Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Cas Alain Lluch

19 août 2016 |
SERIE
Le Cas Alain Lluch
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
25 €
DATE DE SORTIE
28/05/2016
EAN
2849611816
Achat :

Colosse de l’agroalimentaire international, l’entreprise Mitbolls engrange les bénéfices. Sa spécialité, les boulettes de viande reconstituées avec traces de canidés et autres rongeurs. Oui mais voilà, après une campagne de pub calamiteuse, son chargé de marketing, le gros et apathique Alain Lluch, est sur la sellette. Avant de faire la découverte du siècle, à même de relancer sa carrière : une déchetterie de viande tout juste avariée. Matière première donnée, plus-value assurée…lluch

 

Qu’on aime ou pas, l’éditeur les Requins Marteaux a toujours ce grand mérite de ne pas laisser indifférent. Avec Le Cas Alain Lluch, on entre dans le monde de la barbaque dégoulinante, écœurante, tripes et boyaux se déversant sur vos tables, à vous filer mal au bide. Symptôme d’une com’ ridicule et miroir à peine grossi de notre illusoire société de consommation, du capitalisme sauvage et d’un monde du travail oppressant, le pansu quadra Alain Lluch cristallise les excès et dérives d’une modernité saturée d’images, de gras et d’argent. Tout déborde ici d’un réalisme cru.

Logiquement, le graphisme kitsch et hyper-réaliste – superbe pour servir le propos mais limite angoissant – fait la synthèse d’influences allant de Duane Hanson à Richard Corben en passant par Frans Hals, créant le sentiment de plonger dans un roman-photo burlesque en forme de bad joke. Quand les bêtes auront repris le pouvoir (« La planète des ienchs »), les hommes seront enfin sauvés. Surenchère, disproportions et exubérance sont ici les ressorts langagiers d’un monde à la dérive, l’esthétique outrancière de M. Kern et  Antoine Pinson ne devant pas masquer le propos éminemment intéressant. Et perturbant. Nous sommes malades, déjà un peu morts aussi, comme Alain Lluch. La piqûre de rappel fait mal. Il fallait bien en rire.

lluch2

Publiez un commentaire