
    |_| | | | |_) | (_) | | | | | |_ |_|
    _ |_| | .__/ ___/|_|_| |_|__| _
    | | |_| | |
    | | | |
    |_| ____ _ _ |_|
    _ / ___| ___ __| |_ _(_)_ __ _
    | | | | _ / _ / _` / / / | ‘_ | |
    | | | |_| | (_) | (_| | V V /| | | | | | |
    |_| ____|___/ __,_| _/_/ |_|_| |_| |_|
    _ _
    | |__ ____ ____ ____ ____ ____ __| |
    ____) (____) (____) (____) (____) (____) (____/

    Vous pouvez le découper au burin sur votre écran…

  65. narcisse

    Donc j ai raison, vous êtes un auteur frustré…. Un auteur n’a pas droit d’étre aussi éditeur apparemment. C est le grand satan.
    Va falloir purger votre bibliothèque alors…

  66. narcisse

    Donc j ai raison, vous êtes un auteur frustré…. Un auteur n’a pas droit d’étre aussi éditeur apparemment. C est le grand satan.
    Va falloir purger votre bibliothèque alors…

  67. Monsieur R

    Non, vous avez tort, je suis prof d’art plastique. Au pire dans la BD j’ai aidé un ami à finir de mettre en couleur son album alors qu’il était charette. Vous pourriez au mieux me traiter de peintre frustré, mais ce n’est même pas vrai, car j’expose et je vends.

  68. Monsieur R

    Non, vous avez tort, je suis prof d’art plastique. Au pire dans la BD j’ai aidé un ami à finir de mettre en couleur son album alors qu’il était charette. Vous pourriez au mieux me traiter de peintre frustré, mais ce n’est même pas vrai, car j’expose et je vends.

Publiez un commentaire