Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 4, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Inhumain

23 octobre 2020 |
SERIE
Inhumain
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
24.95 €
DATE DE SORTIE
02/10/2020
EAN
B089M61KTQ
Achat :

Un vaisseau spatial d’exploration se crashe sur une planète inconnue, recouverte d’un immense océan. L’équipage, à un membre exception près, s’en sort indemne, remonté à la surface par des créatures à l’apparence menaçante – sorte de pieuvres-méduses gigantesques. Sur un atoll, l’androïde de la mission tente de comprendre pourquoi les humains du vaisseau ont été pris d’une euphorie louche et ont précipité la chute du vaisseau. Y aurait-il de la télépathie là-dedans? C’est alors qu’une peuplade indigène se fait connaître : des humains là où il n’est pas censé y en avoir, mais agissant comme de gentils zombies, obéissant mollement et aveuglément à une entité nommé le Grand Tout…

inhumain_image1Le duo Bajram/Mangin propose ici un one-shot de SF spatiale dans la grande tradition du genre, mais avec bien sûr un petit pas de côté contemporain. En effet, les scénaristes s’appuient sur des grands thèmes connus : la réaction d’une planète contre un envahisseur destructeur, l’irresponsabilité collective et incurable des humains avides de richesse et de pouvoir, la soit-disant nécessité d’imposer un ordre tyrannique pour maintenir un prétendu équilibre. Mais peu à peu, à mesure que leurs personnages se laissent abrutir l’esprit par le Grand Tout, dans une littérale descente aux enfers, ils creusent les fondements philosophiques du libre-arbitre, de la liberté de croyance et d’aller et venir, de ce qui constitue l’Humanité telle qu’on la connaît, et de sa compatibilité avec une évolution durable de l’espèce dans un écosystème. Un parti-pris audacieux, mais traité avec une forme de légèreté étonnante – dans le bon sens du terme, c’est-à-dire par un récit non plombant. On décèle même quelques clins d’oeil humoristiques, mention caustiques, dans certaines séquences. Et ça fait du bien, tout comme la conclusion pas complètement noire, dans le sillage d’oeuvres de SF récentes qui envisagent les possibilités de l’après effondrement sans se morfondre (telles Carbone & Silicium ou Mécanique céleste). Le dessin de Thibaud de Rochebrune colle parfaitement au projet : d’un réalisme élégant et classique, peu à l’aise dans les visages mais brillant dans les larges cases de décor aux ambiances chromatiques convaincantes, son graphisme assume une science-fiction à la fois sérieuse et grandiose, lisible par tous et lumineuse. Un projet cohérent, sur toute la ligne.

inhumain_image2

Publiez un commentaire