Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Southern Bastards #3

12 janvier 2017 |
SERIE
Southern Bastards
ALBUM
Retour au bercail - 3
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
15 €
DATE DE SORTIE
28/10/2016
EAN
2365778461
Achat :

Le ton monte dans ce troisième tome de la chronique criminelle sudiste des deux grands Jason de la BD US, Aaron et Latour. Alors que se prépare le match le plus important de la saison pour les Running Rebs, l’équipe de foot de Craw County, l’adjoint du coach Boss est retrouvé mort, une balle dans la tête. Boss accuse les futurs adversaires de Wetumpka, les rivaux historiques et ennemis jurés. Qu’importe que le pauvre bougre se soit de toute évidence suicidé, tout doit toujours avoir rapport à ce satané football à Craw County. Gagner est une question d’honneur, voire de vie ou de mort. L’infâme coach Boss lui-même en perdrait de son assurance à l’idée d’une défaite contre Wetumpka.

southern_bastards3_image1Dans l’attente de ce fameux match, tout le monde semble prêt à dégoupiller, que ce soit sans surprise Esaw, le biker psychopathe qui sert de bras droit au coach, ou plus étonnant Hardy, le shérif si docile qui commence à en avoir marre de fermer les yeux et dont on découvre que le passif avec Boss remonte à l’adolescence (les flashbacks présentés en cases rouges, remarquable idée de narration toujours aussi efficace).

Jamais aussi bon que lorsqu’il s’accorde un pas de côté, Jason Aaron continue de ponctuer le récit de portraits de résidents de Craw County dignes d’intérêt. Un chapitre, le meilleur, est ici consacré à un trappeur pentecôtiste aussi illuminé à l’église que ténébreux dans les bois, arc en main. Un quasi stand alone nerveux en forme de survival qui offre une belle occasion à Jason Latour de faire honneur aux beaux paysages de ce sud bestial façon Delivrance. Toujours plus à l’aise à chaque tome, Latour abandonne même son traitement graphique rocailleux le temps d’un chapitre consacré aux délires enfiévrés d’un gamin plongé dans le coma : exceptionnellement assisté à la couleur par Chris Brunner, il livre la page à une invasion de chiens échappés d’un cartoon. Barré mais pas non plus rigolo. On parle tout de même d’un enfant battu à mort… Southern Bastards n’a jamais été un petit polar pépère mais bien plutôt un roman noir rageur emmené par deux auteurs eux-mêmes originaires de ce Sud de l’Amérique qui en ont gros sur la patate. Latour dénonce ici en avant-propos l’amour inconditionné pour le drapeau confédéré, symbole désespérément raciste qu’il aimerait ne plus voir dans les rassemblements de foule.

En attendant, lui et Aaron, convoquent enfin à Craw County celle qu’on attendait depuis la fin du premier tome : Berta, la fille d’Earl Tubb. Une introduction comme il se doit musclée car la militaire est bien la fille de son père et apparait surtout comme l’héritière qu’on espérait d’une autre forte tête inventée par Jason Aaron, le Dash Bad Horse de Scalped. En fait toute cette affaire ne fait sans doute vraiment que commencer. Chic alors.

southern_bastards3_image2

Publiez un commentaire