Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

FranDisco : une expo et une BD emballantes

5 avril 2016 |

van-hassetl-schmitz2À l’occasion des Rencontres du 9e art d’Aix-en-Provence, l’éditeur le Frémok publie une BD signée Thierry Van Hasselt, Vivre à FranDisco, qui vient prolonger l’expérience plastique de l’exposition du même nom, imaginée et conçue par Marcel Schmitz, artiste porteur d’une trisomie qui a participé aux ateliers de la « S » (laboratoire artistique).

L’exposition, ou œuvre d’art outsider (issue de la rencontre entre artistes porteurs d’un handicap et artistes non-handicapés), montre une utopie urbaine faite de scotch et de carton où rues, immeubles et monuments s’emmêlent dans un entrelacs à dimension tentaculaire. Comme des volumes disparates qui multiplieraient les horizons à l’infini. La ville qui se déploie sous nos yeux offre alors au spectateur sa féerie composite mâtinée de gigantisme en miniature pour un résultat fascinant.

frandisco6

frandisco2

Ce qui pourrait ressembler à un vague projet d’urbanisme hirsute pour ville moderne se veut surtout une porte d’entrée vertigineuse sur un imaginaire fécond, où la poésie en mouvement prend le pas sur le regard froid de l’architecte. Véritable utopie qui réinterprète des modèles architecturaux, FranDisco offre aussi au visiteur curieux l’exemple fantasmatique d’une ville dotée d’une âme, avec ses dynamiques propres et ses propositions incongrues (le tunnel du TGV donne sur la cour d’un bâtiment).

frandisco5

frandisco8

En marge de l’installation et des planches originales de la BD, l’exposition confronte des croquis d’urbanisme conçus par Vasarely et choisis par les auteurs de FranDisco à l’occasion du 40e anniversaire de la Fondation Vasarely, lieu où se trouve l’exposition. Et M2F créations–Lab Gamerz invite à se promener dans les rues de cette cité imaginaire via une application, histoire de vivre l’expérience en grandeur nature.

frandisco1

frandisco12L’auteur (et éditeur au Frémok) Thierry Van Hasselt, littéralement scotché par le travail de Marcel Schmitz, a voulu prolonger cette oeuvre d’art brut, pour la documenter et rendre hommage à l’artiste, en créant une bande dessinée qui prendrait pour cadre la ville de FranDisco et raconterait son histoire.

Sans texte mais éloquente, soutenue par un trait souple et fluide, la BD raconte la chronique de la cité et des personnages qui l’animent : cornets de frites, divinités, éducateurs, baignoires motorisées, communiants, Saint-Nicolas ou même MacGyver déambulent et se croisent. On y voit Marcel Schmitz en plein travail, occupé à imaginer l’œuvre d’une vie, spectateur de son propre objet ou acteur qui fait corps avec lui lorsqu’il se « déguise » en bâtiment et s’enfonce dans ses recoins.

frandisco10

frandisco3

Entre perspective enfantine, fourmillement graphique et esquisse légèrement tremblante, le graphisme pénètre le tissu urbain et tente de capter l’âme de cette ville d’un nouveau genre. Celle d’une cité vivante – on y circule en permanence – où les auteurs mettent toute leur foi dans l’art et la liberté de créer des formes nouvelles. Thierry Van Hasselt imagine une ville grouillante, un organisme traversé de flux où les rencontres entre individus, valeurs refuge de l’utopie citadine, broient l’anonymat et l’individualisme de la condition urbaine moderne. Dans cette ville baroque en mouvement, on circule à terre ou dans les airs, on mange à la cantine, on travaille à l’usine et surtout on voyage pour renaître à la couleur et à soi-même.

frandisco11

frandisco7

Thierry Van Hasselt, en « docu-mentaliste » investit cette utopie pour lui fournir ses propres représentations mentales quand Marcel Schmitz se fait « l’anarchitecte d’une ville fantasme et composite ». Troublant et émouvant, le résultat complète à merveille l’exposition de manière à « nourrir » ce qui est finalement beaucoup plus qu’une simple maquette.

frandisco4

frandisco9

Fruits de la collaboration entre deux auteurs et deux hommes qui se sont nourris de leurs imaginaires respectifs, et notamment de leur résidence à la Fondation Vasarely entre décembre 2015 et janvier 2016, l’exposition et la BD révèlent donc le travail remarquable et touchant de deux artistes en recherche, dévoués corps et âmes à leur travail. On ne trouverait pas meilleur manifeste pour l’Art.

Photos : Thierry Lemaire

fondation-vasarely____________________

Exposition :
1er avril au 21 mai

La Fondation Vasarely propose des médiations et ateliers pour les enfants, autour de FranDisco, pendant toutes les vacances scolaires.
Mardi 5, vendredi 8, lundi 11 et vendredi 15 avril de 14h à 16h ; Mercredi 6 et mercredi 13 avril de 10h à 12h.

Réservations et informations : mediation@fondationvasarely.org ; 04 42 20 01 09.
16 € par enfant (visite guidée et atelier).

Bande dessinée
Vivre à FranDisco, Thierry Van Hasselt, Marcel Schmitz, Frémok, 24 €, le 15 avril.

____________________

Publiez un commentaire