Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | February 2, 2023















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Manga : les meilleures rééditions grand format de 2022 (3/3)

7 décembre 2022 |

Après vous avoir déjà parlé de La Femme insecte, nous voulions mettre en lumières 9 autres rééditions grand format qui méritent que vous vous y intéressiez. Les premières se trouvent dans notre première sélection, puis dans notre deuxième, à cette fois-ci, nous parlerons du retour d’une grande saga d’Osamu Tezuka, de la série de baston la plus longue du monde et de l’une des nombreuses versions de la licence Evangelion !

 

Phenix CouvRenaissance d’un mythe

Arlésienne de l’éditeur des années durant, la réédition de cette œuvre mythique d’Osamu Tezuka est enfin réalité ! Phénix – L’Oiseau de feu est certainement le manga le plus luxuriant et varié du mangaka. Après une première apparition en 1954 à la suite de la publication du Roi Léo, le projet commença réellement sa prépublication en 1967 dans le magazine COM que l’auteur avait créé en réaction à la revue Garo, et se termina prématurément à la mort de sa mort le 3 novembre 1988. Visant un lectorat plus mature, cette œuvre est une grande fresque à la narration expérimentale, alternant récits dans le futur et dans le passé reliés par la figure dominante du phénix et des pouvoirs qu’on lui confère. Riche et profonde réflexion sur l’humanité et sa propre condition, Phénix est une œuvre somme à la fois ambitieuse, philosophique et universelle. Entre inspirations d’ordre historique et extrapolations dystopiques, elle questionne de nombreuses disciplines, connaissances, croyances et réalités sociales dans une portée humaniste, écologiste et antimilitariste manifeste.
_________________

Phénix – L’Oiseau de feu.
Par Osamu Tezuka – Traduction : Jacques Lalloz
Publié originellement au Japon en 1967 – 1988.
29,99 €, Delcourt/Tonkam, Collection Tezuka, 2 volumes parus sur 6.

Ce qui change :
• Édition deluxe
• Grand format
• Volumes doubles
• Traduction revue et corrigée
• Sens de lecture original
• Nouvelles couvertures
• Couverture cartonnée
• Pages couleur en fin d’ouvrage
• Onomatopées originales sous-titrées
• Meilleure qualité d’impression
• Préface et postface de Xavier Hébert
• Illustrations et commentaires en annexes
_________________

 

Baki CouvCombattre ou mourir

Cette série nous était parvenue une première fois grâce aux éditions Akata/Delcourt dans la seconde moitié années 2000 grâce à la publication de la seconde saison de la série. L’échec fut retentissant et entraîna un rapide arrêt de commercialisation. Depuis, le marché a beaucoup évolué et Meian a décidé de lui redonner sa chance en commençant cette fois-ci par le début. L’histoire s’assume et tient sur un timbre-poste : Baki Hanma est un gars simple qui n’a qu’une seule ambition, devenir l’homme le plus fort du monde. Fort heureusement, c’est un bosseur, il est bien bâti, talentueux, n’a pas froid aux yeux. Inutile d’aller chercher plus loin, ce serait se mentir, en réalité l’important est ailleurs. Baki – The Grappler est tout simplement l’un des mangas de combat les plus prenants qui soient. Ne lésinant pas sur la démesure, et tirant avantage de son graphisme grotesque, Keisuke Itagaki, ancien militaire converti au manga en autodidacte, se donne à fond pour transmettre sa passion des arts martiaux. Loin de se cloisonner dans une pratique exclusive, ça bastonne, ça cogne sans limites dans ces pages privilégiant les combats libres, arts martiaux mixtes et combats illégaux dans lesquels la seule règle est la survie. Bourrin et efficace !
_________________

Baki  The Grappler.
Par Keisuke Itagaki – Traduction : Rémi Buquet
Publié originellement au Japon en 1991 – 1999 (pour cette première partie).
12,95 €, Meian, 8 volumes parus sur 24.

Ce qui change :
• Édition deluxe
• Grand format
• Nouvelle traduction
• Nouvelles couvertures
• Pages couleur
• Onomatopées originales sous-titrées
• Pagination plus élevée que l’original (l’équivalent d’un volume et trois-quarts)
• Meilleure qualité d’impression
_________________

 

Evangelion CouvMecha classique

Série d’animation japonaise écrite et réalisée par Hideaki Anno, Evangelion est également un manga de Yoshiyuki Sadamoto, un film d’animation, Death and Rebirth, puis un autre, The End of Evangelion, et une dernière tétralogie, Rebuild of Evangelion… Bref, sans compter les dérivés et adaptations sur d’autres supports, il est particulièrement complexe de s’y retrouver dans cette saga mythique tant les épisodes, reboots et relectures sont a priori peu accessibles. Alors, pour bien commencer, quoi de mieux que le seul et unique manga ? Il s’agit d’une porte d’entrée accessible vers l’univers de ce récit de science-fiction élaboré. Dans cette saga, Shinji, 14 ans, est envoyé sur le front par son père. Aux manettes de l’EVA-01, un mecha (une armure robotisée pilotée de l’intérieur), nouvelle création de son paternel, il a pour mission de combattre les « Anges » qui mettent l’humanité entière en péril. Dans une véritable édition deluxe double doté d’un ex-libris à chaque tome, c’est un plaisir de (re)découvrir ce manga dont la prépublication s’est étalée sur près de 20 ans. L’expérience de lecture de ce récit mêlant réflexion, action et drame est d’autant plus savoureuse.
_________________

Neon Genesis Evangelion.
Par Yoshiyuki Sadamoto – Traduction : Paolo Buffet
Publié originellement au Japon en 1994 – 2013.
14,95 €, Glénat, Collection shonen, 3 volumes parus sur 7.

Ce qui change :
• Édition deluxe
• Grand format
• Volumes doubles
• Nouvelle traduction
• Nouvelles couvertures
• Pages couleur
• Ex-libris offert dans chaque tome
_________________

Publiez un commentaire