Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

12 Comments

Frank tire le portrait des héros BD

11 décembre 2008 |

intro_frank.jpgÀ 53 ans, Frank reste fasciné par les héros de bandes dessinées. Si bien que le créateur de Broussaille dans le journal Spirou s’est inventé un jeu : faire comme si Lucky Luke, Falbala ou le Comte de Champignac avaient vraiment existé, et servi de modèle à leurs effigies de papier ! Frank s’amuse donc à peindre un portrait réaliste de ces célèbres personnages. Cette galerie est devenue le beau livre Les Portraits héroïques, commentés par 23 people amateurs de BD (de Jacques Chirac à Laetitia Casta, en passant par Mika).

D’où vient l’idée de ce livre ?
portrait_champignac_franquin.jpgLe premier portrait réalisé a été celui du Comte de Champignac, pour la Galerie du 9e art à Paris. Je l’avais fait en hommage à celui dessiné par Franquin [ci-contre]. Puis, j’ai pris d’autres personnages pour sujets. Je garde un vif souvenir de ma visite de la Galerie des Offices à Florence, qui rassemble de très beaux portraits de papes, bourgeois et rois. L’art des portraitistes suppose une implication artistique importante, ce genre est très exigeant. Faire le portrait de héros de bandes dessinées était pour moi un moyen de les crédibiliser, mais aussi d’importer en BD les qualités de la peinture. Je ne me considère pas comme un peintre, mais j’ai voulu m’imposer les règles de cet art qui demande de raconter toute l’histoire du personnage en une seule image, en un seul échange de regard, pourrait on dire. En BD, on a plus de temps !

Certains personnages sont-ils plus difficiles que d’autres à représenter ?
Pour le Comte, c’est venu avec beaucoup d’évidence. Ce qui prouve, s’il était nécessaire, que derrière la démarche humoristique de Franquin se cache une observation très pointue des gens. À l’inverse, j’ai eu plus de mal à représenter Clifton, très stylisé par Raymond Macherot. En me basant sur ce que l’on connaît du personnage – ses origines anglo-saxonnes par exemple -, j’ai pu me raccrocher à des archétypes. Toutefois, je n’ai pas l’impression d’avoir peint son portrait définitif, mais d’avoir proposé une version réaliste de lui parmi d’autres possibles. Pour certains héros, je me suis servi de photos de personnes existantes, afin de savoir précisément comment la lumière tombe sur leur visage. Et puis d’autres m’ont carrément résisté, comme la Castafiore.

portraits_frank_tournesol.jpgIl n’y a effectivement pas de personnages issus de l’univers d’Hergé dans votre livre…
Ils font partie du volet invisible de l’ouvrage ! Car je n’ai pas été autorisé à présenter mes portraits de personnages d’Hergé et de Peyo, que l’on peut voir sur le site Internet de la Galerie du 9e art.

Pourquoi ?
Il faudrait poser la question aux ayant droits d’Hergé ou de Peyo. La loi autorise les caricatures et les satires, pas les hommages. C’est étrange mais c’est comme ça. Les ayants-droit avaient la possibilité d’autoriser la publication de mes dessins, ils ne l’ont pas permis. J’avais pourtant veillé à rester respectueux des personnages. Mes portraits des Schtroumpfs auraient pu être considérés comme une satire et donc être permis par la loi. Pour les rendre plus réels et surtout plus drôles, j’ai voulu salir un peu leur bonnet blanc et leur ajouter des poils. Mais mon éditeur Dupuis travaille étroitement avec les ayants droit de Peyo et ne pouvait se permettre de se brouiller avec eux… D’où l’absence des lutins bleus dans mon livre. Heureusement que j’ai pu trouver un accord avec Marsuprod, la société qui s’occupe de l’univers de Franquin ! La réalisation de ce livre m’a fait constater qu’il existe un énorme décalage entre les créateurs et les gestionnaires qui s’occupent de l’œuvre… Je suis certain que, de leur vivant, Hergé ou Peyo auraient accepté la publication de mes illustrations. Je sais, pour l’avoir côtoyé, que Peyo privilégiait les liens d’amitié entre auteurs. Ils auraient vu que mon apport est chargé de sympathie pour eux et que ce ne pouvait qu’être positif.

portraits_frank_couv.jpg portraits_frank_lucky.jpg portraits_frank_lucky_croquis.jpg portraits_frank_titeuf-grand.jpg portraits_frank_titeuf_croquis.jpg

On trouve dans votre ouvrage des personnages d’époques très différentes. Comment les avez-vous choisis ?
J’ai fonctionné au coup de cœur. Au-delà des personnages dont je suis nostalgique, d’autres, plus contemporains, m’ont aussi touché. Comme Alix des Innommables de Conrad et Yann, Blacksad de Juanjo Guarnido ou encore Titeuf de Zep. Une autre de mes règles était de choisir des styles graphiques non réalistes, afin de pouvoir les rendre vrais, crédibles. D’accord, ça marche mieux avec Spirou, que j’ai pu beaucoup intérprèter, qu’avec la Pelisse de Loisel, qui est déjà dessinée de manière assez réaliste !

portraits_frank_falbala.jpgDessinerez-vous l’aventure de Spirou et Fantasio que vous préparez dans ce style réaliste ?
Non, l’album sera de facture plus humoristique. Mais je ne peux pas vous en dire plus. Je ne sais pas encore si je travaillerai seul ou avec un scénariste, la question est encore en débat.

