Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« Les Fleurs du mal » érotiques et trash de Liberatore

13 novembre 2015 |

Fleursdumal_couv« À te voir marcher en cadence,
Belle d’abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d’un bâton.
 »

Qui plus indiqué que l’auteur italien Tanino Liberatore (RanXerox, Les Onze mille verges de Guillaume Apollinaire, Les Femmes…) pour illustrer la poésie sombre et sensuelle de Baudelaire ? Alors qu’il s’était fait rare ces dernières années, le dessinateur est revenu au printemps avec un album grand format, recueil illustré de 30 poèmes issus des Fleurs du mal. Tantôt esquissés en noir et blanc, tantôt colorisés et hyper-réalistes, les dessins de Liberatore donnent aux poèmes une tonalité moderne et parfois trash.

Relire Les Fleurs du mal à la lumière de Liberatore, c’est s’immerger dans son univers de filles magnétiques, de solitude et de cadavres érotisés. Une ambiance qui, si elle n’est pas du goût de tout le monde, a du moins le mérite d’arracher les vers de Baudelaire à un XIXe siècle romantique et décadent, pour le moins suranné.

Côté édition, l’album grand format est plutôt réussi, à l’exception notable du choix de mettre au dos des pages dépliables, un détail zoomé (et flou !) de la grande illustration à l’intérieur. Mais dans l’ensemble, un bel album pour les inconditionnels de l’auteur italien.

_______________________

Les Fleurs du mal.
Par Tanino Liberatore et Charles Baudelaire.
Glénat,  39 €, mai 2015.

_______________________

Fleursdumal_image4 Fleursdumal_image3bis Fleursdumal_image2 Fleursdumal_image5

 

 

 

Publiez un commentaire