Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

10 Comments

Shogakukan & Shueisha rachètent Kaze: deux géants japonais s’installent en France

28 août 2009 |

On attendait depuis un moment l’arrivée des Japonais en Europe, mais on ne savait pas quelle forme cet investissement allait prendre. Ce débarquement, sans aucun doute redouté par les éditeurs français, passera finalement par le rachat de Kaze et Anime Virtual par le groupe nippon Groupe Shogakukan & Shueisha. Un gros gros coup, assurément.

« Par cette acquisition, le groupe [Shogakukan & Shueisha] se positionne comme le nouvel acteur majeur européen sur le secteur de l’entertainment japonais à travers ses filières VIZ Media Europe (VME), Kaze et Anime Virtual », annonce fièrement le communiqué de presse. kaze_logo.jpg En effet, ce rachat permettra l’exploitation des licences du groupe sous sa tutelle directe. Plus concrètement, le géant japonais pourra « éditer et de distribuer directement des DVD en Europe », « diffuser des programmes animés à la télévision grâce à de nouvelles plates-formes et technologies », « développer le marché du merchandising« , « éditer et de diffuser des mangas dans les pays francophones sur le territoire européen » et aussi « s’appuyer sur les nombreuses activités connexes des sociétés VME, Kaze et Anime Virtual parmi lesquelles l’édition de manga, la gestion de droits, la diffusion d’anime, la gestion des droits des produits dérivés, et la diffusion de contenu sur les nouveaux médias ».

kaze_xxxholic.jpgCar en rachetant le groupe Kaze, la Shogakukan & Shueisha met la main sur un des principaux acteurs de diffusion de culture nipponne en Europe, via ses DVD, sa chaîne de télé, ses disques (Wasabi Records) et ses livres (les éditions Asuka). Parmi ses licences de dessins animés, on compte Bleach, Nana, Soul Eater, Tsubasa Chronicle ou xxxHolic (image à doirte). Kaze est également impliqué dans la sortie de films au cinéma comme avec 20th Century Boys ou La Traversée du temps. De son côté, Anime Virtual est très impliqué sur le marché germanophone.

Reste à savoir comment vont réagir les éditeurs français qui publient des mangas, enfin surtout ceux qui importent des séries du groupe Shogakukan & Shueisha, un des poids lourds japonais. Vont-ils récupérer, une fois qu’ils seront disponibles, les droits cédés aux éditeurs français pour les diffuser eux-mêmes? Vont-ils poursuivre leur développement en rachetant d’autres labels de mangas? En attendant, les fans français de culture nipponne peuvent espérer pouvoir goûter plus largement à leurs séries et BD préférées.

Commentaires

Publiez un commentaire