Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | March 29, 2017















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sélection Noël : spécial intégrales

18 décembre 2014 |

Après nos sélection américaine, humour et beaux livres, voici notre choix d’intégrales BD, ou une bonne raison de re-découvrir de grands classiques ou se délecter de BD qui le deviendront.

noel_ranxRanX

Ultraviolent, toxicomane, amateur d’armes à feu et de gamines tout juste pubères, l’androïde Ranx Xerox n’a plus grand-chose à voir avec le photocopieur dont il est issu ! Écumant les bas-fonds d’une Rome du futur – suintant le fric, la dope bon marché, et le sang vicié par tous ses pores – RanX cogne, sniffe, baise. Et frappe toujours avant de parler ! Imaginée par Stefano Tamburini et Tanino Liberatore en 1979, cette série jouit désormais d’une chouette « intégrale définitive » aux éditions Glénat, qui reprend aussi les scénarios des années 1990 signés… Alain Chabat et Jean-Luc Fromental ! Si, à ses débuts en noir et blanc, Liberatore subit encore l’influence de ses aînés Manara et Moebius, il développe rapidement un style coloré, hirsute et brutal, beaucoup plus personnel, collant comme une combinaison SM aux histoires borderline de Tamburini (la copine de RanX est une prostituée junky de 12 ans…). Voilà donc l’occasion de se prendre un shoot de dessin qui claque, de SF qui braille et d’histoires courtes qui remue les tripes. Ça n’arrive plus si souvent !

Glénat, 184 pages, 29,50 €.
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

noel2014_integrale_rock_clercSerge Clerc, Intégrale Rock

Après l’intégrale Phil Perfect, et avant une possible intégrale consacrée à la science-fiction, les éditions Dupuis ont la chic idée de publier un gros volume reprenant histoires, strips, illustrations et griffonnages de Serge Clerc autour de la musique, en particulier rock. Au fil de ces quelque 380 pages, qui s’ouvrent par un frontispice numéroté-signé (2500 exemplaires), et après un texte historique pêchu et bourré d’infos, on (re)découvre d’abord les premiers pas du jeune Roannais dans le magazine Rock & Folk, dans la seconde moitié des années 1970. Soutenu par Philippe Paringaux, Serge Clerc se cherche un style, encore sous l’influence de Crumb et Moebius. Strips de Roger Bismuth, portraits en tous genres de musiciens, planches de la chronique Rock City (chansons en BD, avec Philippe Manoeuvre) dans Métal Hurlant, images en vrac, études sur calques, c’est à un passionnant voyage dans le temps que nous convie cet ouvrage, autour du travail d’un auteur qui dessinait rock, qui vivait rock. Puis, Serge Clerc troque le Rotring pour le pinceau et devient obsédé par les plis des vêtements. Sa ligne s’aiguise, son style se précise, il devient un dessinateur prisé et demandé. Jusque par l’influent magazine anglais New Musical Express, jusqu’à New York. C’est le temps des affiches, pochettes de disques, illustrations couleurs hypnotiques. L’ouvrage reprend aussi des histoires, celles parues aux Humanos dans l’album Rocker, et dans les collectifs Rock Strips et Summer of the 80’s. Refermer cette intégrale rock fascinante, c’est comme poser le couvercle sur un coffre aux trésors graphiques et héroïques d’un temps révolu, un trésor qu’on gardera jalousement pour le contempler de temps en temps, et faire jaillir de nulle part des riffs de guitare endiablés. La grande classe.

Dupuis, 384 page, 45 €.
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

noel_loupLoup de pluie

Précédemment publié en deux tomes, Loup de pluie revient en un volume dans un très grand format, à la hauteur des paysages grandioses du western. En effet, le touche-à-tout Jean Dufaux (Murena, Sortilèges, Barracuda, Koba…) explore ici un genre hyper codifié, et relève avec brio le défi. Car il se fond aisément dans ses décors incontournables (les canyons, le chemin de fer naissant, les camps de trappeurs…), joue intelligemment avec les figures imposées (l’Indien solitaire, la brute épaisse, le raciste de base, le propriétaire humaniste…), convoque grande Histoire et légendes indiennes, et réussit à livrer une aventure dense et sombre, tantôt onirique tantôt romantique. Immédiatement fascinant, son récit – même s’il ne recèle pas de véritables surprises – suit le parcours de plusieurs personnages qui finiront par se rejoindre, dans le sang. La réussite du projet tient aussi beaucoup au dessin magnétique de Rubén Pellejero (L’Impertinence d’un été, Dieter Lumpen…), dont le trait épais et précis, magnifié par une palette de couleurs justes, envoûte immédiatement. À voir comment il brosse forêts et cours d’eau, visages d’Indiens comme de blancs salauds, on se régale d’avance de découvrir son travail sur la reprise de Corto Maltese..! En attendant, (re)lire Loup de pluie dans cette belle édition est un bonheur.

Dargaud, 144 pages, 29 €.
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

chaos-team-integraleChaos Team

La Chaos Team, c’est un groupe de mercenaires surentraîné et lourdement armé vendant ses services aux plus offrants. Car la Terre a été envahie par une horde extra-terrestre utilisant des engins surpuissants. Dans ce climat d’apocalypse où règne la loi du plus fort, des factions armées se sont aussi formées à l’envi… De l’action à tout-va, du sang et des mitraillettes, ça cartonne sec au pays du chaos. Les castings font mieux connaître les nombreux personnages en proie à des dilemmes moraux et le récit déroule quelques missions guerrières menées à allure TGV. Fluidité, dynamisme, efficacité caractérisent la narration signée Vincent Brugeas (Block 109) – malgré un léger ronronnement parfois, sans doute l’effet intégrale – qui gagne en profondeur avec le graphisme de Ronan Toulhoat, superbe et punchy, comme dans un bon comics. En prime pour cette intégrale regroupant les deux tomes de la première saison, une jolie couverture, froide comme une guerre lucrative. Bref, entre baston et science-fiction, une BD de genre tout à fait divertissante.

Akileos, 240 pages, 29 €.
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

noel_robinRobin des bois

Fameux personnage qu’on pense connaître par coeur, grâce à Walt Disney, Kevin Costner ou plus récemment Russell Crowe (et je ne vous parle pas de la comédie musicale, hein), Robin des bois est aussi le héros de cette bonne série imaginée par Pierre Boisserie, qui se concentre sur la jeunesse de l’archer de la forêt de Sherwood. On y croise, enfants puis adolescents, Robin de Loxley, mais aussi Will Scarlett ou Petit-Jean, ainsi que l’intrépide Marianne, ou le fourbe prince Jean. Grâce à la ligne fine et agréable d’Héloret, on est plongé sans difficulté dans cette Angleterre pauvre et en proie aux tensions entre Normands et Saxons, alors que la Cour se prépare à une douloureuse et coûteuse Croisade… Le présent album regroupe les deux tomes déjà parus, ainsi que la fin du cycle – la série Robin s’intitulant désormais comme par magie Robin des bois..! Pas génial pour ceux qui avaient acheté les deux premiers volumes et obligés d’investir dans celui-là pour avoir la fin de l’histoire… Mais un beau cadeau, résolument tous publics, pour ceux qui étaient passé à côté de cette attachante version du mythe.

Glénat, 152 pages, 39 €.
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

Publiez un commentaire