Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Furari ***

17 février 2012 |

picto-critique-V3-3furari_couvPar Jirô Taniguchi. Casterman, 16€, le 8 février 2012.

Fraîchement retraité, le personnage principal de ce one-shot ne peut se détacher de son activité ultérieure : géomètre et cartographe. Du coup, il compte et recompte toujours ses pas pour arriver à la mesure exacte. En réalité, cet homme sert de prétexte à Jirô Taniguchi pour nous promener dans les rues de la capitale japonaise du XIXème siècle. Au fil de ses pérégrinations, on découvre le quotidien d’Edo et toute sa splendeur.

furari_image1Furari aurait pu s’intituler « Au gré du vent », une traduction collant parfaitement au récit et qui est d’ailleurs utilisée en sous-titre dans les pages intérieures. Tout au long du livre, Jirô Taniguchi (Un zoo en hiver, Les Années douces, Garôden…) s’attache à nous faire découvrir des petits moments de la vie de pêcheurs, de vendeurs, d’artistes, de poètes, et décrit de nombreuses traditions et coutumes typiquement japonaises. On retrouve également son goût invétéré pour les animaux et la nature. Si l’on apprécie cette balade tranquille dans les rue d’Edo, on est toutefois moins transporté par l’ambiance que dans L’Homme qui marche.

En effet, ce récit est parfois entrecoupé par des scènes très concrètes ou trop anodines, qui cassent le rythme et l’ambiance de l’histoire. De plus, l’auteur a voulu donner une réelle identité à son personnage, mais sans réellement aller jusqu’au bout. On devine rapidement qu’il est cartographe, mais on ne sait pas grand chose de plus. Si la référence à Tadataka Inô (premier à avoir cartographié le Japon en marchant) est évidente et parlante pour les Japonais, elle est n’est guère palpable pour des Occidentaux. C’est bien dommage car ce postulat embryonnaire a tendance à empêcher le lecteur de se laisser porter par les moment oniriques ou les fascinantes plongées en vision subjective dans la peau de différents animaux.

Malgré ce défaut, on apprécie beaucoup la délicate retranscription de nombreux détails de l’époque qui rendent l’environnement riche et crédible. Ce manga nous fait voyager paisiblement au fil de quelques tranches de vies d’un homme sans contraintes, qui échange, découvre et s’émerveille devant la beauté du Japon historique.

Achetez Furari sur Fnac.com
Achetez Furari sur Amazon.fr
Achetez Furari sur BDfugue.com

FURARI © Jiro Taniguchi 2011

furari_image2

Commentaires

Publiez un commentaire