Pourquoi dédier votre livre à André Franquin ?
Je le considère comme mon père en bande dessinée. Plus jeune, je ne me rendais pas compte de son influence, mais son graphisme et l’humanisme qui parcourt son œuvre m’ont beaucoup marqué. Franquin était un observateur très fin qui aimait le réel. Je n’ai pas eu l’occasion de travailler avec lui lorsque nous étions au magazine Spirou, mais je sais qu’il avait eu la gentillesse d’acheter quelques-uns de mes dessins. Il m’a aussi invité à passer une après-midi inoubliable avec lui, à la fin de sa vie. C’était quelqu’un extrêmement agréable, qui s’efforçait de rire tout le temps.

Vous remerciez aussi Yvan Delporte…
À l’origine, il devait écrire les textes accompagnant mes portraits. Il était tout indiqué de par sa carrière à la rédaction en chef de Spirou et ses liens avec André Franquin. Mais il était déjà malade et avançait donc lentement. Quand il a décidé de nous quitter, en mars 2007, les textes étaient inachevés et nous avons préféré changer de concept plutôt que de prolonger son travail.

Ce sont donc des célébrités qui commentent chaque personnage. Comment avez-vous contacté Laetitia Casta, Jacques Chirac ou encore Mary Higgins Clark ?
Il faut demander ça à Alain de Kuyssche [journaliste et ancien rédac chef de Spirou]. C’est lui qui, grâce à son carnet d’adresses, a recueilli ces témoignages. Dommage que les Schtroumpfs n’aient pu faire partie du livre au final, car il avait même réussi à contacter Al Gore pour commenter leurs portraits ! Un jour, inévitablement, cela sortira des placards à censure…

Propos recueillis par Allison Reber

Comte de champignac par Franquin © Marsuprod; Images du dossier © Dupuis/Frank

portraits_frank_demaesmeker.jpg portraits_frank_marsupilamie.jpg

_______________________________________________

Portraits héroïques
par Frank.
Dupuis, 20 €, le 3 décembre 2008.

Acheter Les portraits héroïques sur Amazon.fr

Votez pour cet article

_______________________________________________

Retrouvez l’univers de Frank sur CinéBD.com
cinebd_frank_manon.jpg cinebd_frank_manon_etain.jpg cinebd_frank_brousaille.jpg

Commentaires

  1. frederik

    ahhhhh bon! tu ne fais rien dessiner le bd une aventure spirou et fantario tu ne ne touche rien dessiner et aussi tu ne trouve rien le scenario c est ah bon ….. dommage merci info…..

  2. frederik

    ahhhhh bon! tu ne fais rien dessiner le bd une aventure spirou et fantario tu ne ne touche rien dessiner et aussi tu ne trouve rien le scenario c est ah bon ….. dommage merci info…..

  3. Article très intéressant, pour un fort joli livre. Toutefois, bien que je ne sois pas dupe des tractations bassement financières sous couvert de protection patrimoniale, il reste scandaleux de constater que des ayant-droits puissent être aussi interventionnistes et décider de ce qui peut être publié ou pas. Fort heureusement, les personnages issus de l’écurie Dupuis ne subissent pas le même sort que ceux du regretté Hergé…

  4. Article très intéressant, pour un fort joli livre. Toutefois, bien que je ne sois pas dupe des tractations bassement financières sous couvert de protection patrimoniale, il reste scandaleux de constater que des ayant-droits puissent être aussi interventionnistes et décider de ce qui peut être publié ou pas. Fort heureusement, les personnages issus de l’écurie Dupuis ne subissent pas le même sort que ceux du regretté Hergé…

  5. JM

    J’adore Frank. Son travail est très intéressant mais la justification de sa démarche est plus ambitieuse que son travail final. Ses portraits magnifiques restent des caricatures et ne sont, selon moi, pas réalistes. On est très loin du travail d’Alex Ross sur les personnages Marvel et DC Comics où là on a une vrai interprétation réaliste de personnages de bande dessinée !.. Et le terme « crédible » me gène un peu… Celà implique que les personnages ne le sont pas sous le crayon de leurs auteurs d’origine ?

    Bref… Mon impression sur Frank est toujours la même : un artistes de très grand talent mais peut-être trop conscient de son talent… Plus souvent présent dans les galeries que dans les albums et donc avart de son art pour le grand public. C’est dommage mais il laisse cependant des albums derrière lui prestigieux !

    JM

  6. JM

    J’adore Frank. Son travail est très intéressant mais la justification de sa démarche est plus ambitieuse que son travail final. Ses portraits magnifiques restent des caricatures et ne sont, selon moi, pas réalistes. On est très loin du travail d’Alex Ross sur les personnages Marvel et DC Comics où là on a une vrai interprétation réaliste de personnages de bande dessinée !.. Et le terme « crédible » me gène un peu… Celà implique que les personnages ne le sont pas sous le crayon de leurs auteurs d’origine ?

    Bref… Mon impression sur Frank est toujours la même : un artistes de très grand talent mais peut-être trop conscient de son talent… Plus souvent présent dans les galeries que dans les albums et donc avart de son art pour le grand public. C’est dommage mais il laisse cependant des albums derrière lui prestigieux !

    JM

Publiez un commentaire