Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 28, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Tokyo Ghost #1

19 juillet 2016 |
SERIE
Tokyo Ghost
ALBUM
Eden atomique - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
15 €
DATE DE SORTIE
27/05/2016
EAN
2365779700
Achat :

Quand l’un des dessinateurs les plus doués de sa génération s’associe à l’un des scénaristes les plus inspirés du moment, le résultat est… en général tout sauf garanti. On en a vu, des duos de vedettes accoucher de souris. Avec leur série Tokyo Ghost chez Image, Sean Murphy (The Wake) et Rick Remender (Low, Black Science) livrent, eux, tranquilles, un chef d’oeuvre en puissance, à la hauteur des espoirs les plus fous que leur association pouvait susciter.

tokyo_ghost_image1Les deux hommes, totalement sur la même longueur d’onde, carburent à la même drogue : une nostalgie pour les mangas séminaux des années 90, avec en tête les séries cyberpunk des grands maîtres Katsuhiro Otomo et Masamune Shirow (Ghost in the Shell, Appleseed…). Dans le monde futuriste qu’ils imaginent, le Japon représente d’ailleurs l’Eldorado de leur héroïne. Debbie, jeune habitante d’un Los Angeles décadent où les gens se shootent littéralement à la nanotechnologie, est ce qu’on appelle une « no-tech ». Traumatisée par son passé familial, elle est l’une des rares qui refusent catégoriquement de se réfugier dans des univers virtuels. Elle ne rêve que de refaire sa vie à Tokyo en embarquant son homme, Teddy. Celui-ci n’est plus l’ombre de celui qu’elle a aimé : junky au dernier degré, ce colosse abruti de programmes télé n’est même plus capable d’aligner un mot et n’obéit plus qu’au patronyme de Led Dent. Le caïd qui tient le couple sous sa coupe leur propose justement une mission dans l’Empire du Soleil levant. L’aller-simple qu’il leur fallait ?

Rick Remender, comme à son habitude, ne permet jamais à son récit de s’enliser. Ses personnages sont toujours en mouvement, et leur trajectoire émotionnelle sa traduit systématiquement dans l’espace. Mais le scénariste, là encore c’est sa marque de fabrique, ne laisse pas l’action échevelée prendre le pas sur les émotions. Plus que sur les scènes de baston, c’est sur le dilemme amoureux de Debbie que repose Tokyo Ghost. La jeune femme a-t-elle raison de s’entêter à vouloir sauver Teddy ou devrait-elle se résoudre à faire le deuil de son amant, définitivement noyé dans la carcasse de Led ? Magnifique histoire, bouleversante et tragique, traversée de beaux moments d’intimité à l’écart du fracas du monde. Remender est décidément une des grandes plumes de la SF actuelle et il trouve en Sean Murphy un sacré partenaire.

Lui non plus ne s’effraie pas des moments de pure contemplation, notamment dans la deuxième partie qui, après les extravagances graphiques d’un Los Angeles lorgnant vers Transmetropolitan, paye dans un Tokyo gagné par la végétation son tribut à un autre maître nippon, Hayao Miyazaki. Le bourreau de travail qu’est Murphy réalise des vues d’ensemble époustouflantes où chaque détail compte, y compris à l’arrière-plan de l’arrière-plan. Mais là où Murphy excelle vraiment, ce sont dans les séquences en mouvement. Sur ce terrain-là, peu lui arrivent à la cheville dans les comics aujourd’hui. Lecteur avide d’Appleseed, cela on le sait depuis Punk Rock Jesus, le dessinateur a su puiser chez Shirow une science du découpage ébouriffante. Les courses-poursuites s’étalent parfois sur 15 pages sans jamais conduire le lecteur à l’essoufflement. C’est fluide, varié, limpide, exaltant. Blockbuster tonitruant et virtuose qui n’oublie jamais de laisser entendre battre le cœur de son héroïne, Tokyo Ghost a tout pour être une saga marquante.

tokyo_ghost_image2

Publiez un commentaire