Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 25, 2024















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

L’Ombre des Lumières #1

13 septembre 2023 |
SERIE
L'Ombre des Lumières
ALBUM
L'ennemi du genre humain - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22.95 €
DATE DE SORTIE
13/09/2023
EAN
2413078541
Achat :

Le chevalier de Saint-Sauveur est un bien mystérieux personnage. Dénoncé comme complotiste royal à l’heure de la Révolution, son abondante correspondance fut saisie. Et donne le récit que voilà : l’itinéraire d’un gentilhomme retors et pervers, jamais avare d’une supercherie ni d’une traîtrise pour arriver à ses fins. Quelles fins ? La jouissance de l’instant et des femmes, certes, mais surtout la conquête d’une place au plus près  du pouvoir. Mais l’ambition n’est-elle point trop haute quand on ne vient pas d’une lignée noble et que la fortune sonnante et trébuchante ne fait souvent que passer ?

lombre-des-lumieres_image1 Très attendue après le succès tonitruant des Indes fourbes, la nouvelle saga historique d’Alain Ayroles décevra quelque peu ceux qui s’attendaient à un nouveau tour de force, mais réjouira les amateurs de fiction en costumes classique. En effet, pas grand-chose à redire ni sur le thème choisi – la décadence et la dépravation d’une noblesse se complaisant dans le paraître et les complots –, ni si sur les textes – des narratifs épistolaires et des dialogues délicieux. L’intrigue est bien menée, parfaitement rythmée, et solidement mise en images par un Richard Guérineau (Charly 5, Entrez dans la danse, Henriquet, l’homme-reine) qui, décidément, insuffle une belle originalité dans le genre. Mais alors, d’où vient l’étrange sentiment d’insatisfaction quand on referme ce premier tome d’une trilogie ? D’une part, c’est justement parce que c’est un premier tome s’achevant sur un vrai suspense et ouvrant de nouvelles possibilités pour son trouble héros : la frustration de ne pas avoir la suite est grande, même si on le savait dès le départ. D’autre part, l’impression d’être manipulé est présente dès les premières pages et la curieuse lettre d’un « rédacteur » expliquant avoir découvert la correspondance de Saint-Sauveur : dès lors que le fin de mot de l’histoire se fera attendre jusqu’à la conclusion du 3e tome, il est un peu usant de lire des aventures dont on pressent fortement qu’un autre point de vue viendra éclairer, plus tard, la vérité. L’effet de surprise des Indes fourbes, qui parachevait la puissance du récit, ne fonctionnera donc pas de la même manière – et dans le cas où il n’y aurait pas de supercherie, la déception sera encore plus grande…

Néanmoins, on peut aussi se dire qu’on avait placé la barre un peu haut, envoûté par la logique marketing de l’éditeur avec ce volume classieux au tirage XXL, doté d’un gros bandeau clamant « le nouveau scénario virtuose » de l’auteur des Indes fourbes. Et qu’il n’est pas toujours juste d’apprécier un livre à la seule lumière du précédent. On ne peut donc pas nier que la lecture de cette ouverture de série est agréable, douce aux yeux comme aux oreilles, et qu’elle assouvira le besoin de lire, parfois, de bonnes histoires bien troussées dans un registre classique.

lombre-des-lumieres_image2

Publiez un commentaire