Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Petite revue de presse estivale

14 août 2009 |

Ce n’est pas parce qu’on vit la semaine la plus calme de l’année que l’actu BD se met totalement en sommeil. Petit tour d’horizon de choses et d’autres qu’on a pu lire et voir cet été.

Sfar et son Gainsbourg

sfar_gainsbourg.jpgLe film ne sortira qu’en janvier 2010, mais un premier trailer est visible en salles et il fait déjà la couverture de Télérama (numéro du 1er août): Gainsbourg (vie héroïque) marque l’entrée remarquée de Joann Sfar dans le monde du septième art. L’hebdomadaire propose un reportage sur le tournage printanier du film, et montre un Sfar aussi à l’aise sur un plateau que devant une table à dessin. Et toujours aussi bavard: « Sur le tournage, quand l’assistant demande rituellement le silence avant la prise, c’est le réalisateur qu’il faut à tout prix faire taire », écrit le journaliste Aurélien Ferenczi. L’article note enfin que, les prises de vue terminées, Joann Sfar s’est remis à ses autres projets, et notamment le film d’animation Le Chat du rabbin. (Photo © Jérôme Brézillon)

Le pétage de plomb de Nick Rodwell

La polémique a été rapportée dans les grandes largeurs par nos confrères d’ActuaBD (ici et ): Nick Rodwell, époux de Fanny, patronne de Moulinsart et veuve d’Hergé, s’est répandu sur son blog en attaques violentes et aigries contre des journalistes. Le gestionnaire des droits de l’oeuvre du père de Tintin semble ainsi avoir mal supporté les critiques, parfois dures, que lui ont porté ces derniers mois les médias. nick_rodwell.jpg Sur son blog donc, il s’en est pris nommément à des journalistes et personnalités, comme Olivier Delcroix du Figaro ou Albert Algoud (auteur de plusieurs livres sur Tintin), donnant dans la nauséabonde psychologie de comptoir, avec des références explicites à leur vie privée. Résultat: une bonne grosse polémique qui a incité Moulinsart à fermer le blog de Nick Rodwell (mais on peut lire le post incriminé par ici), tout en annonçant la prochaine publication de ses billets sous forme de livre. On a vraiment hâte de lire ça (heu, en fait, non). En attendant, voici un extrait du communiqué de Moulinsart, toujours aussi délicieux: « Tant de haine… Inaugurant une nouvelle manière de communiquer pour Moulinsart, le blog de Nick Rodwell a suscité des réactions encore plus haineuses que celles qui se sont déversées sur lui, depuis de nombreuses années. Nous espérions ouvrir le dialogue, tablant sur un débat ouvert et la curiosité intellectuelle, qui sont la richesse d’une discussion démocratique, exempte de préjugés. Cela impliquait que tous les intervenants lisent dans leur intégralité les textes de Nick Rodwell, ce qui n’a manifestement pas été le cas de tous. Nous avons assisté, stupéfaits, à une escalade de commentaires à propos de commentaires. Toutes les situations décrites dans les blogs, vilipendées par certains, sont de notoriété publique, véhiculées par les intéressés eux-mêmes. Dans un esprit d’apaisement, nous avons décidé de supprimer les textes contestés, ainsi que leurs commentaires, trop souvent entachés de haine et de désir de nuire. Une bonne polémique, oui – un lynchage, non. (…) »

Les bons conseils d’un fan de comics

Vous aimeriez bien lire des comics, mais vous ne savez pas lesquels? Vous assumez enfin votre début de culture geek, mais vous manquez encore d’arguments pour briller auprès de vos pairs? Voici un nouveau rendez-vous vidéo fait pour vous: chaque mercredi, le blog ComicsPlace propose J’irai lire des comics chez vous, une vidéo d’une petite dizaine de minutes, frontale et sans montage, dans laquelle Thomas Rivière montre les comics qu’il vient de recevoir, d’acquérir ou de lire et nous dit pourquoi ils sont intéressants. Il ne se prend pas trop au sérieux, parle parfois un langage d’initié, mais donne carrément envie de lire des BD américaines. Alors, c’est quand qu’il vient chez nous pour lire (et nous prêter) des comics?

De jolies illustrations par-ci par-là

rp_olislaeger.jpgrp_debeurme.jpgOn ne peut pas lister ici tous les beaux dessins qui illustrent les articles de la presse écrite estivale. Citons juste la superbe couverture et les délicats (et inquiétants) personnages de Ludovic Debeurme pour le numéro double « spécial mystère » de Télérama, ainsi que les rigolotes auto-promo des Inrocks pour leur campagne d’abonnement-parrainage, signées François Olislaeger.

Superman: la bataille juridique continue

C’est une des plus longues batailles juridiques de l’histoire des comics: le copyright du personnage de Superman, imaginé par Jerry Siegel et Joe Schuster. Lors de sa création dans Action Comics en 1938, les deux auteurs avait laissé les droits de leur série à l’éditeur Detective Comics (qui deviendra DC) pour 130 $. Un jugement de 1974 énonça que cette cession était définitive. Mais les ayants-droits des auteurs n’en sont pas restés là, rappelle Variety. superman_action_comics.jpg La justice américaine a ainsi précisé récemment que la famille Siegel avait récupéré les droits de son personnage à partir de 1999, et que les origines de leur héros leur appartenait (Krypton, Clark Kent, l’histoire d’amour avec Lois Lane…). Voilà qui les place en position de force face à DC Comics et Warner Bros, le premier conservant tout de même les droits sur l’habilité à voler de Superman, la kryptonite ou le personnage de Lex Luthor. Toutefois, au sommet de cet imbroglio juridique, il est à noter que les héritiers des auteurs ne retrouveront l’intégralité de leurs droits sur leur personnage qu’en 2013. Si DC et Warner veulent lancer un nouveau Superman sur grand écran, il faut qu’ils se dépêchent…

Baudoin, ivre de femmes et de peinture

Alors que son dernier livre de bandes dessinée (Amatlan) était une pure merveille, Edmond Baudoin revient avec un nouvel ouvrage aux éditions Zanpano: Deux ou trois choses qui me sont inconnues. Un beau livre regroupant des peintures de l’artiste, au tirage limité à 250 exemplaires. « Je pourrais faire chaque jour le même tableau: un homme qui regarde une femme, puisque c’est mon problème numéro un », explique l’auteur de 67 ans dans cette courte mais intéressante vidéo réalisée par le site PointG Magazine. Qui montre une nouvelle fois qu’Edmond Baudoin est sans doute une des personnalités les plus intéressantes du neuvième art.

Publiez un commentaire