Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 9, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Truckee Lake

24 juin 2016 |
SERIE
Truckee Lake
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
20 €
DATE DE SORTIE
13/04/2016
EAN
2916049614
Achat :

La conquête de l’Ouest, un mythe, une épopée mais surtout une réalité. Âpre, violente. Au printemps 1846, peu avant la ruée vers l’or, les familles Donner, Reed ou Breen se lancent dans une expédition un peu folle : comme des milliers de migrants, quitter le Missouri pour rejoindre Fort Sutter en Californie – sous tutelle mexicaine à l’époque, et bâtir un avenir radieux, au nom de « la destinée ». Pour y parvenir, il leur faudra toutefois affronter les rudesses d’un terrible hiver, les maladies diffuses ou la faim tenace, au cœur des Grandes plaines ou des Rocheuses…truckee lake4

Après l’excellent Les Déserteurs, les chouettes Jamestown et Le Temps est proche, Christophe Hittinger signe son retour avec un récit historique captivant, contant le parcours de l’expédition Donner en 1846, soit 81 pionniers partis coloniser l’Ouest américain, un espace encore largement en friche. Plus de 3000 kilomètres à parcourir avec des moyens rudimentaires : des bœufs au « rythme placide », des chariots brinquebalants, de rares lieux pour se ravitailler tels Fort Laramie… Sans compter les rigueurs de l’hiver et des horizons secs à perte de vue.

Christophe Hittinger, auteur rare au regard original, réussit parfaitement son coup, évitant tous les écueils du genre : une pédagogie pesée mais jamais scolaire (cartes synthétiques, documentation digérée), des personnages nombreux mais fouillés, miroirs-portraits d’une nature humaine complexe – de l’altruiste au cannibale, de l’ambitieux au courageux, tous ballottés entre la peur et l’espoir. Que devient la morale face à l’imminence de la mort ? d’où vient cet incroyable instinct de survie ?
TRUCKEE_LAKE_A5_01-69Hittinger humanise les colons ou révèle leur ensauvagement, l’élan de vie menant à la pulsion de mort. Mais jamais frontalement grâce à une narration idéalement distanciée, celle d’un auteur passé maître dans l’art du storytelling. Pour contourner la difficulté du nombre de personnages tout en donnant sens au récit, Hittinger personnalise les visages par petites touches – des Indiens sans yeux, ni bouche ni nez, Milt Elliott et sa tête de grenouille, des croix, des masques – puis varie ambiances, cadrages et perspectives, amples comme un écho aux horizons sans fin. Beaucoup de savoir-faire donc et des choix formels dans le ton : un format à l’italienne et une succession de tableaux en une page en nuances de gris, alternant les styles, du crayonné à l’esquisse en passant par un trait plus cartoon, pour un envoûtant rendu cinématographique.

On plonge sans forcer dans ce périple, on souffre, on espère et on s’interroge aux côtés de ces pionniers d’un autre temps. Si vous aimez les vieux westerns, la littérature et le dessin (ou juste un bon livre, hein!) Truckee Lake est donc l’album idéal. Car Hittinger réussit à dépasser la simple BD en restituant toute l’inconscience de cette entreprise à hauteur d’homme pour en faire une brillante fresque historique. Avec du souffle et débarrassée de tout artifice ou spectacle vain. Ou l’art de remonter le fil du temps avec une évidente passion, toujours communicative. Bravo !

truckee lake3

Publiez un commentaire