Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 25, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Emmanuel Despujol, le nouveau trait d’Aspic

20 septembre 2016 |

despujol_photoQuelques jours après la sortie du tome 3 du Dixième peuple, opus qui a vu le jour grâce à un financement de souscripteurs fidèles, Emmanuel Despujol sort un album dans la série Aspic. Au scénario Thierry Gloris, qui avait déjà conduit les deux premières enquêtes, à chaque fois construite en diptyque. Il prend ainsi la suite du dessinateur québécois Jacques Lamontagne.

Aspic, c’est l’agence de détectives qui officie dans le Paris du XIXe siècle, avec à sa tête Flora, riche, belle et intelligente jeune femme, et Hugo, homme de petite taille, gouailleur, loquace et drolatique. La dernière enquête – une histoire de vampires – avait laissé Flora dans une profonde dépression, et la mort de sa tendre mère ne vient rien arranger, ce qui laisse Hugo démuni face au désarroi de sa consoeur. Seul un nouveau mystère – qui endeuille l’opéra – fera sortir Flora de sa torpeur.

aspic_couvEmmanuel Despujol a été approché par Thierry Gloris au court d’un festival à peine quelque mois après la sortie du tome 1 du Dixième peuple, alors même qu’il n’était qu’un jeune auteur de 51 ans, peu connu. Il s’est vu proposer de faire quelques essais pour Aspic, bien que la série soit à des lieux de l’univers du Dixième peuple, un monde anthropomorphisé dans un cadre mythologique. Cependant Thierry Gloris y a vu un style qui pourrait correspondre. Sans y croire, mais avec enthousiasme, Emmanuel Despujol fait les essais souhaités qui ont été envoyés à Jacques Lamontagne et, après son aval, s’en sont suivis celui de la directrice de collection Corinne Bertrand, puis celui de Guy Delcourt. L’ensemble a pris environ 6 mois avant d’avoir le contrat en mains.

L’heureux élu témoigne : « Prendre la suite de Jacques est à la fois un projet déroutant et un ambitieux challenge. » Il lui a fallu plusieurs planches pour lâcher la rampe et abandonner l’idée de faire du Lamontagne et voler de ses propres ailes avec son propre trait. Tout en trouvant un soutien efficace avec les codes narratifs et graphiques mis en place par les auteurs depuis le début, et ainsi rester dans l’esprit graphique des 4 premiers tomes. Thierry Gloris a été très présent tout du long du processus. Storyboard, crayonné et encrage. Une relation étroite mais ouverte s’est nouée sur les propositions de chacun.

Pour Emmanuel Despujol, le résultat est au rendez-vous : « Thierry Gloris a fait une belle histoire et Lorien des couleurs magnifiques. De mon coté, je dois encore mieux prendre mes marques mais je me sens bien plus à l’aise alors que je commence le tome 6, la deuxième partie de la troisième enquête. Aspic m’a amené graphiquement à découvrir l’ambiance fin XIXe un peu chargée, mais que j’apprécie beaucoup. C’est très rafraîchissant de passer du Dixième peuple à Aspic et inversement ! »

La suite, c’est la mise en place de la souscription chez Ulule pour le tirage spécial du tome 4 du Dixième peuple et la reprise des aventures des deux détectives de l’agence Aspic, Flora et Hugo, pour achever le diptyque. Sorties prévues dans un an.

_________________________

Aspic, les détectives de l’étrange #5 – Whodunnit à l’opéra.
Par Thierry Gloris et Emmanuel Despujol.
Soleil/Quadrants, 14,50 €,  le 14 septembre 2016.

_________________________

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Publiez un commentaire