Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les troublantes « Bizarreries » de Baldazzini

17 janvier 2017 |

Amateurs de bandes dessinées érotiques à la forte personnalité, vous allez être servis : les éditions Delcourt publient un beau recueil d’histoires courtes sulfureuses de Roberto Baldazzini, intitulé Bizarreries.

bizarreries-couvBondage, SM, femmes plantureuses dotées de pénis… On retrouve dans ce volumineux ouvrage de 232 pages tout ce qui fait le sel de l’univers de l’auteur italien de Chiara Rosenberg ou Aura l’orpheline. Présentées par ordre chronologique, de 1986 à 2016, les histoires adoptent des formats narratifs différents, du feuilleton façon comics au texte illustré, en passant par la BD plus classique. Et elles arpentent différents genres : SF, thriller, romance adolescente, aventure exotique, délire baroque… Difficile de s’ennuyer dans cette nouvelle réussite de la collection Erotix, qui se présente comme une intégrale des histoires courtes de Baldazzini, pour beaucoup inédites en français.

Fort de cette variété de récits, l’album se lit avec gourmandise, notamment dans ses deux premiers tiers. Qui recèlent quelques pages à couper le souffle, avec une ligne claire sous influence du style atome des annnées 70-80, des trames lorgnant vers la BD américaine, des noirs profonds qui évoquent Mezzo ou Burns. Pour le côté architecture, décors et cadrage, on retiendra Hôtel Majestic et Sur le lieu du crime, deux nouvelles illustrées, construites comme un enchaînement de pleines pages assorties d’un court texte en voix off. Pour le jeu sur les postures et les regards, on gardera La Bague volée et son récit décliné en trois points de vue différents. Pour l’humour et le découpage en hommage aux comics, on rit et applaudit devant Ginger & Rogers, feuilleton débile et torride sur un couple d’enquêtrices (dont une est solidement montée) pourchassant un gang de dominatrices…

Mieux encore, on reste scotché par la qualité d’écriture et de mise en scène de Qui a tué Betty ?, un passionnant hommage à la pin-up pionnière du bondage Bettie Page. Et si le SM, les tenues extravagantes (et un peu flippantes) de cuir et de métal, le jeu sur la soumission et les pointes de souffrance amenant la jouissance ne vous effraient pas, le conte illustré La Forteresse de la douleur ne devrait pas vous laisser de marbre. En revanche, les quelques histoires très récentes, aux couleurs peu convaincantes, aux scénarios idiots et aux dialogues désolants, laissent un petit sentiment déception. Qui s’évapore bien vite quand on retourne aux premiers récits en noir et blanc, somptueux, littéraires et tellement originaux.

_____________________

Bizarreries.
Par Roberto Baldazzini.
Delcourt/Erotix, 232 pages, 22,95 €, janvier 2016.

_____________________

bizarreries-image

Publiez un commentaire