Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Seven to Eternity #1

6 décembre 2017 |
SERIE
Seven to Eternity
ALBUM
Le Maître des Murmures - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
10 €
DATE DE SORTIE
03/11/2017
EAN
B074BNSGPK
Achat :

Quand Rick Remender disait en 2015 qu’en quittant Marvel après 8 années de bons et loyaux services, il allait enfin pouvoir développer ses propres histoires mûries en secret pendant tout ce temps, on n’avait pas vraiment pris la mesure de sa frustration en tant que storyteller. Le type est clairement mort de faim et avait effectivement une tripotée de projets d’ampleur sous le coude, qu’il dégaine avec la régularité d’un métronome chez Image. Après Tokyo Ghost, Low, Deadly Class, Black Science, le revoilà déjà avec Seven to Eternity, qui raconte la geste de 7 mercenaires pour renverser un tyran porté au pouvoir par sa capacité à promettre à chacun de ses sujets ce qu’il désire le plus au monde. Une première incursion dans la fantasy pour l’auteur et un nouveau home run.

seven_to_eternity_imageNon content de proposer comme à son habitude du worldbuilding de haut vol, avec un nouvel univers terreau potentiel de mille aventures, Remender bétonne le propos, très adulte, en embarquant sous le décorum d’une planète barbare une habile allégorie googlienne sur notre fâcheuse tendance à abdiquer volontairement nos libertés personnelles. Jerome Opeña, un des collaborateurs de longue date de Remender (sur Fear Agent et Uncanny X-Men notamment), était le choix idéal pour dessiner et mettre en scène avec une technique impeccable et aussi beaucoup de panache cet univers flamboyant, mis en couleurs par le génie Matt Hollingsworth. Mais là où Opeña et Remender se complètent le mieux, c’est dans leur manière de doter en un détail physique ou en une ligne de dialogue chacun de leurs personnages d’une personnalité propre. Pas de coquilles vides ici mais des êtres complexes aux motivations tangibles et parfois contradictoires. Y compris du côté du grand méchant qui donne son nom à ce premier volume, le Maître des Murmures, fascinante création. Très, très prometteur.

Publiez un commentaire