Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 19, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Ether #2

12 septembre 2019 |
SERIE
Ether
ALBUM
Les golems de cuivre - 2
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
15.50 €
DATE DE SORTIE
30/08/2019
EAN
B07QFG7DG3
Achat :

ether2_image1Boone Dias est libéré de prison après le paiement de sa caution par l’Agence. En échange, il doit retourner dans l’éther avec pour mission de colmater la réalité puisque des golems de cuivre ont ouvert des brèches dans leur dimension. Une opération risquée, dangereuse, épuisante car le temps s’y écoule différemment. Un mois passé là-bas correspond à plusieurs années sur Terre et un certain nombre d’agents ont tout simplement disparu… Mais rien n’effraie Boone Dias, le plus grand détective de deux mondes !

Quelle intrigue alambiquée… Toujours plongé dans des mondes fantastiques, notre détective interstellaire affronte de méchants Surdragons, heureusement contrés par des des Répligolems. Plus loin, des enquêteurs de la crimaginelle inspectent des décombres. Beaucoup de bruit pour rien ou pas grand-chose, serait-on tenté de dire. Visuellement et dans l’esprit, cet univers magique et féérique est séduisant. Il suffit de tourner quelques pages pour s’en convaincre : couleurs pop-psychédéliques, trait ciselé mais vif, découpage dynamique, cadrages spectaculaires et pleines-pages impressionnantes. Un bel emballage. Mais l’intrigue et le scénario partent dans tous les sens en plus d’être inutilement complexes. Le résultat est lourd, à l’image de ces pages saturées de texte abscons et de blagues répétitives. Magie ? Science ? On oscille entre ces deux pôles sans trop voir l’intérêt du propos et de l’intrigue (empêcher des créatures magiques destructrices de rejoindre la Terre). Avec Ether, le duo Matt Kindt/David Rubin veut créer des légendes, des mythes, nous expliquer le sens de l’inconscient collectif en saupoudrant tout cela d’un peu de spectacle. Des intentions louables, bien sûr, entre divertissement et réflexion, mais bien trop nombreuses et confuses, ici. Pour un résultat ennuyeux. Boone Dias nous endort plus qu’il nous fascine : on arrête là la série.

ether2_image2

Publiez un commentaire