Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2018















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

MiniVip & SuperVip – Le Mystère du va-et-vient

24 juillet 2018 |
SERIE
MiniVip & SuperVip
ALBUM
Le Mystère du va-et-vient
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
27.95 €
DATE DE SORTIE
06/06/2018
EAN
2302069676
Achat :

SuperVip est grand et fort, un vrai superhéros de bande dessinée. Mais depuis que son amoureuse Linda l’a quitté, il ne fait que se lamenter. Et tout casser chez son frère MiniVip, car il ne maîtrise pas sur super-force. Minuscule et faiblard, MiniVip, lui, désespère de ne pas avoir de pouvoirs brillants, et se concentre sur ses inventions. Souvent plus fantasques qu’utiles. Pendant ce temps-là, à l’autre bout de l’univers, une planète pleine de choses gluantes ressemblant à des batraciens à long nez, dirigés par une grenouille géante. Qui envisage sérieusement d’envahir la Terre, car son taux de pollution frisant les 100% en fait une parfaite planète d’accueil pour eux.

minivip-et-supervip_image1Il y a 50 ans, l’auteur et réalisateur de dessins animés italien Bruno Bozzetto sortait Vip, mon frère Superman. En 2018, il exhume une idée de scénario pour développer cet univers en bande dessinée, et s’adjoint les service du prolifique Grégory Panaccione (Chronosquad, Un océan d’amour…) pour le mettre en scène et en images. Visuellement, le challenge est brillamment relevé : le dessinateur saisit parfaitement l’ambiance loufoque de Bozzetto et donne énormément de dynamisme à ce qui pourrait faire un chouette dessin animé. Mais c’est peut-être justement là qu’on trouve une faille au projet : cette histoire ressemble presque trop à un scénario de film animé, dans sa structure, son rythme, son enchaînement de séquences, son utilisation du hors champ et du son. On le perçoit d’ailleurs à sa longueur : près de 280 pages pour une telle aventure, c’est sans doute un peu trop. Non pas que l’on s’ennuie, non, car tout est plutôt drôle, et le graphisme sixties de Panaccione est délicieux. Mais on perçoit nettement la tendance à délayer l’action dans chaque planche sans suffisamment jouer sur les ellipses, défaut classique du passage de l’animé à la BD. Reste donc un livre élégant et atypique, visuellement attrayant et à l’histoire amusante. Mais sans doute un peu surdimensionné et pas toujours adapté au medium choisi.

minivip-et-supervip_image2

Publiez un commentaire