Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Adam et Ève #1-2

5 décembre 2017 |
SERIE
Adam et Eve
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
8.29 €
DATE DE SORTIE
02/11/2017
EAN
282032925X
Achat :

Adam-et-Eve-casesSept yakuzas dans un club privé. Une réunion secrète présidée par « Smell », curieux bellâtre à l’odorat surdéveloppé qui consomme son alcool… en l’aspirant par les narines. On le découvre vite, chaque membre a ses propres excentricités liées aux sens humains. Pourtant, ils vont rapidement trouver plus bizarres qu’eux. Une paire d’escarpins et des derbys en croco flottent dans le vide : un couple invisible vient de se joindre à la fête. Ils sont nus, violents et pas vraiment venus en paix. Débute un étrange jeu du chat et de la souris.

Adam et Ève. Ikegami et Yamamoto. Si le second, dessinateur virtuose, n’avait pas spécialement besoin de laisser le crayon au premier, cette association née en 2015 au Japon crée un intéressant mélange entre dessin classique et situations baroques. Comme une sorte de pont générationnel qui fusionne les élégants gangsters phallocentrés de l’un (façon Heat ou Sanctuary) et le freak show de l’autre (façon Homunculus ou Ichi the Killer), puis les enferme dans un huis clos hautement électrique et invoque pêle-mêle Double assassinat dans la rue Morgue de Poe, L’Homme invisible de Wells ou Miso Soup de Murakami. Dans ce dernier, une séquence suffocante voyait un club de Shinjuku tomber sous la lame d’un psychopathe à la cruauté presque enfantine. C’était le point d’orgue du roman ; c’est la quasi-intégralité d’Adam et Ève. Avec une double ration de psychopathes.

Rythme impeccable et graphisme prodigieux. Violence grand-guignolesque et érotisme insolite. Et puis… l’ingrédient inattendu : une bonne dose de physique quantique. Parce que oui, le plus fort, et sans dévoiler les secrets du récit, c’est que ce trip cathartico-pervers n’est finalement pas si bête qu’il en a l’air et questionne les limites de notre perception du monde. Un diptyque aussi singulier qu’indispensable.

ADAM TO EVE © 2016 Hideo YAMAMOTO, Ryoichi IKEGAMI/SHOGAKUKAN

 

Adam-et-Eve-planche

Publiez un commentaire