Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 4, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Spirou chez les Soviets

6 novembre 2020 |
SERIE
Spirou chez les Soviets
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
12.50 €
DATE DE SORTIE
04/09/2020
EAN
2800169559
Achat :

Horreur ! Le comte de Champignac a été enlevé ! Ses connaissances en mycologie intéressent en effet au plus haut point les dirigeants soviétiques de ce monde en pleine guerre froide. Sous couverture – polaire et d’identité –, Spirou et Fantasio partent à sa recherche à Moscou, et vont mettre au jour un complot rouge à visée mondiale : un champignon porteur du gène du communisme sera répandu sur la surface du globe…

spirou-chez-les-soviets_imageEn choisissant de mettre en scène Spirou et Fantasio à l’époque où Franquin dessinait leurs aventures, Fred Neidhart et Fabrice Tarrin montrent qu’ils connaissent cet univers sur le bout de leur plume. Par le rythme de l’aventure, l’audace des rebondissements et l’humour permanent, ainsi que par le design 60’s des plus soignés, le duo rend un hommage intéressant au maître belge. Hélas, à trop vouloir en faire, ils perdent un peu de vue leur intrigue et l’identité de leurs personnages. Ainsi, ils accumulent les clins d’oeil à la fiction de cette période (de James Bond à Tintin), empilent les blagues à multiples niveaux de lecture, ainsi que les références historiques manquant de subtilité (cette virée au goulag est un peu gênante). C’est rapidement l’overdose et le scénario craque de tout côté pour finir par perdre en cohérence. Déjà que cette idée de gène du communisme était tout de même plutôt douteuse… La conclusion en forme de faux-semblant est un peu plus maligne, mais la morale finale paraît bien pauvre. Restent un dessin convaincant dans un style rétro assumé et des personnages secondaires assez réussis. Mais ça ne suffit pas à balayer la déception face à un projet assez excitant pour qui aime les Spirou à l’ancienne. Et c’est doublement gênant, car cet album leur était totalement dédié, l’abondance de références à un lointain passé politique et culturel repoussant, de fait, les jeunes lecteurs d’aujourd’hui…

Publiez un commentaire