Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Gaston Lagaffe à la BPI du Centre Pompidou

12 décembre 2016 |

gaston_afficheC’est un personnage « capable d’entreprendre des histoires folles, sottes, inconcevables, sauf par lui, juste pour procurer un peu de plaisir à son poisson rouge », selon son créateur André Franquin. Gaston Lagaffe a surgi en 1957 dans Spirou pour combler un trou dans la maquette. D’interstice en blanc, il est devenu un formidable anti-héros, flemmard, gaffeur bien sûr, tendre, généreux, drôle surtout. À Paris, la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou lui consacre une exposition, « Gaston, au-delà de Lagaffe », jusqu’au 10 avril 2017.

Pour fêter les soixante ans de l’adorable ahuri, l’institution raconte les circonstances de sa création et résume sa carrière à l’aide de multiples reproductions. Si l’on regrette de ne pouvoir admirer suffisamment de planches originales, bien rares, on apprécie la pédagogie et la lisibilité déployées. Pour qui ne connaît pas Gaston, cet « Innocent public n°1, héros-sans-emploi » — selon Fantasio qui s’acharne à corriger ses bourdes —, l’installation est bien conçue. On savoure l’apparition du gagman à la rédaction de Spirou (« Franquin a griffonné sur un carton de bock une grosse tête ronde avec une tignasse en désordre, un gros pif en forme de pomme de terre, un regard ahuri, détaillait Yvan Delporte, alors rédacteur en chef du journal. On s’est mis à lancer des idées idiotes en rigolant comme des mouettes. »).

Rapidement, Franquin, débordé de travail, propose à Jidéhem de transposer les aventures de Gaston en bande dessinée. Le maître imagine les péripéties de son héros, son acolyte les met en images — après 1967, Franquin reprendra la main sur le trait. Vêtu d’un éternel pull col roulé vert, Gaston est un grand ami des animaux, mais aussi dormeur, farceur, cuisinier, chimiste, inventeur… Ses différentes facettes sont alignées, tandis que les propos de Franquin éclairent sa création. Par exemple sur la sensualité du bonhomme : « Un personnage de bande dessinée qui dort, il faut qu’on découvre son plaisir de dormir, que ce soit encore plus expressif qu’une réclame pour matelas ». Ou encore sur le fourmillement d’éléments dans les cases : « Comme je ne suis jamais sûr de mon gag, je mets toujours une foule de détails pour être sûr d’intéresser le lecteur. Ça a une conséquence heureuse, ça provoque la relecture ».

La vie de la rédaction de Spirou, source de gags pour Franquin — Delporte était capable d’y amener un singe ou un lion ! —, est longuement évoquée. L’expo se termine par l’émergence du formidable Trombone illustré (lire les courriers acides qu’échangeaient Charles Dupuis et Yvan Delporte, en désaccord total sur sa ligne éditoriale) et l’arrivée des Idées noires, à savoir « Gaston trempé dans la suie ». « Souvent, l’humour est une fuite, et les humoristes sont des gens sinistres qui se soignent sans le savoir par le rire, expliquait Franquin en 1988. Comment voulez-vous échapper à l’actualité qui vous matraque les horreurs du monde ? L’être humain est le seul être totalement nuisible de la planète, vraiment ! Alors, comment vous abstraire de ça ? Les gens totalement heureux sont des égoïstes profonds. » Une façon singulièrement brillante de mêler humour et philosophie.

————————-
Gaston, au-delà de Lagaffe
Exposition à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, 25 rue du Renard, 75004 Paris. Tél : 01 44 78 43 51.
Jusqu’au 10 avril 2017.
Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 12h à 22h ; samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 22h. Entrée libre.

Catalogue Gaston, au-delà de Lagaffe
Dupuis, 30€, le 2 décembre 2016.

Affiche Franquin © Dargaud-Lombard, 2016.
Photos © BoDoï.
————————-

gaston_1 gaston_2 gaston_3 gaston_4 gaston_5 gaston_6 gaston_7 gaston_8 gaston_9 gaston_10 gaston_12 gaston_11 gaston_13 gaston_14 gaston_15 gaston_17 gaston_16 gaston_18 gaston_19 gaston_20 gaston_21

Publiez un commentaire