Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Otakuland **

23 février 2012 |

picto-critique-V3-2otakuland_couvPar Johan Walder. Delcourt, 17,95 €, le 1er février 2012.

« L’envie de rester dans un monde imaginaire avec les capacités d’un adulte, ça fait un otaku. » C’est ainsi que le premier personnage de cet album, qui en compte trois, résume son statut. Un jeune homme solitaire, fan de mangas et de jeux vidéo, et qui voit la vie par le prisme de sa passion. Et le revendique. En effet, les héros de ce long one-shot clament haut et fort leur bonheur d’être différent, ignorent avec un sourire les quolibets des autres et profitent à fond de leur vie semi-imaginaire.

otakuland_image1Ce postulat « fier d’être otaku » est à la fois le point fort et le point faible de cet album signé du Genevois Johan Walder, qui a notamment travaillé sur le jeu en ligne Dofus. Point fort, car il bouscule l’idée reçue selon laquelle l’otaku serait un associal maladif à la limite de la perversité; et il convient dès lors de l’applaudir. Point faible, car les trois monologues enchaînés versent parfois dans un angélisme quasi béat. On ne perçoit qu’en creux le malaise social et affectif qui habite les personnages, leur passion devenant un refuge hermétique par rapport au monde qu’ils jugent agressif. Otaku et heureux d’accord, mais ce bonheur n’est-il pas qu’une posture ? Cette question n’est pas vraiment posée et c’est dommage, car on a du mal à se contenter d’un triple récit où les protagonistes incluent dans leur réalité des éléments fantasmés (un combat titanesque pour répondre aux moqueries, une nuit torride avec une femme mûre esseulée…), et qui manque d’une trame générale pour intéresser jusqu’au bout. Reste alors le trait original et puissant d’un jeune auteur à suivre et des planches pleine de détails et d’énergie sincère.

Achetez Otakuland sur Fnac.com
Achetez Otakuland sur Amazon.fr

otakuland_image2

Commentaires

  1. francois jacquier

    J’ai adoré cette Bd, le dessin est assez hallucinant et moi je trouve le scénario très prenant !
    D’autant plus que ce n’est pas une apologie des otaku, mais bien plutôt un pretexte pour critiques les torts de notre sociétés. On comprends bien que c’est la capacité à utiliser son imaginaire comme soupape au lieu d’agir par la violence ou la réaction au premier degrés.
    D’autant plus que les Otakus de l’histoire sont juste des passionés, on voit bien qu’ils vivent très « normalement ».
    Moi j’ai beaucoup aimé !

    j’ai trouvé le site du dessinateur
    (Walder http://walderworld.blogspot.com)

  2. francois jacquier

    J’ai adoré cette Bd, le dessin est assez hallucinant et moi je trouve le scénario très prenant !
    D’autant plus que ce n’est pas une apologie des otaku, mais bien plutôt un pretexte pour critiques les torts de notre sociétés. On comprends bien que c’est la capacité à utiliser son imaginaire comme soupape au lieu d’agir par la violence ou la réaction au premier degrés.
    D’autant plus que les Otakus de l’histoire sont juste des passionés, on voit bien qu’ils vivent très « normalement ».
    Moi j’ai beaucoup aimé !

    j’ai trouvé le site du dessinateur
    (Walder http://walderworld.blogspot.com)

  3. johan mark

    Bonjour,

    J’ai bien aimé ce livre, je suis d’accor avec Francois, c’est plus une ballade tendre où les personnages exposent les travers de notre société. L’imaginaire est valorisé, pas le « rien faire » puisqu’au contraire ils ont cette réfléxion sur la société.

    Bon moi j’ ai eu du plaisir à la lire.

  4. johan mark

    Bonjour,

    J’ai bien aimé ce livre, je suis d’accor avec Francois, c’est plus une ballade tendre où les personnages exposent les travers de notre société. L’imaginaire est valorisé, pas le « rien faire » puisqu’au contraire ils ont cette réfléxion sur la société.

    Bon moi j’ ai eu du plaisir à la lire.

Publiez un commentaire