Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 10, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

10 Comments

Angoulême 2016 : les 3 finalistes pour le Grand Prix

20 janvier 2016 |

Enfin ! Après pas mal de tergiversations suite à l’absence de femmes de la liste de nommés au Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, l’élection est lancée.

En effet, le premier tour de vote pour la désignation du prochain Grand Prix est clos. 1216 auteurs inscrits ont voté, en choisissant un à trois noms, sans liste de nomination. Et trois arrivent en tête : Alan Moore, Hermann et Claire Wendling.

Claire Wendling en séance de dédicace au Toulouse Game Show 2014 - Gyrostat (Wikimedia, CC-BY-SA 4.0)

Les deux premiers – le scénariste britannique et l’auteur belge – ne sont pas des surprises. En effet, ils étaient déjà finalistes l’an dernier avec Katsuhiro Otomo, qui l’avait emporté. Pour Alan Moore, c’est même la troisième année consécutive qu’il figure au second tour. Il part donc clairement favori.

Sauf que cette année est particulière, avec une polémique vive et largement discutée dans les médias et sur les réseaux sociaux, qui a mis la direction du FIBD dans l’embarras avec sa liste exclusivement masculine. Dès lors, la présence de Claire Wendling ne doit pas grand chose au hasard : d’une part, la dessinatrice de 48 ans est une référence de nombreux auteurs, et d’autre part, elle est… une femme. On imagine bien la mobilisation de nombreux votants autour de son nom, pour poursuivre la contestation contre les choix trop masculins du Festival…

Logiquement, sa nomination la surprend et la gêne un peu, comme elle le confie à La Charente Libre. « C’est comme si on m’offrait un affreux pull pour Noël et que je sois obligée de le porter tous les jours. (…) Non, le pull n’est pas affreux, mais vous voyez ce que je veux dire. » Et l’Angoumoisine ajoute tout de même : « C’est comme si plein de gens me disaient: “On t’aime, on aime ce que tu fais”. C’est une chance d’avoir plein d’amis, et ça, je l’ai bien mérité. »

Pour rappel, Claire Wendling est une auteure rare, dessinatrice d’une seule série, Les Lumières de l’Amalou, écrite par Christophe Gibelin et terminée en 1997. Diplômée des Beaux-Arts d’Angoulême, elle remporte un prix au festival alors qu’elle est encore à l’école. Repérée par Delcourt, elle fera ses premiers pas de professionnelle dans le catalogue naissant de l’éditeur. Elle y publiera notamment les carnets de croquis Desk. Car c’est surtout son talent d’illustratrice, qui a travaillé pour l’animation ou le jeu vidéo, qui pose Claire Wendling comme une créatrice importante de sa génération. On peut s’en rendre compte sur son tumblr.

Donc, qui d’Alan Moore, scénariste culte et ultra favori depuis trois ans, ou de Claire Wendling, auteure plus confidentielle, dont la candidature est certainement portée en partie par un mouvement de contestation, l’emportera ? Réponse le 27 janvier.

Photo : Gyrostat (Wikimedia, CC-BY-SA 4.0)

Commentaires

  1. Morvan

    Pour ma part, au delà du fait que Claire soit une fille, ce que je trouve intéressant, c’est qu’elle soit la seule à ne jamais avoir été dans la liste des nommés. Même pas parmi les femmes rajoutées au dernier moment et peu de temps par le festival. C’est bien la preuve que la liberté de choix, tout de même, permets de voir surgir des phénomènes inattendus. Et vivifiants. Un peu d’air frais, qui justifiera bien que Claire porte son pull :)

  2. Benjamin Roure

    Oui, très juste. Son nom a directement émergé directement des auteurs eux-mêmes. Ce qui la donne presque favorite pour le second tour, non?

  3. Bonjour Benjamin,

    je partage pleinement l’analyse de Jean-David.
    Le mouvement de contestation issu du Collectif des Créatrices de Bandes Dessinées ne justifie pas (même en partie) la nomination de Claire.
    Le talent n’est pas une question de sexe.

    Cordialement,
    f*

  4. Benjamin Roure

    Je suis d’accord avec vous Fabrice, le talent n’est pas une question de sexe. Mais je ne peux pas croire à un hasard, certainement pas. la mobilisation des auteurs en réaction à liste 100% masculine a forcément poussé certains à voter pour une femme alors qu’ils ne l’auraient pas fait spontanément. Et finalement, c’est très bien comme ça.

  5. Bé.

    Oui enfin le talent de Wendling est incontestable. Par contre son empreinte sur la BD… Ce qui sera hyper drôle après tous ces retournements de situation, c’est qu’Alan Moore gagne et que, comme il l’a annoncé depuis longtemps, il refuse le prix. Ensuite peut-être qu’on arrêtera avec cette liste à la con.

  6. JDMorvan

    Il n’y a plus de liste.

  7. Bé.

    Certes, plus de liste officielle, mais on finit toujours par mettre en concurrence plusieurs artistes pas forcément comparables choisis par une des auteurs publiés chez des éditeurs francophones me semble-t-il (donc même si je ne doute pas qu’ils lisent beaucoup d’auteurs étrangers ça limite), et au final ça n’a pas vraiment de sens.
    Après ce n’est pas évidemment pas le principal problème des auteurs de BD en ce moment!

  8. Bé.

    Enfin en gros, si vraiment ils tiennent à ce grand prix, qu’ils laissent les auteurs élire leur chouchou au premier tour et qu’on en parle plus.

  9. Bondieulle .P

    Monsieur Morvan aurait enfilé une casquette de lobbyiste,tiens tiens,celle de scénariste ne lui suffisait plus ?
    Vous savez les amis,on est en démocratie,il serait bien de la laisser faire!!
    De toute façon ce Grand Prix Wendling n’en veut pas.

  10. François Pincemi

    D’après ce que j’ai pu voir grâce à des amis inscrits sur twitter ou facebook, de nombreux messages ont appelé à voter Claire Wendling, sans que la malheureuse n’ait rien demandé. La plupart des messages venaient d’auteurs Delcourt ou Soleil, ce qui laisse douter de la sincérité ou de la spontanéité de leur démarche…..

Publiez un commentaire