Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Amy & Jordan

9 décembre 2013 |
SERIE
Amy & Jordan
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
18/09/2013
EAN
2366240236
Achat :

amy_and_jordan_image3Couple sociopathe, Amy et Jordan expérimentent toutes les morts possibles pour renaître aussitôt, dans leur petit appartement miteux situé au cœur d’une grisaille urbaine proche de l’enfer. Immortels dépressifs, le cimetière les grise, le jus de chat les revigore, le spectacle de l’horreur les indiffère. Pour voisins, des zombies sanguinaires, des animaux visqueux ou des enfants agressifs. Bienvenue dans un abîme de désespoir…

Amy & Jordan est une anthologie regroupant 292 strips publiés entre 1988 et 1996 dans le magazine alternatif New-York Press et traduits pour la première fois en français. L’auteur underground américain Mark Beyer, adulé par Daniel Clowes et Art Spiegelman, faisait vivre à ses héros les pires cruautés au cœur d’une urbanité totalement froide, crasseuse et violente : dévorés par des garçons-piranhas, chassés par un diable incendiaire, effrayés par la vieillesse, écrasés par l’accablement de leur vie, Amy et Jordan se disputent, meurent, torturent, souffrent et touchent le fond. Ensemble. Heureusement, la comédie macabre devient hilarante. Car Beyer a préféré jouer l’humour noir grotesque et sarcastique, pour crier sa rage, calme et posée ici.

amy_and_jordan_image1

La forme se fait austère, brute, primitive, brassant une souffrance et un mal-être sans fin. Mais Beyer invente une gamme visuelle originale : motifs géométriques, dessins plats, angles inédits, l’auteur orne ses pages d’un noir et blanc saturé qui renforce le malaise, tandis que les paroles du couple, d’une platitude effrayante, suscitent le rire gêné. La force des strips jaillit alors du décalage entre l’atrocité des faits vécus, l’absence d’émotions qu’ils suscitent et le ton ordinaire des dialogues. Amy et Jordan, rendus apathiques par un quotidien anxiogène, deviennent ainsi les acteurs détachés d’un cauchemar bien réel. Oui, cet étonnant jeu de massacre pourra agacer par sa répétitivité, la récurrence de ses obsessions, son atmosphère sinistre sans relâche. Et face à un tableau aussi pessimiste de l’humanité, on devrait pleurer. Ou se pendre. En fait, on en rit surtout. Un beau paradoxe.

amy_and_jordan_image2

Commentaires

  1. Mael R.

    La simplicité et la férocité qui font les chef-d’oeuvres…

Publiez un commentaire