Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 26, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Perséphone

4 mai 2017 |
SERIE
Perséphone
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
17.95 €
DATE DE SORTIE
19/04/2017
EAN
2756095516
Achat :

La mythologie grecque possède des personnages extraordinaires, parfaits héros de bande dessinée. Pour peu qu’on les dépoussière un brin. C’est le défi que s’est lancé Loïc Locatelli-Kournwsky (Ni dieu ni maître, Canis Majoris) en s’inspirant de Perséphone et Déméter. Il fait de la première une adolescente dynamique mais mal dans sa peau et en quête d’identité. La seconde, sa mère adoptive, est représentée comme une grande combattante, garante de la paix entre le monde de la surface et celui des enfers. persephone_image1Entre les deux univers, plus aucun contact, depuis une terrible guerre. Mais des brèches se font jour… Et quand Perséphone est kidnappée, direction les enfers, et qu’elle croque un fruit maléfique la condamnant à y rester, Déméter est prête à braver tous les interdits pour sauver sa fille.

Loïc Locatelli-Kournwsky choisit de revisiter les mythes à travers un récit de fantasy, qui évoque beaucoup les dessins animés japonais, dans son ambiance, ses thèmes environnementaux et ses tics graphiques. Il faut dire que l’auteur est en résidence au Japon… Outre son intéressant postulat scénaristique, son album est plein de bonnes idées, comme le design des deux mondes (du dessus et du dessous), entre cité à l’atmosphère années 50 et cave bleutée. Hélas, ces deux pistes ne sont pas assez exploitées, ou en tout cas graphiquement léchées. Car, comme en contrecoup d’un agréable trait de crayon lâché, les décors manquent de détails et le découpage n’offre pas la place à une meilleure exposition de ces idées. De plus, les couleurs sont globalement trop fades et leur gamme trop limitée : rien ne ressort suffisamment. On se raccroche alors aux personnages, bien campés pour une aventure tous publics, même si les rebondissements sont un peu convenus. Le résultat est donc mitigé, car s’il on pénètre facilement dans cet univers et que l’on s’y sent bien, le rendu visuel est assez frustrant.

persephone_image2

Publiez un commentaire