Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Séance de rattrapage: trois albums à lire (ou pas) début juin

11 juin 2008 |

Nouvelle série de mini-critiques pour des albums n’ayant pas réussi à trouver leur place dans le magazine papier. Au menu: Aguirre #1 de Gabriel Delmas et Richard Marazano; Victor Anthracite et les trafiquants de parapluies de Gérald Auclin; et Snake Woman de Michael Gaydos et Zeb Wells.

Aguirre_t1___Delmas_et_Marazano.jpgAguirre #1. Par Gabriel Delmas et Richard Marazano. Carabas, 13,50 €.

Richard Marazano est féru de l’histoire de l’Amérique du Sud. Il le confiait à BoDoï, à propos de la prépublication d’une de ses histoires dans le dernier numéro. C’est donc fort logiquement qu’il nous emmène sur les pas d’Aguirre, conquistador halluciné qu’il peint en révolutionnaire visionnaire. Grâce au sublime dessin de Gabriel Delmas, rehaussé de couleurs fantastiques, on pénètre dans le cauchemar éveillé d’un homme qui s’accroche à ses espoirs quoi qu’il lui en coûte, et qui doit chaque jour se rappeler, au contact des Indiens, qu’il est un meurtrier.

victor_anthracite_de_gerald_auclin.jpgVictor Anthracite et les trafiquants de parapluies. Par Gérald Auclin. The Hoochie Coochie, 9 €.

Ça commence comme une variation autour de Tintin et les cigares du pharaon. Victor, discret représentant en brosses à dents, est kidnappé par des contrebandiers sur un cargo. Il se cache dans une caisse contenant des parapluies, puis est balancé à la mer. Empêchera-t-il les méchants de répandre des hordes de cafards sur la planète? Créateur du fanzine Dame Pipi comix, Gérald Auclin réalise ici un intrigant livre à la ligne claire rappelant celle d’Hergé, mais pour mieux la détourner par d’étranges perspectives. L’histoire, sombre, très sombre, tranche également avec l’univers de Tintin, qui reste donc une référence primordiale mais lointaine. À noter, comme toujours chez The Hoochie Coochie, une jolie couverture linogravée.

snake_woman.gifSnake Woman. Par Michael Gaydos et Zeb Wells, sur une idée de Shekhar Kapur. Fusion comics (Soleil/Panini), 12,90 €.

Jessica, serveuse à Los Angeles, manque de confiance en elle. Quand elle apprend qu’elle est la réincarnation d’une déesse-serpent, elle est un peu déstabilisée. Et elle a très très faim… Comme nombre de titres de cette nouvelle collection de comics internationaux (largement puisés dans le catalogue Virgin), c’est le nom d’une pointure du cinéma qui est mis en avant. Mais Shekhar Kapur (réalisateur indien de la trilogie Elizabeth) n’apporte guère d’originalité à un récit bien plat, tout juste sauvé par le dessin aux noirs profonds de Michael Gaydos (Alias). La faute sans doute à une édition française inadéquate (grand format cartonné, trop faible pagination pour voir l’histoire décoller). Dommage.

Publiez un commentaire