Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | March 29, 2017















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Wormworld Saga #1

3 avril 2014 |
SERIE
Wormworld Saga
ALBUM
Le Voyage commence - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14.50 €
DATE DE SORTIE
21/03/2014
EAN
2800161094
Achat :

Jonas est un gamin rêveur, pas vraiment enchanté par sa future rentrée au collège. Car le travail scolaire l’ennuie, au grand désespoir de son père, qui peine à élever seul ce gamin imaginatif. Jonas aime ainsi partir à l’aventure dans les terribles forêts du voisinage de sa grand-mère, avec son pull rouge/cotte de maille et sa formidable épée en bois. Mais quand un jour, au fond du grenier, il pénètre dans un tableau magique qui l’emmène dans un territoire véritablement inconnu, c’est une toute autre épopée qui s’annonce…

wormworld_saga_image1Il y a bien sûr du Narnia dans cette histoire de petit garçon n’ayant pas renoncé à ses rêves, et qui va devenir un héros dans un monde féérique. Mais après tout, c’est bien là la base des contes modernes et le manque d’originalité du point de départ de celui-ci n’atténue pas ses qualités. Au rang desquelles un rythme parfait, des dialogues vifs et un graphisme numérique attrayant et efficace. Et pour cause, Wormworld Saga a été un gros succès sur le net (et en appli) avant de se retrouver ici compilé en albums. Sa force : des épisodes diffusés gratuitement et une lecture très intuitive basée sur le défilement vertical continu, avec de discrets fondus au noir entre les « pages », permettant une immersion totale dans une BD parfaitement taillée pour les écrans. D’ailleurs, en amont de la parution en albums de la saga, un site web et une application en VF ont été lancés.

Mais alors, le passage au papier de la BD fonctionne-t-il ? Globalement, oui. Dans la première partie de ce premier tome, on oublie cette donnée. Mais certaines séquences d’action révèlent le pot-aux-roses, notamment les passages où Jonas tombe : l’articulation en pages fait perdre la verticalité originelle et donc le rythme propre à ces scènes… Néanmoins, malgré ce défaut inhérent au projet et quelques couleurs par trop criardes sur papier, la saga de l’Allemand Daniel Lieske est une aventure tous publics qui se déguste avec plaisir (et les bonus sur la genèse du projet sont tout à fait intéressants).

wormworld_saga_image2

 

Publiez un commentaire