Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« RG », vertigineuse et déroutante étude sur Tintin

5 octobre 2016 |

rg_2En cette rentrée « tintinesque » chargée, entre l’exposition au Grand Palais et la parution d’ouvrages divers, une sortie doit absolument attirer l’œil de l’amateur. Paru en juin, RG (Renseignements Généraux), signé Jochen Gerner et Emmanuel Rabu, invite à un voyage érudit et poétique au pays du reporter.

Tout a été dit, écrit ou pensé sur l’œuvre d’Hergé mais finalement, pour peu que la méthode et le projet soient pertinents, il y a toujours à dire sur une œuvre intemporelle. Le duo Gerner/Rabu, avec ce livre de théorie inclassable, révèle ainsi l’inépuisable et « étrange » matière des albums de Tintin, tous différents, tous singuliers.

 

rg_4RG se présente d’abord sous des airs austères. Un grand format épais divisé en cinq chapitres ou « propositions de relecture », en image (Mégacycle, Ectoplasme, Supercolor, Cyclotron) ou en texte (Gyroscope). On croit alors au travail de fourmi d’universitaires spécialistes de leur sujet, enfermés dans leur quête de sens. Mais l’impression est évidemment trompeuse. Car au-delà d’un méta-discours passionnant, difficile de ranger RG dans un quelconque tiroir. L’ouvrage, au fond, en dit toujours plus que ce qu’il énonce ou annonce. Une question d’interaction entre le texte et l’image.

Le premier chapitre (« Mégacycle ») offre ainsi une succession de zooms des dessins d’Hergé dont il se dégage un champ lexical spécifique. Le deuxième, le plus long et le plus « textuel » (Gyroscope, 77 pages) insiste sur des thèmes arbitraires – eau de rivière, salle du trésor, amanite phalloïde – pour en révéler les motifs ou l’armature symbolique à travers une analyse plus qu’érudite, renvoyant à des listes, des bas de pages et à une sémantique décortiquée jusqu’à l’os. Les parties « Ectoplasme »,  « Supercolor », et « Cyclotron », titrées ou légendées, renvoient à des occurrences chromatiques, syllabiques et des galeries de motifs jouant sur les nuances (vert gaillard vs vert cartouche), les formes (sol lunaire vs houille bleue), ou les déclinaisons lexicales. L’accumulation débouche sur une esthétique singulière, à rebours de tout ce que laisse indiquer l’ouvrage. Tintin n’est ainsi nulle part mais sa représentation syntaxique, chromatique ou symbolique partout.

rg_pgJochen Gerner explique dans le dernier Kaboom (#16) sa volonté et sa démarche : « Au fond, chez Hergé, ce n’est pas tant le dessin que j’aime que l’imbrication avec le texte. Cette interaction entre le texte et le dessin ouvre sur un catalogue de motifs (…), qui forment un réseau. En décortiquant le trait et les formes, le texte et les couleurs, j’ai ainsi commencé à mettre à jour des occurrences, des champs lexicaux de motifs et de formes, qui retombent toujours sur un sens politique ou inconscient ».

Une envie donc : relire Tintin à l’aune des couleurs, en déchiffrer les codes et déceler derrière l’aventure naïve l’intention graphique ou narrative. Redécouvrir Tintin en fouillant les ressorts sous-jacents, inconscients ou pas, pour mieux comprendre. Mais comprendre à la manière d’un jeu, sérieux certes, mais ludique aussi.

Car, ne le cachons pas, l’ouvrage peut dérouter. Par ce soin maniaque de classer, ranger, cataloguer, de faire affleurer les strates, cette envie folle de mieux comprendre par une pédagogie de l’analyse, quitte à passer par la phrase en apparence absconse, la définition froide et une minuscule police. Mais le résultat, pour peu qu’on saisisse bien la démarche, est fascinant et vertigineux. D’érudition, de recherches, de savoir-faire…

Si RG est inclassable – hommage, exégèse poétique, essai théorique, nuancier de sens ? – il faut surtout le prendre pour ce qu’il est : une encyclopédie assumée mais fun et vivante, une formidable et puissante grille de lecture, source d’enchantement dans sa capacité à nous révéler l’invisible. Et puis il y a un côté jubilatoire – pour les auteurs et le lecteur – à entrer de la sorte dans une œuvre sacrée. Il fallait « simplement » être au niveau des enjeux et des ambitions. Et là, c’est un coup de maître !rg_5rg_3

Publiez un commentaire